Dimanche 28 avril 2013 — Dernier ajout lundi 8 avril 2013

Congrès de l’ICSA 2013 : session sur les dérives sectaires dans l’Eglise catholique

L’International Cultic Studies Association, dite ICSA (Association Internationale d’Etudes sur le Sectarisme) organise en juillet 2013 son congrès annuel à Trieste, en Italie. Les organisateurs de ce congrès proposent une session sur les dérives sectaires au sein de l’Eglise Catholique. Pour présenter cette session, l’ICSA a mis en ligne un site internet, en anglais. Nous offrons ci-dessous la traduction en français de cette présentation.

L’Eglise Catholique romaine, la plus grande organisation religieuse dans le monde, compte plus d’un milliard de membres. Pour cette raison, sinon pour d’autres, ce qui se passe dans l’Eglise Catholique intéresse aussi bien les catholiques que les non catholiques.

Au cours des dernières décennies, certains mouvements et organismes catholiques ont généré des controverses à cause de leurs méthodes et pratiques que des observateurs extérieurs ont décrit comme « sectaires ».

La dynamique d’emprise et de contrôle sectaire peut apparaitre dans n’importe quel groupe, que ce dernier soit important ou pas, religieux ou non-religieux. Des groupes sectaires peuvent être trouvés en marge de toutes les religions dans le monde, comme dans les affaires, la politique et la psychothérapie, là où les effets les plus destructeurs du phénomène sectaire ont été observés.

Compte tenu de la taille de l’Eglise Catholique, il n’est pas surprenant que certains mouvements et organismes catholiques aient développé, ou aient été accusés de montrer des dynamiques sectaires. En effet, un simple calcul de probabilité suffit pour prévoir que des dérives sectaires doivent apparaitre de temps en temps dans toutes les organisations importantes. Le problème central n’est donc pas de savoir si de tels phénomènes indésirables arrivent ou pas, mais ce que l’institution fait pour s’intéresser aux dommages et pour réduire l’occurence de ce type de déviance.

Notons que les autorités catholiques utilisent les expressions d’« esprit, de mentalité ou d’attitudes sectaires » pour désigner des comportements que le monde laïque qualifierait plutôt de « dérives sectaires » (cultic or sect-like).

A proprement parler, on ne devrait pas utiliser les expressions d’ « esprit, mentalités et attitudes sectaires » comme des synonymes de « dérives sectaires ». En effet, les autorités de l’Eglise conçoivent souvent les sectes d’un point de vue théologique. Leur préoccupation première est sans doute lié au fait que l’esprit sectaire éloigne les gens des enseignements de l’Eglise et/ou que le « culte de la personnalité » génère des divisions.

Les personnes intéressées par la psychologie s’inquiètent en premier lieu de la façon avec laquelle les gens sont traités dans certains groupes et de la détresse psychologique qui en résulte parfois. Ceux qui étudient le phénomène sectaire disent souvent que le problème « ce sont les faits, pas les croyances », afin de mettre en avant leur neutralité théologique. C’est ainsi qu’à l’intérieur du réseau de l’ICSA, on trouve des gens provenant de toutes les traditions religieuses, aussi bien que des athées, des agnostiques et des membres des nouvelles religions. En raison de cette diversité, l’organisation encourage le dialogue entre des personnes qui partagent des points de vue différents.

L’ICSA désire promouvoir le dialogue entre les défenseurs de l’approche psychologique et les défenseurs de telle ou telle doctrine théologique, lors d’une session qui se déroulera sur deux journées lors du Congrès annuel à Trieste, en Italie, pour lesquels nous avons programmé plus de 100 interventions sur des différents sujets. Cette session spéciale est intitulée : « Y a-t-il des des abérations sectaires au sein de l’Eglise catholique ? ». Cette session a été suscité par les scandales autour de la figure du père Maciel, le fondateur de la Légion du Christ et du Regnum Christi, qui a conduit les responsables de l’Eglise a porter plus d’attention à l’esprit sectaire à l’intérieur de l’Eglise. Plusieurs personnes qui avait cru à la sainteté de Maciel se sont alors demandé : « Comment avons-nous pu nous tromper à ce point ? »

De leur côté, les membres et proches de l’ICSA n’ont pas été surpris. Nous connaissions en effet de nombreux cas similaires de chefs ou d’organisations, apparemment bien sous tous rapports, qui se sont avérés être très différents de l’image qu’ils essayaient de donner au monde. Bien que dans certains cas une telle duplicité ait dégénéré en violence (par exemple dans les affaires de Jonestown, d’Aum Shinrikyo et du Temple Solaire), la plupart du temps, cela conduit à ce que nous avons observé dans l’organisation du père Maciel : à savoir l’utilisation stratégique de pressions socio-psychologiques pour empêcher les membres de discuter entre eux, ou même de pouvoir simplement reconnaitre combien le chef de leur communauté les avait exploité, allant jusqu’à remodeler leurs propres identités, dans son intérêt personnel. Maciel a utilisé son emprise sur ses disciples pour fabriquer un système clos qui lui a permis d’étouffer pendant des années ses abus sexuels sur des enfants et des adolescents, ainsi que d’autres délits sexuels, des fraudes financières et des abus psychologiques sur tous ceux qui ont osé, un jour ou l’autre, exprimer des doutes.

