Jeudi 14 janvier 2016

Des victimes d’un prêtre pédophile brisent le silence

« La parole libérée » est une association loi 1901 créée le 17 décembre 2015. Elle constitue un espace d’expression et de soutien aux victimes des actes de pédophilie qui se sont déroulés au sein du Groupe Saint Luc de 1970 à 1991. Les acteurs malheureux de cette période étaient des enfants, restés pour la plupart muets, incompris et seuls face au comportement déviant d’un prêtre à l’aura et au charisme trompeurs. Suite sur le site de l’association

Voir en ligne : http://www.veritegroupesaintluc.fr

Vos réactions

  • georges 22 mars 2017 00:39

    Bonjour, Je suis né en 1949, et j’ai été victime dans les années 1960 d’attouchements et de simulations d’actes de pénétrations avec éjaculations par un prêtre dans les locaux du presbytère, dans la paroisse de saint Etienne de corbeil essonne dans le 91 par l’abbé « avron » ( je ne suis pas sur de l’orthographe ) celui-ci de nationalité belge ’ je crois) à été nommé ensuite curé en région parisienne, après en avoir parlé avec mes parents le curé de la paroisse est venu et les incidents ont disparus. cette paroisse dirigeait également une colonie de vacances à mijoux dans le jura , où un animateur, ( non ecclésiastique) prodiguait de nombreux attouchements sur les jeunes vacanciers. merci de pouvoir ouvrir la soupape cordialement

  • Je peux me tromper, mais le précédent message de M ou Mme Lemieux sur un prétendu CRRCC avec une adresse en @francemel.fr ne me parait pas très sérieux. Je me demande même s’il n’y a pas arnaque ou récupération.

  • A L’ATTENTION DES INTERNAUTES 30 novembre 2016 15:53, par LEMIEUX

    A L’ATTENTION DES INTERNAUTES

    Chers internautes, le 24 au 27 Octobre passé s’est tenu à Paris un salon juridique de l’internet et du numérique notamment une conférence sur les moyens de lutte contre la diffamation et la cybercriminalité sur internet. Ce salon a été organisé suite à la recrudescence des différentes plaintes des victimes de tout genre d’arnaque enregistré au cours de cette année. A cet effet au cours de ce salon tous les inspecteurs de la CELLULE REGIONALE de REPRESSION CONTRE la CYBERCRIMINALITE (CRRCC) ont été dotés de nouvelles stratégies afin de lutter efficacement contre ces fléaux. Alors chers victimes ne laissez la peur ni la honte prendre le dessus sur vous, osez porter plainte quel que soit la nature d’arnaque dont vous aviez été victime, veuillez contacter ces agents qui ont prêtés serment et qui sont à nouveaux aguerris pour aider toute personne victime d’arnaque sur internet.

    E-mail : crrcc chez francemel.fr

    Cordialement à vous

  • Pierre BRUET 28 avril 2016 21:04

    Bonjour

    j’étais enfant de cœur à l’époque, dans les années 70 à l’église St André de Reims (51) j’ai 58 ans aujourd’hui ; ça a bouleversé toute ma vie.

    Un des deux venait déjeuner de temps en temps à la maison le dimanche.

    Je me souviens que je n’étais pas le seul dans ce cas, sans me souvenir de qui précisément.

    et cette(ces) personnes sauront peut être me dire ce que ma mémoire a occulté en partie ; peut être heureusement…

    Et quand j’entends dire qu’il est bon de faire une thérapie je suis entièrement convaincu ; mais quand on a dérapé toute sa vie, faut il encore en avoir les moyens financiers pour rencontrer une personne efficace.

    cordialement

    • Des victimes d’un prêtre pédophile brisent le silence 28 avril 2016 23:57, par Françoise

      Au plan thérapeutique, Pierre, vous pouvez bénéficier de la prise en charge à 100% Sécu avec un psychiatre ou un victimologue spécialisé. Vous avez des listes sur les associations régionales et départementales de l’INAVEM ainsi qu’au sein des associations de victimes (l’Enfant Bleu, Le Monde à travers un regard, l’AIVI pour ne citer que quelques assos, il y en a d’autres). Possible également que l’AVREF dispose d’un listing de psychiatres et victimologues compétents. Ce qui peut grandement vous aider. L’INAVEM a un site internet national avec un centre d’écoute 24/24 et 7/7. Et a la liste de toutes les instances départementales qui peuvent vous donner des listes de praticiens compétents.

      Bon courage ! Je sais pour avoir subi l’inceste, la dureté de votre vécu et à quel point la reconstruction peut être difficile. Mais on peut arriver à s’en sortir et surmonter tout ça. Prenez soin de vous !

      Cordialement

      Françoise

  • Fabre Jean-Louis 15 mars 2016 10:16

    Dans les années 60 - 65 ,entre mes 10 et 15 ans, j’ai subi les agressions sexsuelles - dont des viols - de la part du curé de mon village. Ce n’est qu’en 2012-2013 que j’ai adressé une lettre descriptive au procureur du tribunal de Narbonne. Six ou huit mois plus tard j’ai reçu un rapport me disant que ma lettre avait donné lieu à une enquête :le coupable avait reconnu lès faits….Mais il y avait prescription !!!!! Je le savais, mais tout de même c’est dur à avaler ! J’ai adressé ce doucument à l’évêque de Carcassonne ,qui reconnaît les agissements de ce curé ,qu’il a « relevé de son ministère ». A 90 ans je me demande quel était ce ministère ? J’ai également adressé le rapport judiciaire au Vatican. La réponse du nonce apostolique reconnaît les faits ,mais pour le droit canonique ,il y a également prèscription ….et il m’assure des prières du pape à mon intention. ( c’est de l’humour,je pense ). POURQUOI AI JE ATTENDU 45 ANS ? TANT DE SILENCE !Et maintenant l’alcool pour compenser la perte de confiance en moi . Je voulais le tuer .

