Mercredi 12 juillet 2017

« De l’emprise à la liberté » Conférence du père Pierre Vignon

Lors du congrès de l’ICSA 2017, à Bordeaux, le père Pierre Vignon est intervenu pour présenter le livre « De l’emprise à la liberté », un ouvrage pluridisciplinaire et universitaire sur le sujet douloureux des dérives sectaires au sein de l’Eglise Catholique.

Vos réactions

  • DEMARLE 19 novembre 2017 12:37

    Je me permets de réagir. Je suis heureux qu’un tel livre soit enfin publié. Cela dit, j’aurai aimé être contacté. En effet, j’ai été victime de la Communauté des Béatitudes, une secte dans l’Eglise. Voici donc mon témoignage.

    Pourquoi suis-je entré aux Béatitudes ?

    Je suis entré dans la Communauté des Béatitudes parce que j’avais une soif de spirituel. Je voulais réellement vivre une expérience personnelle avec le Christ. J’allais déjà à la messe quotidiennement, j’adorais le St Sacrement chaque vendredi soir, je priais le bréviaire et le Rosaire. J’allais me confesser chaque semaine et je pratiquais le jeûne. De plus, je recherchais la guérison. Étant issu d’une famille dysfonctionnelle, j’ai subi, enfant, la violence d’un membre de ma famille alcoolique et des attouchements sexuels par un oncle. Je voulais donc vraiment que Jésus-Christ vienne m’habiter, me guérisse et face moi un saint, ainsi que son instrument. Un groupe de prière du Renouveau Charismatique m’avait fait connaître la Communauté des Béatitudes de Thy-le-Château qui organisait des sessions de « guérison ». Je suis donc entré dans la Communauté des Béatitudes de Thy-le-Château en Belgique entre 1998 et 1999.

    Ce qui m’a séduit

    Ce qui m’a séduit dans cette communauté sont les points suivants : • La redécouverte des racines juives de la Foi Chrétienne. Car Jésus, dans sa nature humaine est juif. • La volonté d’accompagner l’humain dans ses trois dimensions : esprit âme et corps.

    Le conditionnement

    Il fallait pratiquer le jeûne 72 heures par semaines au pain et à l’eau. Pour cela, la communauté s’appuyait sur les « apparitions » de la Vierge Marie à Medjugorje. Celle-ci aurait demandé de jeûner au pain et à l’eau le mercredi et le vendredi. Mais la communauté rajoutait une journée. Le but était de casser la personne.

    Je devais m’occuper de tous les travaux. J’étais à la fois boulanger, homme de ménage, ouvrier, jardinier, cuisinier. Je devais me couper en 10 pour faire vivre cette « communauté ». Sans compter la vaisselle, surtout le soir, que beaucoup fuyaient à cause de la fatigue. C’était très intense surtout lorsqu’il y avait des retraites.

    En plus, il y avait 4 heures de prières par jours : Laudes, Eucharistie, Rosaire, adoration perpétuel du St Sacrement à tour de rôle, les vêpres et les complies. À cela s’ajoutait la liturgie du Sabbat le vendredi soir.

    De plus, l’hiver, dans ma cellule, je n’avais pas de chauffage.

    La manipulation

    Il ne fallait pas réfléchir et être toujours dans le ressenti. La raison n’existait pas. Les communautaires étaient soupçonneux dès que je parlais de science. Ils opposaient la Bible et la science, la Foi et la science.

    Il fallait que je me convertisse radicalement. Ils ne tenaient pas compte de mon histoire, de mon éducation et de la culture dans laquelle je suis né.

    Tout était dans l’émotionnel. Le « love bombing » était de mise avec des embrassades « fraternelles » et des paroles suaves sur un Jésus miséricordieux. Tout n’était qu’apparence afin de lâcher les défenses.

    Et puis, il y a l’accompagnement psycho-spirituel, une gnose que le Renouveau Charismatique à introduite dans l’Église Catholique Romaine, y compris chez les protestants. J’ai été victime de souvenirs induits par la psychogénéalogie chrétienne. Il fallait faire son arbre généalogique. Le berger de cette communauté, le Père Damien Veringhen, priait donc en langues sur l’arbre généalogique et remontait ainsi dans le passé de génération en générations jusqu’Adam et Eve pour découvrir d’où venaient nos problèmes psychologiques. Mais, pour certaines personnes accompagnées durant les sessions de guérison, cela allait très loin. Ainsi, une personne avait mal à la gorge et un communautaire a prétendu que si la personne avait mal à la gorge s’était parce que l’arrière arrière-grand-père de celle-ci a été guillotiné ou s’est pendu. C’est délirant n’est-ce pas ? Le Père Damien Veringhen citait souvent une parole du Talmud qui disait en résumé : « Retourne à tes racines et tu sauras où tu vas ». Ainsi, il mélangeait le plan spirituel (Dieu est Source et Origine de tout notre être), et le plan psychologique (Freud, névrose, psychose etc…) Le Père Damien Veringhen utilisait aussi sur moi la Programmation Neuro-Linguistique. Il m’imposait ainsi une grille de lecture. Il utilisait l’hypnose ericksonienne pour endormir ma raison. C’est ainsi qu’il me faisait « remonter » jusque dans le ventre de ma mère. Il m’a ainsi fait croire, par des paroles de « connaissance » qu’il aurait su de Dieu, que ma mère ne me désirait pas. Ce qui était faux après que j’ai vérifié. Je rappelle que le Père Damien Veringhen n’avait ni de formation médicale, ni psychologique. Il avait une maîtrise d’art floral.

    Les communautaires me culpabilisaient, certains m’humiliaient et me rabaissaient, parce j’étais fatigué à cause du rythme de la communauté. De plus, je ne priais toujours pas en langues, ce qui était mal vu. Il parlait du don de soi. Je n’avais pas le temps de prendre du recul, ni d’écrire du courrier.

    Je ne pouvais pas me retrouver seul. Surtout lorsqu’un retraitant venait me parler. Je ne pouvais pas parler librement. Dans la communauté régnait une vraie dictature.

    La communauté avait accueilli une personne avec un handicap. Les communautaires n’hésitaient pas à augmenter son traitement si elle causait problème. Cela sans l’avis d’un médecin spécialiste.

    Le Père Damien Veringhen, le berger, me répétait souvent qu’il fallait me remettre en question. Il fallait que je remette en cause ma Foi !