Ce site internet a été conçu pour accompagner la session du prochain congrès de l’ICSA à Trieste et pour offrir quelques ressources à tous ceux qui sont préoccupés par les aberrations sectaires dans l’Eglise Catholique. En particulier, nous espérons pouvoir éclairer et aider ceux et celles qui ont subit des abus au sein de communautés catholiques, ainsi que toutes les personnes qui désirer endiguer le fléau des comportements sectaires au sein de l’Eglise dans laquelle ils restent des serviteurs fervents.

Congrès de l’ICSA 2013

Session spéciale : « Des dérives sectaires dans l’Eglise Catholique ? »

Lieu/Date : Trieste (Italie), 4-6 juillet 2013

Titres des interventions et liste des conférenciers : voir plus bas.

Contexte

En mai 1986, l’Eglise Catholique a publié un rapport intitulé « Le phénomène des sectes - un défi pastoral ». [1]. Or, voici ce qu’on peut lire dans ce rapport :

« En effet, un esprit sectaire, c’est-à-dire une attitude d’intolérance jointe à un prosélytisme agressif n’est pas nécessairement le fait d’une secte et, en tout cas, ne suffit pas pour la caractériser. On peut rencontrer cet esprit dans des groupes de fidèles appartenant à des églises ou des communautés ecclésiales. »

Dans la revue Nota Pastorale [2], les évêques italiens font d’ailleurs la même analyse :

L’esprit sectaire, qui est une attitude d’intolérance auquel s’ajoute un prosélytisme agressif, n’est pas nécessairement l’élément constitutif d’une « secte » et, en tout cas, ne suffit pas à la caractériser. On peut également rencontrer ce genre d’esprit parmi des groupes de fidèles appartenant à des églises ou à des communautés ecclésiales.

Ces deux documents d’Église soulignent le fait que les autorités de l’Église reconnaissent que des attitudes et des mentalités, ainsi que probablement certains comportements que l’on associe généralement aux groupes sectaires peuvent parfois apparaitre dans les grandes religions, y compris dans l’Eglise catholique.

La session que nous proposons s’appuie sur l’hypothèse que le cas du père Marcial Maciel, fondateur de la Légion du Christ, a du susciter l’intérêt et l’inquiétude de beaucoup de gens sur les Attitudes et les Mentalités Sectaires (AMS) au sein de l’Eglise. Même si la Légion du Christ et son organisation affiliée, le Regnum Christi, soit sans doute les exemples les plus préoccupants, d’autres mouvements et organisations font actuellement l’objet de critiques similaires.

A travers cette session, nous analyserons les dérives sectaires au sein de l’Eglise afin de donner aux autorités ecclésiales des outils conceptuels et des suggestions concrètes leur permettant de comprendre et de réagir lorsque ce phénomène apparait.

Parmi les participants à cette session, il y aura :

  • Des prêtres et d’autres membres du clergé,
  • Des chercheurs,
  • Des professionnels de la santé,
  • Des personnes préoccupées par les AMS (et leurs dégâts) au sein de l’Eglise.

Les présentations et exposés permettront d’explorer des sujets tels que :

  • Des exemples précis de dérives sectaires dans l’Eglise
  • Les dynamiques psychologiques et les effets de l’esprit sectaire
  • Les besoins pastoraux et psychologiques des personnes blessées par les dérives sectaires
  • Comment l’histoire de l’Eglise et le Droit canonique offre des indications pour traiter les dérives sectaires dans l’Eglise
  • Comment la recherche et les expériences cliniques sur la manipulation mentale et sur les groupes sectaires peuvent aider l’Eglise à traiter les dérives.

A la fin de la session, un débat spécial permettra de nous intéresser aux moyens que l’Eglise pourrait prendre afin de traiter les problèmes liés aux attitudes et aux mentalités sectaires.

Programme

Première partie : qu’est-ce que l’esprit sectaire et comment se manifeste-t-il ?

Introduction (Père Alessandro Pennesi)

Les religions institutionnelles devant le phénomène sectaire : le critère d’ecclésialité selon l’Eglise Catholique (Père Alessandro Pennesi)

Quel profit les institutions religieuses peuvent-elles tirer de la compréhension du phénomène d’emprise ? (Marybeth Ayella)

Pour les autorités de l’Eglise se font-elles si souvent berner par des communautés controversées ? (Xavier Léger)

Deuxième partie : Communautés dans lesquelles des dérives sectaires ont été observées

Les effets de la Légion du Christ sur ses membres et ses anciens membres (John Paul Lennon)

Les cas de deux communautés du renouveau charismatique en Pologne : Racibórz et Krapkowice (Piotr T. Nowakowski)

Le cas d’un groupe de religieuse qui s’est faite exclure de la Congrégation des soeurs de la famille de Bethanie (Miroslaw Rewera)

Troisième partie : les leçons à tirer de l’histoire de l’Eglise et de la recherche en psychologie

Les dérives sectaires dans l’histoire de l’Eglise (à finaliser)

Le Droit canonique et les dérives sectaires (à finaliser)

Méthodologies permettant d’évaluer les dérives sectaires ainsi que leurs dégâts (Carmen Almendros & Débora Godoy-Izquierdo)

Table ronde : Que peut faire l’Eglise ? (à finaliser)

[2Segretariato per l’ecumenismo e il dialogo, Roma, 30/05/1993. L’impegno pastorale della Chiesa di fronte ai nuovi movimenti religiosi e alle sette (http://www.chiesacattolica.it/cci_new/documenti_cei/2009-02/04-26/Nota_pastorale_30mag93.pdf)