Mercredi 16 juillet 2014

Le malaise des anciennes Travailleuses missionnaires de « L’Eau vive »

Le journal La Croix publie aujourd’hui un article abasourdissant sur les Travailleuses Missionnaires de « L’eau vive ». Osons le dire : ces filles, privées de toutes formes de discernement, séparées du monde, exploitées jusqu’à l’épuisement… sont victimes d’esclavagisme. Honte à ceux qui ont laissé faire cela !

Plusieurs font part d’un malaise et demandent une réforme de cette association internationale laïque connue pour ses restaurants « L’Eau vive » et rattachée au tiers ordre des Grands Carmes.

Près de 50 départs depuis 2005, 15 plaintes déposées au printemps à l’Avref (association d’Aide aux victimes des dérives de mouvements religieux en Europe et à leurs familles)… Derrière le sourire et les chants dont elles régalent, en costume traditionnel, les clients des restaurants « L’Eau vive » qui ont fait leur notoriété, un profond malaise traverse la communauté des Travailleuses missionnaires de l’Immaculée ™.

À visage découvert ou dans l’anonymat [1], originaires du Burkina Faso et du Cameroun, une quinzaine d’entre elles évoquent les mêmes difficultés rencontrées au cours des quinze ou vingt années qu’elles ont passées dans cette communauté.

« Nous avons quitté notre pays très jeunes, attirées par la vie consacrée, mais nous nous sommes retrouvées à travailler à un rythme effréné dans les restaurants : lever à 5 h 30, prière, gymnastique, lectures, travail, et coucher à minuit, après avoir servi le dernier client… Tu peux passer des années ainsi, sans une minute pour réfléchir, discerner, évoluer humainement et spirituellement », résume Émilienne, 40 ans, aujourd’hui aide-soignante en région parisienne, et menant toujours une vie consacrée.

Suite de l’article sur le journal La Croix

[1Certains prénoms ont été changés.

Voir en ligne : http://www.la-croix.com/Religion/Ac…

Vos réactions

  • Homme 27 août 2014 11:34

    Quelle histoire ! Mon dieu.

    J’ai du mal à comprendre l’attitude de certaines personnes face à ce scandale. Ceux-là qui essayent de blanchir la communauté TM face aux actes dénoncés par ces femmes (ex TM).

    Je respecte votre point de vue et même votre refus de croire à ce que racontent ces femmes. Cependant, je me pose la question, face au scandale des enfants de l’Arche de Zoé par exemple : fallait-il aller voir les enfants pour y croire ? fallait-il absolument attendre le verdict de la Justice pour comprendre que c’était une action stupide et dénué de sens aux mépris des personnes fragiles et pauvres sous prétexte qu’on veut leur offrir une vie meilleur en France ?

    Je pense qu’on est dans le prélude d’un scandale qui va choquer les consciences.

    J’ai pris la peine de me renseigner un peu sur cette famille spirituelle. Apparemment, elle n’en est pas en son 1er scandale. Son histoire présente beaucoup de zone d’ombre, des heures bien sombres et des séquences incompréhensibles.

    Dans les années 80, une branche s’était déjà détachée et celle-là vivent en Belgique !! Une émission aurait été télévisée vers les années 2003 en Belgique où les filles accusaient le fondateur d’un certain nombre d’abus ! A Rome, ces même TM auraient eu de sérieux problèmes avec un Cardinal ! Pour ne citer que ceux-là. Et aujourd’hui d’autres scandales naissent !!

    Rassurez-vous, je ne suis ni de AVREF, ni un homme de média !!

    Là, je pense qu’il faut prendre l’histoire de ces femmes très au sérieux ! L’Eglise a intérêt à résoudre ce problème en profondeur car dans tout ça, c’est l’Eglise qui est Salie et qui paie le prix fort. On a qu’à voir les réactions dans le forum, tous parlent et accusent l’Eglise et non ce mouvement Religieux des TM.

    Alors, Monsieurs les Evêques de France, vous avez du pain sur la blanche !!!!