    La diabolisation et le manichéisme

    L’esprit critique est considéré comme une possession. Un jour, j’avais dénoncé le manque d’hygiène. En effet, les communautaires allaient chercher de la nourriture à la banque alimentaire. Ils stockaient les aliments dans le local à poubelles ou des rongeurs venaient. Ils servaient aussi du pain moisi lors des retraites. Eh bien, ils m’ont dit que c’était Satan qui parlait en moi. J’ai dû subir des prières de délivrances. La maladie, la colère, l’esprit critique et même l’homosexualité étaient considérée comme une possession. Les communautaires diabolisaient aussi le monde qui était habité, selon eux, par Satan. La raison était aussi diabolisée. Car, ils interprétaient à la lettre la Bible. Pour cela, ils ont non seulement instrumentalisés la Bible, ainsi que mon passé douloureux, mais aussi l’œuvre de Jean de la Croix qui parle du combat spirituel.

    Ma sortie

    J’étais enfermé psychologiquement et physiquement. Au bout d’une année, dès l’aube, j’ai récupéré mes affaires, mes papiers et mon argent en cachette et je me suis sauvé. Je suis revenu à Lille. Je ne savais plus où j’en étais de ma vie et de ma Foi. Lorsque je me suis confié aux chrétiens que je connaissais, ils ne m’ont pas cru. Ils me prenaient pour un fabulateur et un affabulateur.

    J’ai même prévenu l’Église qui elle non plus n’a pas voulu m’écouter. Pendant 8 ans, j’ai dû me résigner à me taire parce que personne ne me croyait.

    Les associations anti-sectes

    Je me suis donc tourné vers les associations anti-sectes qui m’ont cru. Ce sont elles qui m’ont dévoilés les abus sexuels sur enfants de Pierre-Etienne Albert. Mon sang n’a fait qu’un tour. J’ai donc décidé de relancer mon témoignage. J’ai témoigné dans l’émission de Karl Zéro et dans les journaux régionaux. J’ai appris aussi que le Père Damien Veringhen, berger de la communauté des Béatitudes de Thy-le-Château, avait quitté la communauté et le sacerdoce, en 2002, pour accomplir son homosexualité. Je fus très surpris car je n’avais rien vu. Il tiendrait un magasin de fleuriste avec son compagnon. Les associations anti-sectes m’ont aussi ouvert les yeux sur Gérard Croissant et ses abus sexuels. Mais aussi sur l’argent. Car, en général, toutes les communautés des Béatitudes ont des châteaux. Alors que pour se nourrir, les communautaires allaient à la banque alimentaire ou au Resto du Cœur.

    Aujourd’hui

    Le monde est ce qu’il est. Il est imparfait. Mais, ce n’est pas le monde qui m’a fait perdre la Foi. C’est l’Église Catholique par son silence. Car, elle était parfaitement au courant des abus spirituels et sexuels au sein de cette communauté.

    J’ai finalement retrouvé la Foi par la raison en comparant toutes les religions.

    J’ai pris de la distance par rapport à la religion et à l’Église Catholique Romaine.

    Je me suis orienté vers une Foi Chrétienne plus intérieure, non rituelle.

    Moi qui continue à avoir une soif spirituelle, je suis totalement déçu par l’Église Catholique Romaine. Entre autres tous ses scandales, la montée de l’obscurantisme et de l’intégrisme, une autre chose m’inquiète. Ce sont les fausses doctrines, comme le psycho-spirituel, que tous ces mouvements sectaires ont introduit dans l’Église Catholique Romaine. Elles sèment la confusion doctrinale.

    J’ai donc renoncé à mon baptême. J’ai gardé la Foi en Dieu. Mais j’ai quitté l’Eglise Catholique Romaine devenue une Babylone corrompue par le Pouvoir, l’Argent, et la pédophilie de ses prêtres (que je considère plutôt comme des fonctionnaires de l’Institution Eglise). Car l’Eglise savait depuis des années, et elle n’a rien fait ! Les prêtres ne sont plus des docteurs de la Foi, mais des clowns. Ce n’est plus Jésus qui est présent dans le pain consacré, mais les victimes de la pédophilie des prêtres et du psycho-spirituel. Ces victimes sont sacrifiées sur l’autel de la pseudo-crédibilité de l’Eglise.

    Voilà, j’en ai terminé avec mon témoignage. Je suis dur par rapport à l’Église, mais, il faut se mettre à ma place. J’admets avoir idéalisé l’Église, mais, elle était ma caution en entrant aux Béatitudes. Je me sens donc trompé et trahi par elle. Je suis déçu.

    • Merci DEMARLE pour l’effort énorme que vous avez fait pour écrire tout cela !!!

      Vous en êtes sorti/e et heureusement !!! … Mais quelle responsabilité portent les soit disant « gens d’Eglise » vis-à-vis de vous, de moi, de beaucoup d’autres … !!!

      Je ne connaissai pas dans tous ces détails le vécu dans la communauté des Béatitudes …

      Dans le livre, objet de la Conférence de Pierre Vignon, ce que vous avez vécu est expliqué avec d’autres titres et tiré des témoignages d’autres personnes sorties du mouvement des Focolari, des Légionnaire du Christ et de la Prélature de l’Opus Dei… mais à quelques, millimètres près, les caractéristiques sont les mêmes.

      J’espère que vous aurez l’occasion de lire ce livre. Mais je voudrais vous signaler un site qui est certainement déjà éloquent pour vous et d’autres comme vous : http://pncds72.free.fr/306_beatitudes.php

      Encore MERCI pour votre témoignage !!! Bon courage pour la suite ! Bien à Vous

  • Renata PATTI 20 août 2017 06:46

    Bonjour, Je vous signale l’article suivant :

    http://pncds72.free.fr/300_01_eglise/300_01_6_golias_174.pdf

    de Maître Pascal Hubert, paru sur Golias-Magazine n. 174 p. 4 et suivantes. Revue téléchargeable sur http://golias-editions.fr/article5478.html

    Maître Pascal Hubert est co-auteur du livre "De l’emprise à la liberté. Dérives sectaires au sein de l’Église. Témoignages et réflections (sous la direction de Vincent Hanssens)

    http://www.lenversdudecor.org/De-l-emprise-a-la-liberte-Derives-sectaires-au-sein-de-l.html

    • Chère Madame Renata, je vous écris de l’Italie. Je comprends bien le francais, meme si mon clavier italien ne me permet pas d’ajouter les cedilles, les accents circonflexes etc., excusez-moi. Je vous remercie infiniment de votre courage. C’est pour moi un miracle de vous avoir renconctrée dans le Web, et j’ai cherché de vous contacter sur votre page Fb, mais personne ne me répond. A quelle adresse pourrais-je vous écrire ? J’éspère recevoir des nouvelles de votre part. Je remercie de tout cœur tous ceux qui travaillent à ce blog qui en Italie ne pourrait pas exister, et je bénis mon reseau internet qui me transporte en France… là où les temps nouveaux sont déjà visibles dans le présent, puisque les victimes peuvent parler et le courage dissout la crainte.

