Jeudi 2 janvier 2014 — Dernier ajout mercredi 2 avril 2014

Des évêques non clairvoyants

Mgr Gilson, ancien évêque du Mans et de Sens-Auxerre, pasteur qui a fait montre de beaucoup d’ouverture durant son activité pastorale, manque à l’évidence de clairvoyance sur les « Petits gris ». Il n’est pas le seul d’ailleurs.

Il a toujours défendu son choix d’avoir accueilli leur ordination sacerdotale à la cathédrale de Sens et de leur confier une paroisse dans l’Yonne à Saint-Fargeau. Il les avait déjà accueillis dans la Sarthe. Pour l’évêque, les scandales se comptent sur les doigts d’une seule main (alors que Mgr Séguy en reconnaît plus de trente). Pour Mgr Gilson, il suffit de « couper les branches mortes » et les choses reviendront en ordre.

Itou du côté de Mgr Dagens, l’évêque d’Angoulême, qu’on a connu plus éclairé dans d’autres situations. Il explique, par exemple, que des prêtres de son diocèse l’avaient mis en garde à propos des frères de Saint-Jean, à son arrivée en 1994. Et de leur rétorquer : « Mais, ils ne sont pas dangereux, ils sont jeunes. Si nous les accueillons, nous avons la responsabilité de les situer dans la vie du diocèse et de les former. »

La ligne de conduite de Mgr Dagens est claire : les reconnaître tels qu’ils sont avec leur vocation propre et leur confier des ministères précis. D’où l’affectation des « Petits gris » dans un premier temps à l’aumônerie du Carmel de Cognac et de celle de l’hôpital, puis, plus récemment, à la suite d’un legs de la famille Henessy (les fameux industriels du Cognac), au diocèse, les « Petits gris » (ils sont six) se sont installés à Cherves-Richemont (doyenné de Cognac). Les Petits gris sont aussi en charge de l’aumônerie de l’enseignement catholique à Cognac et collaborent aux aumôneries de l’enseignement public.

Christian Terras

Source : Golias magazine n° 105 novembre/décembre 2005