AGAPETHERAPIE - GUERISON INTERIEURE

Bernard Dubois, membre de la communauté des Béatitudes, diacre, marié et père de cinq enfants, fait actuellement partie d’une petite fraternité du Puy-en-Velay, reliée à la maison des béatitudes de Pont- Saint-Esprit. Il est le fondateur des sessions Anne-Peggy-Agapè du Puy-en-Velay où il « a reçu mission de l’Eglise pour enseigner et pratiquer la prière de délivrance ». Dans un article paru en janvier 2012 dans « Il est vivant », revue de l’Emmanuel, Bernard Dubois explique ce qu’est une session Agapè. Il la présente et met en lumière sa dimension théologique. Avant d’en tracer les grandes axes, il nous a paru important de donner l’arrière-fond de la théologie du fondateur de l’Agapè.

La retraite Agapè du Puy-en-Velay a beaucoup fait parler d’elle, surtout après l’audit fait par le P. Humbrecht en août 2012. Il en a bien compris le noyau : « L’idée de cette retraite est de visiter les étapes les plus anciennes de sa vie (d’avant la conception à la fin de la jeunesse), en nommant les blessures qui leurs furent éventuellement liées, et en prononçant sur elles un pardon théologal, en quoi consiste en définitive la « libération » annoncée. » Chaque jour, une époque de la vie est proposée à la méditation du retraitant. C’est ce parcours que nous allons suivre.

Une interrogation revient souvent concernant l’accompagnement à l’Agapè. Pour donner des repères, les caractéristiques de l’accompagnement spirituel dans la religion chrétienne et de la psychothérapie d’inspiration analytique, qui ont été proposées dans le rapport du groupe épiscopal de réflexion (...)

L’association Anne-Péggy Agapè a été reconnue comme association privée de fidèles par Mgr Brincard le 8 décembre 2012. Il expliquait le 11 décembre le sens de cet acte juridique. Ce qui pose la question de la validité de la reconnaissance de l’Agapè par l’évêque du Puy.

Lors de l’émission du mardi 6 mars 2012 sur RCF du Puy-en-Velay, des responsables de l’association Anne-Peggy Agapè présentent la « Retraite Anne Peggy Agapé », en répondant aux questions de Stéphane Longin : Elisabeth Couturier, laïque consacrée, ancienne présidente de l’association ; Père Xavier Géron, prêtre en paroisse, membre de la commission formation ; Philippe Coumau, président de l’association ; Louis Masquin, médecin neuro-psychiatre, accompagnant bénévole. Quelques points méritent d’être confrontés à des documents.

Qui est membre du Conseil de Vigilance de l’Agapè ? Un grand silence plane sur les membres de ce conseil. Nous disposons pourtant de deux sources qui peuvent faire comprendre la raison du secret.

L’Agapè du Puy-en-Velay a fêté ses dix ans le 7 octobre 2011. Plus de sept mille personnes ont suivi au Puy-en-Velay les sessions d’Agapèthérapie mises en place par Bernard Dubois, ancien médecin-pédiatre et membre de la Communauté des Béatitudes depuis 1988. Mais la présence de l’Agapè dans la cité ponote remonte seulement à 2005. Que s’est-il passé auparavant ? Pour le comprendre il faut remonter en amont, aux origines des Béatitudes qui ont servi de matrice à l’Agapè. Nous pourrons ensuite retracer brièvement les événements qui ont marqué les six ans de présence au Puy.

Il existe en France plusieurs propositions de guérison psycho-spirituelle. Les plus connues sont l’Agapè, la Maison d’Abba et plus récentes, les formations d’Henry Lemay, leadership du renouveau charismatique canadien. Comment sont-elles reliées entre elles ?

Retour sur les sessions dite de guérison psycho-spirituelle, au cours desquelles des thérapeutes sans qualification mettent les retraitants dans des états euphoriques, avant de remodeler leurs souvenirs. De la manipulation mentale, pure et dure.