      • Bonjour, Milles excuses pour la non-réponse sur Facebook. J’utilise ce social-network seulement pour signaler des livres qui me parlent ou des articles que j’ai trouvé intéressants et aussi pour partager les beaux textes du feu le Cardinal Carlo Maria Martini qui, comme probablement, vous avez lu dans mon témoignage m’a redonné ma Dignité, transmit son Calme et a été pour moi une des personnes avec Olivier Le Gendre et d’autres qui m’ont donné le Courage de parler. Oui, parter avec parrhésie, mais tout dire pour faire la vérité, ou mieux, un peu plus de vérité, celle « qui nous rends libre » et port à l’Esperance.

        Je vous contacterais via l’adresse e-mail qui m’a été communiqué par le Modérateur du site que je remercie au passage.

        Oui, je pense comme vous : en Italie on est bien loin de la réalisation d’un tel travail de dialogue ouvert et franc sur ces thèmes.

        Ces problèmes, parfois très graves, touchent beaucoup de personnes qui, malheureusement pour eux, choisissent le silence et s’enferment dans une situation de solitude extrême croyant resoudre leur souffrance.

        Libérer la parole… c’est important !!! … que les victimes s’expriment : c’est très important pour eux-mêmes et pour tous les autres.

        Personnellement je me rends comptes, toujours plus (mais ça c’est moi et chacun a son chemin !), que la recherche de la Vérité centrée sur la Parole de Dieu – bien comprise pour la vivre au quotidien, cad approchée et étudiée avec les paramètres des biblistes sans tomber dans les raccourcies dangereuses des slogans – est essentielle pour la Vie chrétienne. Le Psaume que je prie très souvent : « Lampe pour mes pas est ta parole, Seigneur, lumière sur mon chemin » (119,105) est pour moi toujours conjugué avec « Pro Veritate adversa diligere » (une des traductions : « Pour la vérité, s’attacher aux situations difficiles »).

        Merci pour votre message et à bientôt, puisque vous le demandez !

  • Renata PATTI 6 août 2017 19:03

    Bonjour et bon dimanche,

    "Pour information : le Golias-magazine numéro 174 vient de paraître. p.4 et s. « De l’emprise à la Liberté : un cas d’école ? ».

    http://golias-editions.fr/article5478.html

    Article de Maître Pascal Hubert, avocat au barreau de Bruxelles (un des co-auteurs) qui a écrit le chapitre 5 titré : « Les mouvements au regard du Droit. Les dérives sectaires au sein de l’Église et la Loi » (p. 183-212).

    Bien à vous !

  • Françoise 14 juillet 2017 22:29

    Très belle intervention. Merci du partage, Xavier. On aimerait voir plus de prêtres comme le père Vignon, conscients des problèmes de dérives sectaires et engagés sur le sujet.

    Je me suis trouvé le témoignage de Renata (l’ex membre des Focolari) sur ce site :

    http://pncds72.free.fr/319_focolari.php

    Peut-être faudrait-il rajouter les Focolari à la liste des communautés controversées ? Je ne sais pas vraiment s’il y a une implantation en France ou pas. Mais au regard du témoignage de Renata, on retrouve les mêmes logiques d’emprise que dans le reste de la liste des communautés.

    Ce qui m’a frappée dans son témoignage, c’est quand elle fait le lien entre les Focolari et le fascisme italien comme le fascisme allemand. Le terme de Capo-zone, mais aussi d’autres termes en lien avec le mouvement fasciste mussolinien et nazi, montre bien la parenté. Je ne sais pas si vous avez pu en discuter avec elle au congrès, si elle était présente, mais c’est une dimension qu’on retrouve je trouve dans plusieurs communautés déviantes et sectaires catholiques. Cet aspect ultra conservateur, fasciste, on le retrouve aussi dans la Légion du Christ, l’Opus Dei, le Chemin Néocatéchuménal, la FSSPX, Ichtus, la Cité Catholique. Ca peut être un peu moins évident sur d’autres groupes, je pense notamment aux différentes communautés du Renouveau Charismatique, qui se sont plus coulées dans une fausse image hippie et progressiste en lien avec l’aspect New Age de leurs origines. Mais si on gratte un peu derrière cette vitrine qui sert aussi de piège, on retrouve les mêmes idéologies fortement réactionnaires issues de familles plutôt aisées, préoccupées par une forme de contre-révolution catholique, souhaitant ressusciter un système autoritaire sinon totalitaire religieux et politique qui remettrait l’ensemble des citoyens sous emprise et domination par la terreur. Quelque part, chacun de ces mouvements souhaiterait un système politique et religieux à la Franco, dont ils seraient les zélés soldats.

    Renata dans son témoignage, lie les Focolari à Paul VI qui, avant d’être nommé pape, avait participé à l’organisation de la fuite des nazis en Amérique du Sud. On retrouve aussi le même Paul VI en soutien des Légionnaires du Christ, comme en marche-pied de l’OD même si avec plus de réserve. JP2 augmentera ce soutien en attribuant à ces groupes tout un tas de fonctions vaticanes (communication, finances, gestions diverses) et une mise en avant médiatique sans précédent. Tout ça en croyant pouvoir préserver et prolonger une institution largement corrompue et ayant protégé et soutenu des dictateurs fascistes au nom de Dieu, de statut politique et territorial également. Les accords de Latran de 1929 mais aussi l’histoire fasciste italienne le montrent suffisamment :

    https://amnis.revues.org/1709

    Est-ce au regard de ces intérêts particuliers du Vatican que nous devons, nous croyants, supporter et voir ces groupes communautaires déviants, sectaires et intégristes, progressivement tenir les rênes du pouvoir religieux catholique romain tout en aliénant et détruisant un nombre considérable de jeunes et de familles ?

    Si le Vatican a pris quelques distances relativement récentes d’avec le fascisme (affaire Williamson), dans le concret quotidien, n’est-ce pas plutôt le seul signal d’éloignement pour des liens toujours plus étroits avec les pires politiques et dérives intégristes et sectaires ?