    • Bonsoir Jean-Louis

      Merci pour votre témoignage, bouleversant, touchant.

      Dans les années 60, vous saviez que votre parole ne serait pas prise en compte. Et l’autorité cléricale était encore bien trop importante socialement, religieusement, politiquement pour que vous puissiez dénoncer la chose. Sans compter qu’il est très compliqué, et je suis bien placée malheureusement pour le savoir en tant qu’ancienne victime d’inceste, de pouvoir immédiatement dénoncer des abus, des viols. On passe par un phénomène de sidération, de terreur, d’abattement qui peut durer longtemps. Sans compter parfois un passage à vide durable, presque amnésique et post traumatique, ce que le Dr Muriel Salmona appelle la mémoire traumatique. Donc ne culpabilisez pas ! L’essentiel est d’avoir pu parler et dénoncer tout ça, même s’il y a prescription. C’est un premier pas important pour pouvoir engager une reconstruction.

      Un petit lien sur ce qui se passe dans notre cerveau après de tels traumatismes :

      http://www.memoiretraumatique.org/psychotraumatismes/origine-et-mecanismes.html

      Après, même si ça vous paraît tardif, vous pouvez toujours engager une thérapie psy pour vous aider à remonter la pente. Il y a aujourd’hui une offre thérapeutique large et pas uniquement des entretiens psychanalytiques longs et coûteux. Idem pour votre addiction à l’alcool liée à ces traumatismes.

      Prendre soin de vous est primordial.

      Pour avoir engagé une thérapie très longtemps après les viols et abus subis, je peux témoigner de l’efficacité et du bien-être engendré par ces thérapies. J’avais choisi l’EMDR. Après, vous avez plein d’autres thérapies (TCC-thérapies cognitives comportementales, Gestal thérapie, hypnose éricksonienne, méthode Démêlés, analyse psychanalytique, etc). Il y a forcément une démarche qui pourra vous convenir et vous aider. Et ça en vaut la peine. Relativisez les réactions vaticanes. Elles sont purement formelles, protocolaires.

      Où que vous soyez en France, vous pouvez vous adresser à l’INAVEM, soit pour trouver un thérapeute, ou simplement disposer d’ un lieu d’écoute, d’aide avec juristes, psys, etc. Ils ont un site internet avec des antennes régionales partout en France et un centre d’appel 24H/24.

      Vous pouvez également vous faire soutenir par l’AVREF.

      Plein de soutien et de courage dans votre démarche de reconstruction.

      Cordialement Françoise

  • 18 février 2016 17:16

    J’évoquais il y a quelques jours la commission pontificale sur les abus pédophiles de prélat, formée en 2014 par F1. Il semble que la fameuse commission soit une coquille vide, dixit un de ses membres, Peter Saunders, écarté car il avait réclamé la démission du cardinal George Pell (monsieur économie du Vatican) concernant sa protection d’un prêtre pédophile en Australie :

    http://fr.annahar.com/article/311546-peter-saunders-victime-dabus-pedophiles-mais-ecarte-par-le-vatican-se-sent-trahi

    L’article permet de comprendre la difficulté pour le Vatican de traiter cette problématique. Et fait comprendre à tous que le changement ne viendra pas de l’institution elle-même, mais uniquement de démarches collectives de victimes, de prélats qui se révolteront contre la loi du silence et la dissimulation qui règne encore au Vatican et dans toute l’institution cléricale catholique romaine.

    Le cardinal George Pell doit répondre par vidéo sur sa responsabilité dans la dissimulation des crimes et la protection du prêtre pédophile australien. Et il sera confronté aux victimes de ce prélat qui ont fait le voyage jusqu’à Rome pour entendre et rencontre le cardinal sur l’affaire qui les concerne. Une première dans ce genre d’affaires.

    http://www.ladepeche.pf/Australie-des-victimes-de-pretres-pedophiles-recoltent-des-milliers-de-dollars-en-ligne-pour-se-rendre-a-Rome_a10742.html

  • 16 février 2016 16:50

    Très beau témoignage de François Devaux.

    http://www.ladepeche.fr/article/2016/02/16/2278311-francois-devaux-l-eglise-refuse-de-nous-reconnaitre-victimes.html

    Je le rejoins tout à fait par rapport à la nécessité d’un contrôle de l’institution cléricale romaine et qu’il ne faut plus qu’elle se place au-dessus des lois concernant des crimes qu’ils soient sexuels sur mineurs ou majeurs, qu’ils soient crapuleux ou financiers. L’impunité doit cesser.

