Vendredi 9 mai 2014

Il est interdit de dire « numéraire de cette secte ». L’Opus Dei expurge l’homélie du Pape.

En réécoutant l’original de ce qui est transmis par Radio Vatican, à partir de la minute 4’28’’ de l’enregistrement, on entend que le pape François conclut ainsi son homélie de ce matin, mardi 6 mai, dans la chapelle de la maison Sainte-Marthe…

Et aujourd’hui, en pensant à ces deux images – Etienne mourant, et les gens, les chrétiens, qui fuient, en allant un peu partout à cause de la violente persécution – nous pouvons nous demander : comment est mon témoignage ? Suis-je un chrétien témoin de Jésus ou un simple numéraire de cette secte ? Suis-je fécond parce que je donne témoignage, ou est-ce que je demeure stérile parce que je ne suis pas capable de me laisser porter en avant par le Saint Esprit dans ma vocation chrétienne ?

Oui, c’est exactement cela : « numéraire de cette secte ». Une expression certainement pas très honorable dans le raisonnement fait par le pape.

Avec un désappointement prévisible de l’Opus Dei, chez qui les « numéraires » constituent le noyau dur, formé par des laïcs célibataires.

C’était le cas du prédécesseur du père Federico Lombardi, à la tête de la salle de presse du Vatican, Joaquin Navarro-Valls, « numéraire » de l’Opus Dei.

Et c’est aussi un « numéraire » qui est l’actuel « consultant pour la communication » de la Secrétairerie d’État, l’américain Greg Burke.

Le Bureau de la Secrétairerie d’État que Burke conseille, dirigé par Monseigneur Carlo Maria Polvani, neveu du nonce aux États-Unis Carlo Maria Vigano, dirige également « L’Osservatore Romano ».

On a pu y voir proprement un indice du désappointement de l’Opus Dei dans la façon dont « L’Osservatore Romano » de cet après-midi a rapporté – comme chaque jour – l’homélie matinale du pape.

En fait, dans le paragraphe final du compte-rendu, le mot « numéraire » ne figure pas, remplacé par un mot plus neutre « numéro » :

Le Pape François, en conclusion, a rappelé comment à partir des « deux images proposées par la liturgie – Etienne qui meurt et les chrétiens qui témoignent de partout – surgissent pour chacun quelques demandes : ‘Comment est mon témoignage ? Suis-je un chrétien témoin de Jésus ou un simple numéro dans cette secte ? Suis-je fécond parce que je donne un témoignage ou est-ce que je reste stérile parce que je ne suis pas capable de laisser l’Esprit-Saint me porter en avant dans ma vocation chrétienne ?

Sans faire appel à l’aversion historique pour l’Opus Dei de la part de la Compagnie de Jésus, dont Jorge Mario Bergoglio est un membre éminent, le pape a fait une forte impression en associant l’usage péjoratif du terme « numéraire » à celui de « secte ».

Curieusement, sur « L’Osservatore Romano » d’aujourd’hui, il y a en cinquième page un article de Monseigneur Polvani, précisément le chef de ce bureau qui trois pages plus haut a expurgé l’homélie du pape François.

Post-Scriptum : quelques heures après la publication de ce post, un membre autorisé de l’Opus Dei, enseignant à l’Université Pontificale de la Sainte Croix, nous a transmis cette mise au point : « Le Pape Bergoglio est de langue maternelle espagnole, et en espagnol « numéraire » signifie simplement membre incorporé de façon stable dans une institution. Ainsi, un ‘professeur numéraire’ d’une université se distingue d’un ‘professeur surnuméraire’. Cette terminologie s’applique à plein de genres d’institutions diverses et, en espagnol, ça n’a rien à voir spécifiquement avec l’Opus Dei. Et donc ‘L’Osservatore Romano’ a simplement corrigé un hispanisme de notre pape, dans lequel il me semble hors de propos de lire une allusion à l’Opus Dei ».