    • L’influence du fascisme italien ? Du nazisme ??? Et pourquoi pas alors de la mafia ? Les mafieux en Italie emploie eux-aussi le terme de « capozona » (chef de zone)… Mais ne faudrait-il pas plutôt chercher l’origine de l’emploi de ce terme dans l’Ecriture ? Saint Paul parle du Christ « tête de l’Eglise ». En italien le terme « capo » signifie « tête » et « chef » et il était d’usage courant dans l’Eglise après la Mystici Corporis. Chiara Lubich l’a d’ailleurs remplacé dans les années 90 par celui de « responsable », plus conforme à son charisme. J’ai lu le chapitre du père Hennaux et je l’ai trouvé un peu rapide et superficiel. Il fonde presque toute son analyse sur un écrit mystique de Chiara Lubich qui devrait être interprété dans son contexte et il en tire des conclusions qui vont complètement à l’encontre de tout ce qu’elle a dit, été et pensé. Il suffit de prendre l’index thématique du plus important recueil de ses écrits en français « Pensée et spiritualité » (Nouvelle Cité, Paris 2003) et d’aller voir les textes des voix « amour réciproque », « relations trinitaires », « fraternité », « distinction », « communion » pour se rendre compte que sa conception de l’unité n’est assurément pas fusionnelle, mais chrétienne et donc personnelle et trinitaire. Le terme « fusion » n’est d’ailleurs jamais présent dans ce recueil de 500 pages. Ceci dit nul mouvement n’est à l’abri de possibles dérives et les Focolari qui ont un charisme fort doivent y être particulièrement attentifs car l’unité mal comprise ouvre la porte aux pires déviations. De plus l’ignorance, le manque de maturité ou l’enthousiasme naïf et infantile de certains membres font que des abus peuvent avoir été et être commis, comme Renata Patti le dénonce.

      • Bonjour Michel, bien trouvé dans l’ENVERS DU DECORS. Je suis bien consciente que dans ton ouvrage « Pensée et spiritualité » (de Michel Vandeleene ed. Nouvelle Cité, Paris 2003) … voir les textes des voix « amour réciproque », « relations trinitaires », « fraternité », « distinction », « communion » … » … les citations que tu as choisies (de mémoire) sont pertinentes et puisque nous avons prix le temps d’approfondir ce thème pour plus de 3 heures dans l’après-midi du 28.01.2015 (jour après l’ouverture de la cause en béatification de la SdD Chiara Silvia Lubich) je n’ai pas de problème à reprendre le dialogue avec toi dans le conteste de ce livre qui à prix 5 ans avant de voir le jour et l’étude dont tu parle ne c’est certainement pas basée sur une petite page dites « mystique » que nous connaissions par cœur. Tu m’avais demandé de t’envoyer un texte. Je peux enfin le faire ici puisque c’est plus que publique, et depuis bien longtemps CAD bien avant l’ouverture de la cause qui te tient tellement à cœur (et je te comprends tout à fait vu de ton côté)… Malheureusement il faudrait que tous les lecteurs de ce site comprennent l’italien pour étudier le problème. Par exemple : « capo » etc… remplacé par « responsable »… ça n’est pas le problème … c’est la tâche qu’incombe sur ces pauvres personnes qui dans « les zones » doivent seuls ou ensemble être « une autre moi-même » disait Chiara Lubich.

        Je peux encore me tromper ou mal me rappeler, alors que … je ne suis pas la seule… et tu le sais très bien. [voir sur PNCDS 72 UN AUTREMOIGNAGE : Vingt ans au Focolare : mon vécu http://pncds72.free.fr/319_focolari/foc_autre/01_20_ans_focolare.pdf Mise en perspective : liberté intérieure et structures ecclésiales http://pncds72.free.fr/319_focolari/foc_autre/02_mise_prespective.pdf ] Pour le reste laissons au Tribunal Ecclésiastique s’occuper de saint et sainteté et approfondir l’une ou l’autre témoignage. J’espère que tu as déposé la tienne comme j’ai aussi fait ce que ma conscience me demandait. Cela ne m’appartienne plus, mais de mon côté il n’est pas question de cacher ce qui doit être connu… Voilà en N.B. les textes du Paradis ’49 que tu m’avais demandé et aussi un bémol fourni par Enzo Fondi justement sur l’AMOUR RECIPROQUE. Ce site nous aide a avancer sur les Chemins de Vérité… pourquoi voudrais-tu en cacher une partie ? Oui, je dénonce - grand mot, mais exacte - les pratiques sectaires au Focolare qui sont des dérives graves parce qu’elles font des victimes, des personnes qui en souffrent… cela n’est pas chrétien de faire souffrir au nom de Dieu !!! Mais ma question est beaucoup plus radicale : est-ce que la « racine » de cette fondation, donc sa fondatrice n’est pas une personne « à problème » ? Je ne connais pas la réponse, je pose la question en toute honnêteté parce que je ne comprends pas le pourquoi de toutes ces demi-vérité ou fausse-vérité pour ne pas dire Mensonges tout court sur la santé de Chiara Silvia Lubich, de ses passages en clinique psychiatrique etc… tout à fait légitime si elle était en état de devoir être soignée, MAIS pourquoi nous mentir en nous disant toujours et à tous qu’elle passait « la/ou les » nuit obscure ou autres épreuves comme les grands mystiques (Jean de la Crois ou Thérèse d’Avila etc…). Pourquoi cela ?

        On ne construit rien avec le Mensonge !

        Carissimo Michel, ti capisco, ma non posso nascondermi. Per dirla con Mons. Bregantin "… La Chiesa deve « annunciare » il Vangelo …. « denunciare » ciò che non è Vangelo …. e « rinunciare » fino a dare la vita (come Don Pino Puglisi ecc…) …" e quella gente è stata uccisa fisicamente dalla Mafia. Sì, proprio dalla Mafia. MA c’è una « mafia » che uccide non il corpo, ma lo spirito « di quella dobbiamo temere ». Io temo, caro Michel, che ci siamo sbagliati … tutti, tutte… ci siamo sbagliate ad aderire ad un grande « IMBROGLIO » e abbiamo il dovere di dirlo chiaro. Se la Santa Madre Chiesa Gerarchica non lo fà … pazienza… ma noi « Non possiamo tacere » … prova a leggere, se puoi, quel libro di Mons. G. Bregrantin e forse capirai. Ti auguro tutto di Bene, come dicono gli Svizzeri ! Renata PATTI