    Je félicite l’association d’avoir porté plainte contre Mgr Barbarin et d’avoir pointé l’irresponsabilité vaticane vis à vis de la pédophilie, en demandant qui plus est à un prélat très controversé, Tony Anatrella, de préciser et former l’ensemble du clergé sur ces questions.

    http://www.ladepeche.fr/article/2016/02/16/2278193-viol-scouts-cardinal-barbarin-confesse-avoir-ete-courant-2007-2007.html

    Hélas cette irresponsabilité n’est pas neuve. Quand en 1962, le texte Crimen Sollicitationnis sort, c’est soit-disant pour protéger les familles et croyants de tous âges, toutes situations, de sollicitations sexuelles de prélats. Il en résultera au contraire une pression sur les victimes et les familles et une protection des prélats agresseurs, pédophiles ou non ainsi qu’une perpétuation et une augmentation des crimes. Un comble qu’il ne faut pas rééditer avec les textes d’Anatrella.

    Plein de courage aux victimes pour la suite ! Merci pour ce travail de dévoilement et de mise en lumière de réalités criminelles que l’Eglise s’acharne à dissimuler et à perpétuer par son opacité.

  • 2 février 2016 17:16

    Autres nouvelles de Marini, l’aveu de la responsabilité de l’Eglise dans la dissimulation, la protection des pédophiles de l’institut :

    http://www.lematin.ch/suisse/enfants-abuses-grand-pardon/story/19028037

    http://www.lematin.ch/suisse/La-dissimulation-le-souci-des-pedophiles-de-Marini-/story/28600295

  • 15 janvier 2016 17:56

    Effroyable.. en 2015… encore… mais l’Eglise se croit-elle au dessus des lois et de la morale pour confier des enfants à un pédophile notoire et cela depuis 25 ans ? Que font les responsables du diocèse qui apparemment ont attendu (cf article de la Tribune) que des plaintes au pénal sortent pour réagir et sinon on tout fait pour dissuader les plaintes ? si ces plaintes et ce courageux François n’avait pas ENFIN réagit, ce prêtre serait toujours responsables de groupes d’enfants, de caté etc… Que font les chrétiens lambda qui savaient et qui n’ont rien dit ? (on comprend que les victimes n’aient pu s’exprimer bien sûr)… L’Eglise est dangereuse et ne changera jamais… que conclure d’autre alors que soit disant c’est « tolérance zéro » pour les responsables depuis des années ? car ici ce n’est pas le prêtre (qui bien sûr à son immense responsabilité de malade pédophile) mais bien les AUTORITES (Decoutray et Barbarin) qui l’ont maintenu jusqu’en 2015 …

    • C’est l’abomination dans l’abomination. Mais nous savons qui est le prince de ce monde, ce n’est en aucune façon Notre Seigneur Jésus-Christ, mais le Singe lui-même, Satan. Aussi, tous ceux, qu’ils soient croyants ou non, laïcs ou consacrés qui veulent vivre avec ce monde, font le choix de vivre sous les ordres du prince de ce monde, donc sous les ordres de Satan lui-même. Aussi, rien d’étonnant toutes ces abominations qui ont commencé il y a deux mille ans, avec Judas, qui pourtant, était dans le Face à Face, dans la Béatifique vision, car en « compagnie » de dieu Lui-même. Toutes ces abominations, comme toutes celles que connaît ce monde à chaque instant, sont des actes/volonté de Satan.

      Mais la Foi n’a absolument rien à voir avec cela. L’Eglise de Notre Seigneur, n’a absolument rien à voir avec cela, avec tous ces traitres qui continuent à le faire souffrir dans ses membres, dans son Cœur Sacré. Cela nous fait tous, dans la Foi, extrêmement souffrir, et cela doit être combattu avec la plus extrême rigueur. Ces consacrés doivent être retirés de tout circuit et doivent finir leurs vies dans le repentir, au fin fond d’un couvent et pas ailleurs et en prison tout d’abord, afin de payer leurs dettes à toutes ces victimes qui en ont besoin pour se reconstruire quelque peu. Nous sommes en toute Union de Prière avec toutes ces victimes, mais aussi avec tous ces meurtriers abominables, victimes de leurs côtés de Satan ; car c’est l’enfer qu’ils risquent. Mais ces victimes, en offrant leurs souffrances, gagnent le Paradis en ligne directe. « Malheur par qui le scandale arrive ».

      L’Eglise, ce n’est donc pas cela, mais ce sont ses membres combattants dans la Foi, ce sont les membres de Notre Seigneur Jésus-Christ, il en est la Tête avec à son côté, sa Si Sainte Mère, Marie.

      Christian

      • Hélas Christian, si les victimes ne se groupent pas pour dénoncer ces atrocités, rien ne serait révélé. Il faut beaucoup de courage, de temps, d’acharnement pour faire paraître la lumière sur ces faits aussi odieux et traumatisants.

        Aujourd’hui, j’apprends qu’un nouveau scandale pédophile catholique est mis à jour à Fribourg en Suisse. Avec des milliers d’enfants victimes.

        https://www.cath.ch/newsf/mgr-morerod-publie-rapport-abus-sexuels-a-linstitut-marini/

        Le documentaire réalisé sur le sujet récemment est terrible :

        http://www.rts.ch/play/tv/temps-present/video/enfants-places-les-dossiers-de-la-honte?id=6727036

        C’est là que l’on comprend la collusion entre états et Eglise catholique, mais aussi la pratique institutionnalisée de la pédophilie au sein de ces établissements pour dominer, anéantir des enfants jugés comme malfaisants parce qu’issus de familles en difficultés. Des crimes qui dans certains instituts ont duré plus d’un siècle… Vous imaginez sans peine les millions d’enfants victimes si l’on réunit l’ensemble des instituts de ce type en Europe. Dans le silence le plus assourdissant. Seulement brisé très récemment par les victimes encore vivantes.