    Surtout, Chers Evêques, ne vous défilé pas comme le recteur du Sanctuaire de Lisieux, qui déclare (pour le cas de Lisieux) que le pèlerinage de Lisieux n’est pas concerné (dans l’article de Julien Lagarde /Journal Pays d’auge du 25 juillet 2014). Alors que ces TM sont en activités au Pèlerinage de Lisieux et qu’elles ont certainement une convention avec le pèlerinage.

    On peut clairement identifier dans les témoignages, dans cet article et bien d’autres articles qui sont apparues parlant de cette communauté qu’il s’agit bien de la traite des êtres humains qui est considérée comme l’une des atteintes les plus insupportables aux droits de l’homme. Pour ce qui concerne la loi française qui a été violé en ces différents points :

    • Travail illégale et dissimulé,
    • l’emploi irrégulier de travailleurs étrangers et le trafic de main-d’œuvre étrangère
    • Concurrence déloyale

    Il y’a sans doute des fortes sommes d’argent en jeu. Car si ces femmes travaillent depuis des années sans qu’aucun sou ne soit versé au FISC, sans payer des impôts, sans contribuer au régime Gle de retraite, c’est normal que la France soit en crise ! Mais qui profite de cette grosse manne financière ? Cette question a le mérite d’être posé ! Chers amis, Mais qui ! L’Eglise ? Les TM ? Cette histoire est louche, elle sent la mafia. Ces gens-là ™ ne sont pas des naïfs, il s’agit d’un système bien huilé qui fonctionne sans être inquiété depuis plus de 30ans. Pour ma part, j’estime que ces filles sont en danger !!

    Et selon les témoignages, certaines femmes y ont fait plus de 15ans, 20 ans. Je comprends que toute leur vie a été ruinée dans ce système. Il semble que ne sachant quoi faire après la sortie, un grand nombre y reste aujourd’hui par contrainte.

    Il est capital de se pencher sur le sort de ces femmes. Surtout celles qui ont révélé cette histoire au grand public. Je pense même qu’elle risque leur vie. En effet, dénoncé un système de mafiosi où certaines personnes se sucrent depuis des années, c’est prendre un grand risque. Soit elles sont très courageuses soit elles sont naïves ces pauvres dames ! Mais la justice devrait prendre des précautions pour les protéger. Quand on voit aux infos, ce qui se passe à Marseille en ce moment fait froid au dos. Quelle protection met-on en place pour qu’elles ne subissent pas de menaces ni de représailles ?

    Mais ne nous y trompons pas, ces femmes sont des victimes, elles ne sont nullement complices. Venant des pays du sud, elles ne connaissent pas les lois françaises. En plus elles ont le mérite de leur courage : Dénoncer ce que beaucoup ont constaté et n’ont rien fait.

    Comme ce qu’on lit dans les témoignages, elles ont été infantilisées, soumises, réduites à une dépendance totale, déplacées régulièrement d’un restaurant à l’autre et d’un pays à l’autre, subissant l’autoritarisme des responsables, tous ces ingrédients sont les caractéristiques d’une véritable secte. En plus, l’on peut constater qu’elles n’ont pas de sécurité sociale, pas de retraite, pas d’examen médicale périodique, pas de revenu tél qu’elles peuvent aider leur famille, rupture de lien avec leur famille (une femme dans son témoignage dit qu’on ne l’a pas informé du décès de son père et qu’elle l’a appris quelques années plutard). C’est tout simplement inhumain et insupportable ! Je suppose que ces femmes doivent avoir de grandes difficultés pour s’insérer dans la société après tant d’années de dépendance totale.

    L’envers du décor est triste ! L’apparence trompe ! Les beaux vêtements portés par ces TM, les beaux menus sur leur carte de restaurant, les sourires et les chansons qui accompagnent les repas, la merveilleuse spiritualité carmélitaine sans reproche et des saints et saintes bien aimés(es) de l’Eglise sont mis en avant dans cette communauté pour voiler des comportement qu’on peut tout simplement qualifier de : traite des êtres humains qui est considérée comme l’une des atteintes les plus insupportables aux droits de l’homme.

    Et que fait l’Eglise (les prêtres, les Evêques) ? Le statut de cette communauté les exempts-t-il du respect des droits de l’homme ? Comment peut-on détruire autant de vie humaine et rester sans inquiétude ? Affaire à suivre !!!!