        N.B. : A. DOCUMENTS de Chiara Lubich et du Mouvement des Focolari i. Raduno cz. ottobre 1974 (107 pp.) Commentaire de Chiara Lubich du texte « Paradis 1949 » http://pncds72.free.fr/319_focolari/319_9_1949_1974_paradisoPARADISO%201949_clibich_raduno_capizona.pdf ii. Nuova Umanità 177 (mai-juin 2008/3) http://pncds72.free.fr/319_focolari/319_10_2008_nuova_umanita_pp_281_324.pdf iii. STRALCI DI CHIARA - 1949 http://pncds72.free.fr/319_focolari/319_8_1949_stralci_di_chiara_molti_inediti.pdf Beaucoup d’inédits tirés des études publiées sur « Nuova Umanità », revue bimestrielle de culture, Città Nuova éd. Molti inediti tratti dagli studi pubblicati su « Nuova Umanità », rivista bimensile di cultura, Ed. Città Nuova iv. Enzo Maria Fondi (un des premiers focolarini - uno dei primi focolarini) à l’école de formation de Loppiano (Florence) le 24 avril 1998 : « L’amour réciproque » - traduzione FR http://pncds72.free.fr/319_focolari/319_40_fondi_amour_reciproque_fr.pdf Alla scuola di formazione di Loppiano (Firenze) il 24 aprile 1998 : « L’amore reciproco » - originale : http://pncds72.free.fr/319_focolari/319_39_fondi_amour_reciproque_it.pdf

        • Bonjour Renata

          Merci pour votre intervention. Et merci pour votre témoignage sur http://pncds72.free.fr Je l’ai trouvé très riche, très détaillé et particulièrement intéressant.

          J’ai une question pour vous sur l’hypothèse que vous développez dans ce témoignage, concernant les liens avec le fascisme notamment au niveau du vocabulaire utilisé par le mouvement des Focolari :

          Pensez-vous depuis que vous avez écrit ce témoignage qu’il y a effectivement un lien entre le fascisme italien de l’époque de la seconde guerre mondiale et sinon la création, du moins l’organisation basée autour d’un principe fasciste ?

          Personnellement, si je reprends l’Histoire italienne, je me pose la question d’un lien entre les Focolari et le désir des classes sociales possédantes italiennes, des industriels comme des propriétaires terriens, nostalgiques de la monarchie et pensant, à la fin de la guerre, qu’un retour du roi serait possible (comme alternative au fascisme mussolinien) et qu’il était important dans ce but, de promouvoir chez les jeunes et notamment les jeunes filles, un catholicisme radical d’essence monarchique et d’organisation monarchique.

          Chez nous en France, cela a eu lieu beaucoup plus tôt, via ce que nous avons appelé la Contre-Révolution catholique, pour tenter de remettre en selle politiquement et religieusement, une monarchie de droit divin, en lieu et place de la république et de la laïcité. Le mouvement de l’Action Française de Maurras était le fer de lance au début du 20e siècle, aidé par toute la jeunesse dorée française pour casser la république et remettre en place une monarchie. C’était là l’ambition. Qui fut renouvelée par le groupe terroriste la Cagoule, puis sous le régime de Vichy par Pétain. Et qu’on retrouvera avec les mouvances intégristes catholiques schismatiques des années 60 comme la FSSPX (Fraternité St Pie X), mais aussi la Cité Catholique de Jean Ousset, le groupe Ichtus et qu’on retrouve encore dans l’extrême droite française sous le vocable de légitimistes, du Parti Démocrate Chrétien de Christine Boutin mais aussi de catholiques intégristes liés à l’Opus Dei et à la FSSPX principalement.

          Alors je me pose la question si finalement, les Focolari ne seraient pas la version féminine italienne de la contre-révolution catholique française, dans une version moins militariste et plus caritative mais toute aussi monarchiste et élitiste et poursuivant les mêmes buts de restauration monarchiste ?

          D’autant que Trente, lieu de création des Focolari, semble une enclave catho intégriste et monarchiste (lié à la monarchie autrichienne des Habsbourg) dans une Italie du nord plutôt laïque et républicaine. Et n’oublions pas que Trente fut le lieu il y a bien longtemps d’un concile convoqué pour lutter contre la réforme luthérienne. N’en est-il pas resté quelque chose au plan politique, religieux, idéologique qui illustrerait assez l’état d’esprit décrit par Lampedusa dans son roman du Guépard, repris par la suite au cinéma par Visconti ?

          « Il faut que tout change pour que rien ne change et que nous restions les maîtres… »

          Je ne sais pas du tout si vous avez travaillé et enquêté sur tout cela depuis votre sortie des Focolari, mais ça vaudrait peut-être le coup de mener cette enquête pour comprendre les origines historiques et sociales du mouvement et l’influence d’aristocrates italiens sur Chiara Lubich à la fin de la seconde guerre mondiale et de la chute de Mussolini .

          Il me semble, que comme pour l’Opus Dei, en lien avec la dictature de Primo de Rivera mais aussi la monarchie espagnole puis la dictature franquiste, on ne peut pas cerner vraiment le mouvement des Focolari en Italie et l’objectif idéologique et politique réel poursuivi (derrière la vitrine sociale séduisante) si l’on ne contextualise pas historiquement le groupe, ses influences et hors de toute histoire officielle montée par ses coopérateurs zélés qu’ils soient religieux ou laïcs.

          J’essaie de mener cette enquête sur l’Opus Dei de mon côté, en tant que fille d’ex surnuméraire assassiné par des membres de l’Opus Dei. Ca me paraît très important pour comprendre les motivations des origines et ce qui a forgé la nature criminelle, fasciste et monarchiste de l’organisation de Escriva de Balaguer. Et je pense par extension, qu’il faut pouvoir faire ce travail historique sur les mouvements catholiques dérivants comme celui que vous décrivez et auquel vous avez participé. Sinon, on ne peut traiter et déplorer que la partie émergée de ces mouvances, sans en comprendre ni pouvoir expliquer les motivations, les racines et les réseaux. Ce qui leur permet de pouvoir continuer d’abuser et de manipuler des croyants mais aussi la société civile dans son ensemble et le clergé bien sûr.

          Deuxième question :

          Le mouvement Focolari dispose-t-il de liens avec Communion et Libération, autre mouvement catholique réactionnaire dérivant et sectaire italien ?

          Dans ce que vous expliquez et décrivez, je trouve pas mal de points communs avec le côté gourou au plan de la dépendance des adeptes, mais aussi d’une certaine emprise dans la société italienne politique, sociale. Certes, les scandales de Communion et Libération autour du détournement d’argent destiné aux repas des migrants dépassent largement les activités des Focolari. Mais il semble quand même que le fonds idéologique qui sert aux adeptes soit de même nature.