        • Oui, je suis d’accord avec vous, et c’est le sens de mon message. Mais je voulais préciser que cela n’a absolument rien à voir avec Dieu. Ce sont des monstres sous l’emprise de satan qui agissent au sein de l’Eglise. Et il y en a partout, dans tous les groupes spirituels, et plus d’ailleurs, mais on en parle très peu. Tout ceci est l’horreur absolue « qui touche à l’un de ces petits…. » est voué à la géhenne. C’est certain. Toucher à l’innocence, c’est toucher directement Dieu. Je ne pense pas qu’il puisse y avoir collusion entre l’état et l’Eglise, cela est impossible car l’intérêt de l’état est que l’Eglise disparaisse et non le contraire. Je pense qu’"il y a collusion entre des dépravés, des satanistes au bas mot avec d’autre satanistes des états. Et d’autres mettent un des volets à jour régulièrement, uniquement le volet de l’Eglise. Mais tout est corrompu et certainement bien plus en dehors de l’Eglise que dedans. Toujours est-il que l’Eglise devrait être irréprochable. Elle ne l’est pas. Mais Notre Seigneur nous en avait prévenu, des Judas nous en aurons toujours. Notre Foi doit éclater, par la Très Sainte Eucharistie, dans cette boue putride.

          • Hélas Christian, il y eut collusion durant pas mal de décennies entre les états et l’Eglise. L’Eglise catholique mais aussi l’Eglise protestante, ont ainsi eu tout pouvoir de rétorsion, de coercition, sans aucun contrôle d’état, et elles ont été payées par les états pour gérer, reformater, réprimer rééduquer dans le sens de la soumission aux classes dirigeantes, tout un pan de la population humaine, généralement la plus pauvre, la plus fragile. On le voit aujourd’hui avec toutes les victimes des couvents prisons qui témoignent, ont accès à leurs dossiers d’enfermement aussi bien administratif que religieux, mais aussi des bagnes religieux, les orphelinats religieux où les pires sévices avaient cours. Qu’on parle de ces situations en France, en Suisse, en Irlande, en Espagne, en Italie… Pourquoi croyez-vous que l’Etat irlandais, comme la confédération suisse ont fait repentance récemment de leur collusion avec l’Eglise catholique dans la gestion des orphelins, des enfants issus de familles en difficultés, etc ? Ce n’est pour des clopinettes. Mais bien parce qu’il y a vraiment eu par le passé une collusion entre les deux. Et qui a perduré au-delà de lois pour la laïcité. Vous vous rendez compte qu’il a fallu attendre la fin des années 90 en Irlande pour que cessent les couvents prisons ? Et le début des années 2000 pour que les faits criminels soient dénoncés par les anciennes pensionnaires ?

            Vous vous rendez compte qu’il a fallu attendre le début des années 90 pour que les vols de bébés espagnols et l’enfermement religieux des jeunes filles enceintes sans être mariées cessent ?

            Vous vous rendez compte qu’il a fallu attendre en France le début des années 70 pour qu’un contrôle de l’état se fasse et constate les violences et les sévices dans les Bon Pasteur, Miséricorde et autres et fasse cesser ces horreurs en plaçant des éducateurs réellement formés auprès des jeunes et dans des conditions décentes, aidantes et non plus coercitives ?

            C’est là que vous voyez qu’il y avait bien un problème qui n’est toujours pas réellement assumé dans différents pays. Que l’Eglise n’affronte que lorsqu’elle est mise devant ses crimes par des associations de victimes. Que les états n’assument que lorsqu’ils n’ont plus vraiment le choix.

            En Suisse, c’est le combat d’une seule femme qui a fait reconnaître à la confédération suisse sa collusion avec l’Eglise catholique, l’Eglise protestante dans tout ce qui concerne l’enfermement des enfants depuis la fin du 19e siècle jusque dans les années 70. Elle s’appelait Louisette Buchard. Elle avait été une enfant placée arbitrairement dans des instituts cathos et protestants qui l’ont violentée pendant toute son enfance et son adolescence. Sans son combat à l’âge adulte pour la reconnaissance des victimes de ces institutions, l’administration suisse n’aurait pas reconnu sa responsabilité vis à vis de ces abus, de ces crimes commis conjointement avec les congrégations religieuses. Qu’on parle des enfants Jenisch, ou simplement des enfants suisses pauvres de familles en difficulté.

            En France, l’état ne s’est toujours pas excusé vis à vis des victimes du Bon Pasteur, de la Miséricorde et autres bagnes religieux où l’état, la police et l’institution catholique enfermaient depuis le 19e siècle, des millions d’enfants dans des conditions effroyables. Il y a pourtant encore des victimes vivantes. Qui ont monté un collectif et un forum d’entraide. Facilement trouvable sur internet.

            La France a préféré ne pas affronter sa responsabilité. Et l’épiscopat français n’assume toujours pas ce que les anciens ont laissé faire, voire ont justifié pendant près d’un siècle. Les bâtiments de ces congrégations du malheur ont été depuis ou revendues à des promoteurs privés, ou par les collectivités locales, les instituts restent dans le déni de leurs crimes. Il y a eu quelques films sur le sujet, le plus célèbre étant la Petite Voleuse de Claude Miller avec Charlotte Gainsbourg dans les années 80. Il y a eu récemment quelques émissions de radio sur France Culture avec les victimes qui témoignent. Ecoutables en Replay. Mais rien en terme de réparation pour les victimes de ces établissements.