          Bien cordialement à vous Françoise

          • Bonjour Françoise, MERCI pour votre premier commentaire et les suivants, vos questions et surtout pour votre désire d’approfondir pour arriver à « faire la Vérité ». En vous lisant je me suis souvenue d’un livre qui a été mis à l’INDEX par FOCOLARI et COMUNIONE E LIBERAZIONE dès qu’il est sorti en version italienne et française.

            L’auteur, Gordon Urquhart (et non collectif comme écrit par Amazon.fr) m’a lui-même dit que son livre avait fait disparaitre du commerce environ deux semaines après sa publication soit en Italie, soit en France. Selon l’auteur, Chiara Lubich n’a pas voulu le lire en entier mais seulement les passages concernant son mouvement en demandant à quelqu’un de proche de lui souligner cela.

            Je me souviens très bien que nous, focolarines, nous avions l’interdiction absolue de le lire et surtout nous devions prier pour que personnes ne l’achète et nous étions consternées pour cet affront à l’œuvre d’une fondatrice que nous considérions « sainte de son vivant ».

            Le discours tenu dans la zone où j’étais à l’époque était : « Cela a donné une douleur tellement forte à Chiara qu’il faut prier que personne ne le lise. Il y est dévoilé ouvertement la vie interne de l’œuvre. Comment ne pas se rendre comptes qu’ainsi c’est « donner les perles aux porcs » … c’est le Démon qui veut détruire l’œuvre… Prions… » .

            Voici le livre proposé en lecture. Il traite des Focolari, Comunione e Liberazione et Chemin Néocathécumenal.

            https://www.amazon.fr/LArmada-du-pape-Collectif/dp/2911453425/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1501130536&sr=8-1&keywords=armada+du+pape

            Vous trouverez certains détails intéressants pour votre enquête puisque c’est un livre de témoignages, mais aussi bien documenté point de vue historique, genre journalisme d’investigation. Personnellement, je vous comprends très bien dans l’analogie que vous faites entre Opus Dei et Focolari. Une surnuméraire me disait il n’y a pas longtemps : « … ils sont comme des frères gémeaux Opus Dei = Opus Mariae ».

            En ce qui concerne l’économie de communion j’attire votre attention sur ce détail du site PNCetDS 72

            http://pncds72.free.fr/319_focolari/319_44_tous_ensemble_europe.pdf

            Je souligne aussi un autre détail de l’intervention de P. VIGNON (juge ecclésiastique) qui cite la journaliste italienne Carlotta Zavattiero qui a édité ce livre assez récent puisque c’est après l’élection du Pape François.

            http://www.chiarelettere.it/libro/principio-attivo/le-lobby-del-vaticano-9788861902961.php

            Et aussi le livre de Don Giorgio Ronzoni qui – nous l’espérons vivement sera traduit en français bientôt « Le sètte Sorelle » qui est un travail de théologie pastorale REMARQUABLE. Il a aussi été cité dans la conférence au congrès ICSA-Bordeaux le 1er juillet.

            http://www.edizionimessaggero.it/ita/catalogo/scheda.asp?ISBN=978-88-250-3640-4

            Le champ est très vaste, mais des « ouvriers » ont déjà annoncé des pistes de travail, allumé les « clignotants d’alerte »… allons voir qui pourra continuer à mettre les mains dans la pâte et dénouer certains « nœuds » qui sembleraient inextricables.

            N’hésitez pas à poser des questions aux autres co-auteurs du livre « De l’emprise à la liberté…. ». Ils seront ouverts au dialogue bien évidemment. Pour info : le seul qui n’utilise pas le PC est le Théologien, Père J.M. Hennaux sj, mais Sœur Vitalina Floris pourrait lui faire parvenir les questions et il répondra, j’en suis certaine, dans le temps qu’il lui est donné quand il est chez lui et pas en déplacement. Les autres j’espère qu’ils seront mis au courant par les gestionnaires de ce site puisque ils ne sont pas nécessairement e constamment à l’ordinateur comme vous et moi moins souvent, comme vous voyez.

            Très bonne journée et bon courage dans vos recherches !!!

            • Merci beaucoup, Renata ! Je suis touchée par votre réponse et par les références que vous me donnez pour compléter mes connaissances sur le sujet. Vraiment merci infiniment. Je vais me commander le livre d’Urquhart. Je vois que se sont les éditions Golias que je connais bien qui ont édité la version française de l’Armada du Pape. Ce qui ne m’étonne pas car c’est à peu près le seul journal catholique français un peu critique. Le livre de Carlotta Zavattiero a l’air de compléter et actualiser un livre français que j’ai lu il y a longtemps maintenant, celui de Fiammetta Venner (politologue qui m’a aidée personnellement sur le dossier Opus Dei concernant l’assassinat de mon père), livre qui s’appelait : les Nouveaux Soldats du Pape. Bien évidemment, le livre ayant été publié en 2008, il n’est plus actuel mais il devrait aussi je pense vous intéresser, même s’il ne parle pas des Focolari ; je vous passe l’interview qu’avait accordée Fiammetta sur cet ouvrage au journal français l’Humanité (repris sur ce site de gauche) qui rejoint je pense l’avis de Carlotta :

              http://www.gauchemip.org/spip.php?article7303

              C’est très important, au-delà de faire l’analyse de chaque mouvement, chaque communauté, de raisonner l’ensemble des groupes catholiques à dérives sectaires dans une perspective à la fois politique, sociale et religieuse.

              Depuis quelques années en observant sur plusieurs pays les mouvements et projets de différents groupes catholiques ultra conservateurs, en regardant ce qui se passe aussi au Vatican, j’ai l’impression nette que tous ces groupes convergent ensemble dans une sorte de communauté d’intérêts au Vatican, dans le but d’en prendre le contrôle, à différents niveaux et au final, ces groupes souhaitent disposer des pleins pouvoirs.

              Et j’ai l’impression nette que le Vatican nous prépare en catimini depuis JP2, à ce que ces groupes principalement laïcs mais aussi cléricaux dérivants, gouvernent l’ensemble des catholiques d’ici quelques années, lorsqu’il n’y aura plus assez de hauts clercs pour occuper le pouvoir clérical.

              Le pape actuel, comme B16 ou JP2, continue de faire avancer ce projet de succession, de mutation du catholicisme clérical en catholicisme laïc mais sectaire et dérivant, en collaboration principale avec l’Opus Dei, la Légion du Christ.