            Quant à la mémoire collective sociétale, elle préfère tirer les volets sur cette période. Parce qu’une partie y a tellement souffert et puis ça dépasse tellement l’entendement humain ces horreurs, surtout commises par des religieux, des religieuses soit disant guidés, inspirés par Dieu. Tellement de gens ont perdu la foi, du fait de ces crimes abjects sur plusieurs générations de familles parfois…

            Cordialement

            Françoise

            • Bonjour Françoise

              Vous avez beaucoup de renseignements que je ne possède pas. Mais, certes, des membres de l’Eglise sont véreux, sont carriéristes, sont traitres à Dieu, sont des Judas, d’autres des monstres. Mais il ne faut pas généraliser d’une part et ne pas enfler le phénomène. Prenons, par exemple le Bon pasteur ; je ne sais de quoi vous parlez. Vous le caractérisez de bagne !! Ma mère, ma propre mère y a été pensionnaire, et a failli y être religieuse et ce qu’elle m’en a toujours raconté est aux antipodes de ce que vous avancez. Oui, il y avait des sœurs pas charitables, mais pas de bagne !! Bien au contraire !! Sans ces communautés, comme le Refuge d’Anglet (fondé par le Bx père Cestac) combien de ces enfants auraient été perdus, aux mains des pires saloperies qui existent dans les bas-fonds !! L’Eglise, par ces communautés, et par de multiples consacrés, a sauvé un nombre incalculable de personnes, de corps et d’âmes. Bref, avant de tirer à bouts portants examinés d’ailleurs attentivement le dossier si complexe. A qui profite le crime ? Pourquoi chercher à autant salir ? Par exemple, nous savons aujourd’hui qu’en Irlande, toutes ces accusations horribles, ne furent qu’inventions démoniaques ! Alors, pourquoi sortir ces fables sataniques pour en faire des soi-disant vérité ? Faire cela est se mettre au diapason de l’auteur de ces fables sataniques. Non Françoise, il ne faut pas faire le jeu de satan qui n’attend que cela. Il faut couper tout ce qui doit être coupé, arraché tout ce qui doit être arraché, car l’Eglise doit être Sainte Une, Catholique et Apostolique et Universelle. Mais elle est avant tout UNE. Et je suis UN avec elle, comme vous l’êtes. Bien sûr, tout cela fait très mail, nous fait très mal, mais un médecin ne va pas euthanasier son malade, il cherchera à le guérir avant tout, sinon, il n’est plus médecin, mais adepte de théories hitlériennes et Cie.

              En toute UDP

              • Je vous invite à aller voir le forum des victimes des couvents du Bon Pasteur. La majorité de celles qui ont vécu à l’intérieur de ces établissements entre les années 50 et 60 y ont vécu l’enfer. Votre mère y a peut-être vécu après cette période. Ce qui expliquerait qu’elle n’y ait pas de souvenir dur. Mais avant la mise en place d’un vrai contrôle et de vraies éducatrices, la vie à l’intérieur était vraiment très dure.

                Voici un aperçu :

                http://enfantsenjustice.fr/spip.php?article23

                https://rhei.revues.org/2163

                Bernadette Lafont, Nicoletta, Denise Fabre qui sont passées par ces établissements ont vécu des choses atroces. Et ont été traumatisées par ces méthodes coercitives et les mauvais traitements reçus. Les trois avaient témoigné de ce passé douloureux au moment où les premiers films sont sortis sur le sujet.

                http://bonpasteurnotreenfance.vraiforum.com/index.php

                Quant aux couvents prisons irlandais, il n’y a eu aucun canular. C’est bien la réalité qui s’est passé. Et l’enquête n’est pas terminée. Elle risque de dévoiler d’autres horreurs.

                Voici un article récent sur Tuam en anglais issu d’un journal irlandais qui confirme bien les mauvais traitements, la cruauté et les fosses communes :

                http://www.irishcentral.com/news/Tapes-prove-cruelty-neglect-Tuam-Home-widely-known.html

                Voici ensuite le documentaire passé sur le sujet à l’automne avec les témoignages des survivants de ces lieux :

                Enfin, voici la reconnaissance de l’Etat irlandais des crimes commis via les couvents prisons :

                http://www.parismatch.com/Actu/International/Couvents-de-l-horreur-l-Irlande-devant-son-passe-162343

                Je vous place enfin le même lien que j’ai donné à Aletheia sur la gestion des enfants par la justice aussi bien publique que religieuse depuis le 19e siècle.

                http://enfantsenjustice.fr/spip.php?article43&idst=oui&id=docs

                Le site est très fourni, il y a de quoi s’informer et s’appuyer sur les nombreuses bibliographies et documents. Le site dépend du Ministère de la Justice.

                On voit que la pédophilie sévissait depuis le 19e siècle. Le bagne religieux de Cîteaux, qui s’appelait à l’époque la colonie pénitenciaire agricole, l’équivalent de la colonie pénitenciaire de Mettray en Bretagne, fit scandale dès les années 1880 par de nombreux viols commis par les moines cisterciens. L’article de journal est très éloquent :

                http://enfantsenjustice.fr/IMG/pdf/petit_bourguignon.pdf

                Curieusement, ces pratiques pourtant dénoncées, ont continué dans différentes congrégations. Dans différentes communautés aussi. Et comme je l’avais découvert il y a quelques années, le Vatican avait même créé un camp secret de rééducation des prêtres pédophiles aux US, Camp Ped. Sauf que cet établissement concentrant tellement de pédophiles, les enfants du diocèse ont été rapidement agressés par ces prêtres. Ce qui conduisit le Vatican à les recycler en Amérique du Sud.

                En outre, le document Crimen Sollicitationnis signé en 62 par J23, censé protéger enfants, femmes d’attouchements, de violences par des prêtres, évêques, aboutira exactement à l’inverse.

                Ce qui montre bien un réel problème institutionnel grave.

                Il ne s’agit pas de diaboliser l’jnstitution cléricale dans son ensemble, mais de comprendre que ce fut un système de fonctionnement et d’approche abusive des enfants qui sévissait depuis très longtemps dans l’Eglise. Qui a perduré jusqu’à très récemment.

                Ca nous parait aberrant aujourd’hui parce qu’il y a depuis 1989 les droits de l’enfant et que la société a profondément changé. Mais hélas, le mode d’approche dans certaines communautés qui étaient censées faire de la rééducation, était la domination totalitaire y compris sexuelle des enfants.

                Récemment, une victime suisse de l’institut Marini racontait à quel point il avait souffert, comment on le forçait à des rapports sexuels enfants avec le directeur d’établissement et après, il devait aller dire la messe…Cet homme est traumatisé à vie. Il n’a jamais pu avoir une vie privée après ces horreurs qui ont duré des années.

                Et il a toujours des crises d’angoisse à plus de soixante ans.

                J’ai un ami rennais qui a connu les mêmes sévices dans un petit séminaire de Rennes où ses parents l’avaient placé. Il est toujours traumatisé par ce qu’il y a subi.

                Comment peut-on faire des choses pareilles et se prétendre relais de Dieu sur terre ? On se le demande.

                Bonne lecture de ces documents. J’espère que vous y apprendrez autant que j’en ai appris. Et que vous comprendrez qu’il s’agit bien de faits réels et non de faits inventés.

                Cordialement

                Françoise

                • Bonjour Françoise

                  Je vous remercie d’avoir pris la peine de me donner tous ces liens. Concernant le Bon Pasteur et mère Marie-Euphrasie Pelletier qui est une Sainte, donc son nom est Sainte Marie-Euphrasie Pelletrier, n’a jamais, jamais fondé sa communauté pour pratiquer ce que vous dîtes et ce que ces articles laissent suggérer. Il en va de même pour tous les Refuges, à commencer par ceux du Bienheureux Père Cestac. Ces fondateurs on agit face à cette société qui laissait et organisait se perdre ses enfants. Ces fondateurs ont sauvé des dizaines et des centaines de milliers d’enfants !! Alors, il est facile de les salir plus d’un siècle après leur montée au Ciel. Bien entendu qu’il a pu y avoir des comportements brutaux et violents (il y en a eu, là où était ma mère, à Angers donc, au début et durant la seconde guerre mondiale), mais certainement pas des bagnes, et des mouroirs, des salles de tortures et de pédophile. Il ne faut pas oublier que l’Eglise a pris la place des pouvoirs publics qui refusaient de s’occuper de tous ces enfants, qui refusait de faire le « sal boulot » ; et l’Eglise, dans ce « sal boulot » faisait jaillir de grands Saints !!!! Et à cette époque, l’enfant n’était pas considéré comme aujourd’hui, vous le savez certainement et mal traité dans 90% des cas. Les enfants à la mine dès l’âge de 8 ans, était quelque chose de normal d’entre l’entre deux guerres !!!!. Même moi, qui suis né 10 ans après la fin de la seconde guerre mondiale ai été bien bien bien plus mal traité que ne le sont les enfants d’aujourd’hui au niveau médical en premier lieu. Cela existe aujourd’hui, OUI dans bon nombre de quartiers, organisé par tous ces bourgeois dépravés, avec l’aval et l’aide d’organismes de l’état, que vous devez connaître, très certainement. Exemple, les scandales de Dunkerque il y a qqs 20 ans, mais il y en a bien d’autres, à commencer par la vaste affaire Dutroux avec ses ramifications en France. Bref. Il y a assez de choses plus qu’épouvantables, plus que sataniques, si cela est du possible, pour ne pas en rajouter. Il y a des choses, que par et dans la Foi, nous savons. Et il est évident que satan, le prince du mensonge met toutes ses forces pour détruire Notre Eglise qui est la seule à détenir La Vérité, étant fondée par Dieu Lui-même, avec à sa tête Dieu en personne. Aussi, jeter de l’huile sur le feu est une faute d’une extrême gravité, un péché contre l’Esprit dont nous devrons rendre compte à notre jugement. Aussi, tout en sachant que des « saloperies » ont été faites et se font toujours, soyons d’une prudence de sioux. Vous ne donnez en exemple que des faits du passé, qui ne peuvent être réfutés par les acteurs de l’époque, alors qu’aujourd’hui, il en est de semblables et de bien pires avec des personnes ayant pignon sur rue. Et cela ne semble déranger personne. Je crois que vous travaillez pour Golias, et donc vous devez savoir à quelles fondations je fais allusion. En tous cas. Stop ! Ne touchez pas aux Saints de Notre Eglise qui sont en Dieu, avec Dieu de par Dieu, car toucher à ces Saints, c’est toucher à Dieu Lui-même.