              Je pense personnellement que l’objectif de cette alliance entre Vatican et organisations catholiques dérivantes est qu’il n’y ait plus d’autre voie possible de pratique religieuse en dehors des pratiques radicales et fondamentalistes de ces groupes.

              C’est visible déjà au niveau des nominations d’évêques en France, au niveau du laisser-faire qui est opéré par ces évêques concernant les retraites psycho-spirituelles charismatiques, des groupes de retraites de l’Emmanuel où il s’agit de lobotomiser et transformer en moines-soldats des chefs d’entreprise et des cadres supérieurs, c’est visible dans l’entrisme politique avec un détournement de l’argent public dans des fondations douteuses, ayant pour but de briser les droits des femmes, d’empêcher une partie de la recherche scientifique, mais aussi de briser l’éducation publique en France. C’est visible enfin dans leurs associations politiques autour du Front National de Marine le Pen mais aussi des groupes de droite dure (François Fillon, Sarkozy, Boutin, Poisson, etc), c’est visible dans leur entrisme et leur présence au sein de différents ministères et notamment celui des finances, de l’intérieur et de l’éducation.

              Je suppose que vous observez la même chose en Italie, avec en plus des associations avec la mafia italienne et ses différentes branches.

              En Europe, je pense qu’il faut être très attentif au groupe qui semble réunir les différents mouvements catholiques dérivants et l’extrême droite évidemment : j’ai nommé l’ECLJ de Gregor Puppinck.

              Dans ce que j’analyse, c’est LE groupe que le Vatican et ses communautés cathos dérivantes ont créé pour faire la convergence idéologique avec différents mouvements politiques d’extrême droite et de droite ultra libérale et dure en Europe, des mouvements politiques qui ont pour but commun de restaurer une monarchie absolue et religieuse, version dictature néo franquiste ou pinochetiste.

              Car le capitalisme ultra libéral qui nous est imposé au plan de l’Union Européenne, au plan économique, utilise la guerre d’une classe ultra riche contre les classes moyennes, pauvres, populaires. Il ressuscite les préoccupations monarchistes du passé sous une autre forme, finalement. Et dans ces préoccupations, le monde religieux y a une place certaine, comme une sorte de paravent mais aussi de coopérateur actif de l’oppression massive menée contre les peuples pour l’intérêt d’une caste restreinte.

              Ce projet de reféodalisation sociale, économique, politique et religieuse, est une atteinte grave aux droits fondamentaux de tous. Nous en voyons déjà les contours. Pour le Vatican, cette reféodalisation serait sa bouée de sauvetage institutionnelle, car c’est la seule voie (en tout cas c’est ce que les cardinaux et les papes pensent) de survie du système de monarchie absolue. C’est pour cela qu’il n’y a pas de dénonciation ni de mise à l’écart de ces mouvements au plus haut niveau, ou alors juste pour la forme (les fameuses réformes de la Légion du Christ ou de la Communauté des Béatitudes par exemple, post crimes), parce que ces groupes déjà très introduits dans le monde financier, politique, sont au contraire un outil de préservation du mode de fonctionnement et des intérêts des hauts-clercs. Peu importent le nombre de victimes que ces groupes font. L’important est l’argent que ces groupes rapportent, la cooptation, la corruption qu’ils peuvent faire, le nombre de prêtres, de religieux, religieuses. Le reste n’intéresse pas.

              Et c’est bien pour cela que le tournant actuel est inquiétant. Et qu’il faut pouvoir comprendre ces objectifs, les dénoncer publiquement et constituer un front d’opposition à ces manœuvres. Car ainsi, les croyants seront massivement alertés et le principe de fait accompli si cher à notre institution cléricale catholique ne pourra pas s’opérer sans protestation.

              Je verrai au fil de mes lectures si j’ai d’autres questions pour vous ou pour les interlocuteurs que vous citez. C’est vraiment bien d’échanger sur cette plate-forme. Cela permet une coordination européenne qui est vitale pour que nous ne nous retrouvions pas tous sous la coupe de ces groupes dérivants, parvenus au fait du pouvoir vatican.

              Bonne continuation et au plaisir de vous lire. J’ai appris énormément en lisant votre témoignage. Bravo d’avoir expliqué tout cela. C’est très instructif pour tous.

              Bien cordialement à vous Françoise

              • Veuillez m’excusé, Françoise, si - même si ce message ne m’est pas adressé personnellement - je me permets d’attirer votre attention et celle des lecteurs sur un article intéressant, toujours actuel, que je viens de découvrir.

                Et en même temps vous dire que je vous suis très proche dans l’immense douleur que vous glissé entre parenthèse. Bien cordialement !

                http://www.lenversdudecor.org/Spotlight-la-reaction-parfaite-d-un-eveque-suisse.html

                • Bonjour Francesca

                  Nous avons le même prénom ;-) Concernant la réaction de l’évêque suisse vis à vis de Spotlight, il n’est pas le seul à avoir réagi ainsi. Je pense à Charles Morerod du même diocèse de Fribourg Genève qui fait partie aussi des évêques suisses de grande valeur et qui a permis de commencer la réparation financière concernant le scandale des enfants placés en Suisse, qui ont vécu des atrocités par des prêtres, religieux, religieuses.

                  Concernant l’affaire familiale, cela est du passé. Ca a été très dur au début, mais comme ça a eu lieu il y a 12 ans, on peut dire que depuis, de l’eau a coulé sous le pont ! ;-))

                  Ce qui m’importe aujourd’hui, c’est que ce genre de crime ne touche plus d’autres familles liées à ces groupes intégristes et sectaires. Et pour cela, il me paraît important, vital d’informer et d’expliquer les projets politiques et violences pratiquées par ces communautés criminelles qui se prétendent plus morales, plus saintes, plus catholiques que nous autres.

                  Tant qu’on laisse le silence perdurer, par peur, par lâcheté, par opportunisme aussi parfois, on favorise et on légitime des situations criminelles comme celle que ma famille et moi avons subie. Et ce n’est pas acceptable. Personne ne mérite de vivre ce genre de chose.

                  Il est donc important de faire un travail de dévoilement mais aussi de prévention vis à vis de ces groupes criminels.

                • Et cela ?… nécessite un détour au cinéma !… pour qui ne l’a pas encore vu !

                  http://esprit.presse.fr/news/frontpage/news.php?code=415

        • Merci, Renata ! Merci aussi pour le beau texte de Enzo Fondi qui dit combien l’amour mutuel et la réciprocité sont au cœur de la spiritualité de Chiara Lubich. En ce qui concerne la santé de Chiara, je te suggère de lire « Dette et Désir » de Antoine Vergote, une des meilleures études qui existent sur la psychologie des mystiques. Elle illustre magistralement que la grâce n’est pas désincarnée, mais qu’elle présuppose la nature et la rend plus parfaite. Et pour le reste, comme tu dis, attendons patiemment et sereinement le jugement de l’Eglise. De tout cœur avec toi !