                  PS : Concernant l’Irlande, le gouvernement dit lui-même qu’il est responsable de la situation. No comment.

                  • Bonsoir

                    D’abord je tiens à dire que je ne travaille pas pour Golias. J’y suis simple intervenante sur leur forum. Comme je suis simple intervenante ici.

                    Il n’y a aucune sainteté dans le fait de créer des établissements de pénitentes. Vous savez qu’aussi bien pour ce qui concerne le père Cestac que la fondatrice des Bon Pasteur que la Fraternité Lataste, que les soeurs du Bon Secours, il s’agissait de réformer par l’expiation de péché (culpabiliser de sa naissance, de sa jeunesse, rejeter ses parents, se définir comme définitivement sale, devant faire repentance éternelle) et le travail gratuit forcé ces filles définies religieusement et socialement comme perdues.

                    L’Eglise a réécrit l’histoire par des sanctifications purement politiques des fondateurs et fondatrices de ce genre d’établissement, en espérant illusionner le plus possible les gens et nous croyants tous les premiers. Sauf que, malheureusement, la vérité de ce qui se passait dans ces établissements finit par sortir un jour. Parce que ce type d’établissement a perduré jusque tardivement dans l’histoire. Faisant des victimes qui sont encore vivantes à l’heure d’aujourd’hui et qui de plus en plus se lèvent pour témoigner des atrocités subies, voire, portent plainte contre ces établissements, contre l’Eglise et les états responsables de ces placements et ces internements, et contre les violences qui allaient avec.

                    Vous avez suffisamment de documentation dans ce que je vous ai passé comme liens pour voir qu’il s’agit là de choses réelles. Nullement de la diffamation. Et c’est très utile de voir tout ça justement en lien avec ce qui se passe aujourd’hui via les différentes communautés déviantes dont nous avons un aperçu ici sur ce site.

                    Car si l’on ne fait pas le lien entre les deux, on ne peut pas comprendre à quel point ces abus d’aujourd’hui sont en lien avec ceux d’hier. Et que cela correspond hélas à un comportement récurrent de l’Eglise catholique romaine. Qui n’a que très peu évolué. Et qui retombe dans les mêmes travers, sous une autre forme via les communautés déviantes.

                    Effectivement, avant les droits de l’enfant en 1989, l’enfant n’est pas considéré, ou seulement comme un bien mobilier dont les adultes peuvent disposer à leur guise, ayant droit de vie et de mort qu’ils soient religieux, parents, patrons, professeurs, médecins, juges, etc.

                    Et jusque dans les années 1950, l’enfant pauvre est considéré comme devant être séparé du reste des enfants, rééduqué, les filles expier le péché de leurs parents, le péché d’être nées hors mariage, d’un viol, d’un inceste, avoir honte de leur corps, de leur être, presque d’être en vie. L’exploitation totale de ces enfants, de ces ados fragiles, éprouvées par la vie, via différents travaux forcés mais aussi la vente de bébés volés aux adolescentes enceintes par différentes communautés religieuses dans toute l’Europe est donc maximale.

                    Ca démarre milieu du 19e et ça se poursuivra jusque dans les années 1970, avec quelques exceptions dans les pays un peu plus marqués par un épiscopat ultra puissant (l’Espagne et l’Irlande par exemple). Les droits des femmes puis de l’enfant feront cesser ce type d’établissement en Europe, les congrégations déplaçant ces activités sur des pays non européens, où les droits fondamentaux n’existent pas ou quasiment pas.

                    Fin des années 70, on commence à voir fleurir un peu partout en Europe les différentes communautés déviantes qui vont prendre le relais au niveau criminalité et oppression des individus (mais pas les mêmes). A croire que l’Eglise comme la nature, a horreur du vide.

                    Et comme hier, l’Eglise se tait, dissimule, déplace, tout en cautionnant ces communautés déviantes. Coïncidence malheureuse s’il en est. Mais qui ne tient en rien du hasard. Mais d’une tradition.

                    Malheureusement pour l’institution cléricale, les droits de l’enfant, les droits des femmes ont ouvert les consciences sociales, collectives et individuelles. L’emprise cléricale étant aussi plus réduite, les victimes même âgées de plus de 60 ans, se révoltent et portent plainte. C’est ainsi que victimes du passé criminel et victimes de l’actualité criminelle de l’Eglise et ses communautés déviantes se retrouvent. Et par leurs témoignages font état d’un système et d’une approche de l’humanité bien tordue tout en prétendant faire avancer le règne de Dieu, et faire le bien.

                    Comprendre cela blesse Mais permet de saisir que l’Eglise ne se réforme pas. Qu’elle perpétue au contraire depuis toujours des comportements répressifs et violents sur les individus. Soit disant au nom de Dieu. Et que tant qu’elle ne sera pas jugée au plan pénal comme n’importe quelle institution criminelle, rien ne changera.

                    Cordialement Françoise

                    • Françoise Don acte, vous n’êtes pas de Golias, et cela me confirme bien dans le sentiment que vous n’êtes pas catholique. En tous cas, il est clair que vous n’avez pas la Foi catholique mais une croyance influencée par la franc-maçonnerie satanique. Vous égrenez beaucoup de saletés sur Mon Eglise, sur nos Saints, qui sont en par et avec Dieu, vous salissez donc Dieu. Savez-vous ce que vous risquez après votre mort ? Vous devriez être plus prudente dans ce que vous colportez. Tous vos liens sont un tissu de mensonges ne sont que des cabales du genre de celle montée contre Pie XII par Moscou. Je prie pour vous

                      • Ah c’est beau le déni… C’est tellement plus confortable ! Je suis catholique pratiquante. Baptême, communion, confirmation, tout ce qu’il faut pour exercer et assumer pleinement ma croyance. Etre catholique ne veut pas dire qu’on refuse de voir la réalité en face. Etre catholique c’est regarder l’institution cléricale les yeux dans les yeux et lui dire son fait quand elle dérape, contredit sa mission, viole les corps et les consciences. C’est ce que je fais, comme Xavier Léger et d’autres catholiques le font ici et ailleurs. Ca n’a rien ni de rumeurs ni de cabales maçonniques et autres délires du genre. Mais s’appuie sur des faits avérés et têtus.

                        Quant aux menaces, elles ne fonctionnent que sur celles et ceux qui y croient. Nous ne sommes plus en 1962 du temps de Crimen Sollicitationnis. Nous ne sommes plus à l’époque où les droits de l’enfant et les droits des femmes n’existaient pas. Nous ne sommes plus à l’époque où l’instruction scolaire ne concernait que les plus riches et où les archives n’étaient pas consultables ni l’information accessible pour les croyants. Les temps ont changé.

                        http://www.lematin.ch/suisse/j-enfin-entendu/story/14852995

                        Cordialement Françoise

                        • Françoise persifle ondule rampe et glisse d’un message à l’autre …. Elle n’hésite pas à se contredire sans vergogne d’un post à l’autre avec l’aplomb d’un professionnel de la manipulation et de la dissimulation .

                          Prise en flagrant délit de contradiction , d’ignorance , de malhonnêteté ….rien ne la gêne . C’est pourquoi je ne discute plus avec elle . C’est inutile . Mais , en même temps , c’est intéressant et révélateur de qui viennent les attaques vicieuses contre les frères Marie-Dominique et Thomas Philippe et de leurs motivations . Merci Françoise et cie ….

                          Par pitié évitez d’étaler et de déballer votre vie ici , on n’est pas dans un cabinet médical ( c’est obscène et pas forcément crédible ) ou dans un confessionnal et plus encore il vaut mieux éviter de se lancer dans des développements pseudo intellectuels si on n’a pas le niveau au risque de paraitre ridicule . Sur le plan philosophique M.Dominique Philippe était connu comme une « pointure » et son « éthique » très largement inspirée et développée à partir d’Aristote se fondait sur une Métaphysique rigoureuse , « scientifique » . Et il répétait souvent qu’il n’y a pas d’éthique sans métaphysique et donc pas d’amour d’amitié sans vérité et sans liberté .

                          Les critiques sont recevables si elles sont articulées pas si elles sont de ’simples« mouvements d’humeur tel le »coup de pied de l’âne" longtemps ruminé !

                          Enfin pour ce qui est de notre époque formidable de l’éducation , de l’information , de la pub , du show-biz bisounours , du paraitre , du zapping et du mensonge à grande échelle …..C’est formidable ! J’en suis tout ému ! C’est beau et « ça brille comme un miroir de bordel » ( cf « mon nom est Personne » film qui porte bien son nom ) . Bref ce serait presque comique tant d’apparente naiveté

                          Aletheia

                        • Donc , au cas où l’on aurait pas compris , « Françoise » est croyante quand ça l’arrange …. Une croyante à géométrie variable qui cache mal des intentions obscures , de groupes obscures ( sectaires pour le coup ) , visant à dénaturer une Eglise vivante et visible qui les gêne dans leur business , leurs affaires et jusque dans leur « conscience » quand il en reste

                          Aletheia

                          • Oui, il est clair que la dénommée Françoise agit comme en commando. Il y en a d’autres sur le Web, et chez bon nompbre d’éditeurs dits catholiques, qui agissent de la même manière, mélangeant le vrai et le faux, cela ne leur est d’aucune importance, l’essentiel est de détruite l’Eglise Catholique. Je suis allé voir ses liens, et il est clair que ce ne sont que des fabulations, que des contes vampirisés. Même Nicoletta a pu vivre et travailler grâce au Bon Pasteur… alors que Françoise affirme qu’elle en a subi les tortures. Ce n’est qu’un maigre exemple. Mais toucher, « dégueulasser » le Bienheureux Père Cestac ainsi que sa sœur, le Bienheureux Père Lataste, Sainte Marie-Euphrasie Pelletier et tant d’autres !! Cela est digne des komiterns, réunis en groupe avec les experts nazis dans les bouges infernaux. Ceci est tellement gros et évident que cela parle pour cette personne. Françoise est tordue de chez tordue, mais le tordu par excellence est le père du mensonge. Concernant les pères Philippe, j’avais mis une contribution sur l’autre fil qui n’a pas dû être pris en compte ; je ne suis pas d’accord avec vous, Alethéia, mais c’est un autre sujet et pas celui de ce fil. Toujours est-il que se servir de telle ou telle personne pour vouloir accuser toute l’Eglise est signé, car la discussion est normale, la joute est même désirable (comme celles de Saint Tomas d’Aquin) mais toujours dans la sincérité et l’honnêteté au plus.

                            Bonne journée

                            Christian