      • Bonjour Mr Vandeleene

        Justement, si la mafia emploie le même terme que le nazisme et le fascisme italien, et que le terme a été récupéré et utilisé très longtemps par Chiara Lubich, il y a peut-être des questions à se poser sur le sens de ce mot dans le contexte historique et fasciste en Italie, mais aussi marqué par une volonté de retour de la monarchie italienne (fin de la seconde guerre mondiale) qui voit la création des Focolari, non ?

        Un peu d’étymologie :

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Kapo

        Mais ce n’est peut-être pas évident d’être critique vis à vis du mouvement quand on a été proche collaborateur de la fondatrice, non ?

        Quant à St Paul, quand on sait l’intégriste patenté que c’était et la recherche du pouvoir dans laquelle il était engagé, je ne suis pas sûre que ce soit une référence très adéquate…

        Si l’on fait le tour un petit peu des articles sur le mouvement des Focolari, on voit que la communication est, tout comme celle de l’Opus Dei et peut-être même encore plus, très « contrôlée ». Il ne faut pas qu’un discours critique émerge. On trouve cependant le témoignage de Renata mais aussi un autre, émanant d’une certaine Larissa, qui explique justement le côté gourou et autocentré de Chiara Lubich que décrit aussi Renata et qui les a fait souffrir et qui a contribué à les faire réfléchir sur la validité du mouvement puis contribué à leur faire quitter le mouvement.

        En dehors de ces quelques critiques interne, j’ai trouvé cet article assez pertinent de Christian Terras (rédac chef de Golias) :

        http://nsae.fr/2007/02/05/nouvelles-communautes-et-derives-sectaires-par-christian-terras/

        Mais en dehors de cette critique argumentée, différente forcément et extérieure et des plaintes en France sur une question immobilière jamais résolue depuis 2001 apparemment, il n’existe pas grand-chose d’autre qu’une apologie reprise sur la plupart des journaux et notamment catholiques : est-ce en lien avec la promesse de béatification et le procès en cours ? Sans doute. Mais du même coup, cette espèce de vitrine verrouillée semble une énorme imposture, totalement fabriquée, artificielle.

        Quand je lis un peu plus avant, le chapitre sur la création de l’économie de communion, j’ai l’impression de lire une sorte de réédition du paternalisme industriel en un peu plus poussé. Prétendre que ce serait une alternative au capitalisme, c’est franchement abuser. En quoi le paternalisme capitaliste industriel qui démarre au 19e siècle a-t-il permis une émancipation ouvrière et populaire ?

        En réalité, ce paternalisme qui fait suite au patronage, ne s’est instauré que pour éviter une révolte ouvrière et un syndicalisme qui aurait nui aux intérêts du patronat industriel de l’époque. Et il a été mis en place aussi pour garder une main-mise sur la main d’œuvre, empêcher qu’elle aille travailler ailleurs. Ce paternalisme n’était pas là pour émanciper mais pour soumettre, contrôler et infantiliser les ouvriers. Il était là en tant que contrôle social totalitaire sous couvert de bienfaisance et de charité justement.

        Quand je lis le programme de l’économie de communion, j’ai l’impression de lire la même démarche que celle promue autrefois par le paternalisme industriel.

        Comment faire du neuf en 1991 avec du vieux qui ne remettra surtout pas en cause ni en question le capitalisme ultra libéral ni le patronat en général mais lui donnera une coloration un peu plus charitable donc plus chrétienne et acceptable…le morceau de sucre qui aide la médecine à couler en quelque sorte.

        Personnellement, j’ai vraiment l’impression quand je lis ça, d’être prise pour une imbécile. Même sans une grosse culture économique ou syndicale, c’est quand même hallucinant de lire ce genre de projet économique qui a la prétention d’être une alternative à l’économie de marché actuelle.

        Et plus je lis le témoignage de Renata, ses questionnements, plus je me dis qu’il y a dans cette espèce de lobotomisation religieuse dès le plus jeune âge et d’entreprise de dépersonnalisation, un vrai problème sectaire et une dérive de gourou chez Chiara Lubich. Mais qui reste profondément taboue, d’autant plus actuellement où il faut absolument faire aboutir la béatification de la fondatrice.

        D’ailleurs, cette obsession de béatification, qu’on retrouve aussi chez l’Opus Dei pour se prémunir d’enquêtes et poursuites internationales et de qualification sectaire, m’interroge toujours sur la légitimité réelle des mouvements qui en font la demande par le biais de lobbies.

        D’autant que ces demandes s’accompagnent d’une réécriture de l’Histoire pour justifier les futurs béatifiés, et qui, comme de bien entendu, fera obstruction à la réalité des faits et de la personne. Le clergé se fera ensuite fort par voie médiatique et religieuse, de transmettre la légende dorée qui prendra la place de la vérité dont chacun espère qu’elle ne sera jamais accessible.

        On l’a vu concernant Balaguer, le fondateur de l’Opus Dei, on l’a vu pour Mère Térésa, pour JP2, on le voit pour Aloïs Stepinac, on le voit pour Pie XII, on l’a vu également pour les fondateurs de couvents-prisons et bagnes religieux du 19e siècle.

        C’est toujours la même hâte, le même mode opératoire pour masquer des réalités gênantes, abusives, parfois criminelles, par une création de légende dorée certifiée conforme au catholicisme romain institutionnel et sensée être LA protection absolue vis à vis de toute forme de poursuite judiciaire.

        Ce qui devrait logiquement interroger sur le bien-fondé de l’entreprise. Mais qui, en tout cas pour le moment, n’interroge qu’une minorité de croyants et de non-croyants. Cependant, cette méthode, usée jusqu’à la corde, peut-elle véritablement et durablement prémunir ces groupes d’une mise à l’index judiciaire ? J’en suis de moins en moins persuadée.

        Parce que les moyens de communication et d’informations se sont multipliés et que la réalité factuelle finit toujours par être révélée. Le jeu de la béatification ne repose donc que sur un contre la montre qui perd chaque année en tranquillité et impunité. Et avec un Vatican de plus en plus contestable et contesté, profondément corrompu et criminel, sur quelle stabilité et validité peut s’appuyer une béatification aujourd’hui ?