Vendredi 28 février 2014

Un Frère de Saint Jean condamné par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi

Le 21 novembre 2013, le frère Marie-Dominique Goutierre, de la Communauté Saint Jean, a été jugé par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi pour « absolution du complice », l’une des fautes les plus graves pour un prêtre.

Marie-Dominique Goutierre, né en 1962, devient membre en 1982 de la Congrégation St-Jean. Il est un des plus fidèles disciples du fondateur Marie- Dominique Philippe, dont il est le seul à porter le même nom de religion. Ordonné prêtre en 1989. Il est le maître des Études dès 1990.

Jusqu’à ce qu’il devienne docteur en philosophie, il est un des principaux enseignants de philosophie dans les maisons de formation. Il n’a cessé d’être la voix de son maître et poursuit à sa suite « la recherche de la sagesse qui est l’enjeu majeur pour l’homme contemporain ». « Il faut lutter inlassablement, dit-il, pour la survie de l’intelligence humaine capable de la vérité et de la sagesse ». Il ajoute en exergue de son livre : Voici l’agneau de Dieu, le sacerdoce du Christ [1], que « le prêtre en effet est l’ami du Christ et à titre particulier, appelé à la sainteté en exerçant son ministère ».

Or, lors du Chapitre général de 2010, il tombe sous le coup d’une interdiction d’enseigner de trois ans qui sera levée par le frère Thomas, l’actuel prieur général. En vérité, Jean Pierre Marie, prieur précédent, avait indiqué lors de ce chapitre « qu’il avait tout fait pour le protéger » et lui éviter une réduction à l’état laïc pour des faits graves dont des affaires de mœurs dont il avait, tout comme Mgr Rivière, pleine connaissance. (Mgr Rivière avait pourtant déclaré dans La Croix en 2013 que « cacher des faits graves est une faute »)…

À nouveau, on apprend qu’il a été jugé pour « absolution du complice » et privé pendant 5 ans du droit de confesser et de célébrer publiquement la messe, par décret de la Congrégation pour la doctrine de la foi du 21 novembre 2013.

[1Aletheia Fayard

Voir en ligne : http://pncds72.free.fr/307_saint_je…

Vos réactions

  • 6 janvier 2016 14:04

    Oh que Dieu est amour et miséricorde. il n’est pas question de condamner le frère ou de le taxer pour tout. je crois qu’il faut toujours veuiller sur ces brebis du seigneur qui ont aussi besoin d’être aussi ramené à la raison de la foi. mais parfois, pour certains, le faite d’atteindre un certain niveau ou encore un haut niveau de la hiérarchie d’une communauté de l’Église donne droit à dire de tout et à penser de tout. alors faire simplement attention à l’orgueil, la mère de tout les péchés, et dons personne n’est à l’abri. que chacun prie pour son frère qui est dans l’éreur au lieu de lui jeter des ordures sur la tête.

  • 23 décembre 2015 05:03

    Non pas que j’affirme que les prêtres et autres religieux ne devraient pas bénéficier de la présomption d’innocence de par leur charge, il ne faut pas nier le fait qu’ils sont tenus à des standards plus élevés que le commun des mortels. Pourquoi ? Parce qu’ils se présentent, sont présentés comme (1) appelés spécialement par Dieu et (2) qu’en raison donc de cette vocation particulière, ils sont un peu à part.

    Il est bien plaisant de lire dans les commentaires, les gens qui mettent l’accent sur l’humanité des prêtres. Je n’en disconviens pas, mais combien de ces prêtres expriment la vraie humilité de cœur qui devrait être développée par un serviteur du Seigneur ? La plupart du temps, les prêtres s’estiment quasiment infaillibles et au-dessus du petit peuple, question religion, car ils ont fait des études de théologie, de philosophie, de lettres classiques et j’en passe. On parle de façon condescendante aux fidèles, consciemment ou inconsciemment, car voyez-vous, on est un « père ». On pense tout connaître de la nature humaine parce que les gens viennent nous confier leurs secrets les plus innommables, notre secours est recherché par tous.

    J’estime qu’avec de si grands honneurs, viennent de grandes responsabilités, y compris celles de s’assurer de ne pas trahir le sacerdoce pour lequel on s’est engagé. Par ailleurs, quand on sait quel impact négatif ont tous ces scandales sur la foi des croyants dont certains se détournent de la foi chrétienne, pensez-vous que l’excuse incomplète de « l’erreur humaine » tient la route ? C’est injuste mais c’est ainsi : l’homme de Dieu a très peu de marge à l’erreur.

    En outre, le Pape François a raison d’insister pour que les prêtres cherchent et entretiennent l’humilité. L’être humain pardonne plus aisément les erreurs des hommes qui ont une certaine position sociale, mais qui sont humbles.

  • baptiste 4 octobre 2015 10:59

    Je suis très surpris par le caractère inepte et approximatif de la plupart des commentaire qui semblent , pour beaucoup , relever de l’auto-psychothérapie .

    Je connais très bien le père S.Rouvillois et le père M.D. Philippe que certains , ICI , semblent ne pas avoir compris sans doute par manque de travail , de formation et ….de capacités intellectuelles . La philosophie c’est un vrai travail , une science , pas de la « littérature » ou des bd pour adultes gavés de médias . Le père MD Philippe était un philosophe , certes parfois combattu ( mais la philosophie et la théologie permet et demande le débat ) , reconnu de haut niveau , enseignant au Saulchoir , centre de formation des dominicains , puis à l’université catholique de Fribourg pendant de longues années . Le père MD Philippe était aussi un théologien et un homme de prière , un mystique , proche de son frère Thomas , cofondateur de l’Arche avec J.Vanier , et proche des Foyers de Charité et de Marthe Robin .

    Je suis entré à la communauté St Jean dans ses débuts à Fribourg en même temps que le frère Samuel Rouvillois qui était très proche , depuis longtemps , du père MD Philippe . Le père S. Rouvillois est rentré à la cté St Jean en même temps que son ami Frédéric Lenoir dont on sait l’évolution , depuis sa sortie de la cté St Jean , et les dérives syncrétistes , une espèce de bouillie intellectuelle pseudo philosophique touchant à l’ésotérisme . S. Rouvillois , issu comme F.Lenoir , des milieux de la haute bourgeoisie , de la haute fonction publique et de la politique beaucoup plus immergés et beaucoup plus compromis dans la société contemporaine , est sans doute resté marqué par ses liens et ses origines avec tout ce que cela comporte de compromissions avec ce monde ( par exemple S. Rouvillois allait régulièrement comme conseiller religieux des « grands » de ce monde à Davos , célèbre station Suisse où se retrouvent le gotha de la finance , des multinationales et les politiques ) . Rouvillois comme Lenoir se distinguaient en cela nettement de milieux plus traditionnels de familles catholiques versaillaises ou autres , d’anciens scouts d’Europe , d’anciens de l’Arche de J.Vanier et du père Thomas Philippe ( le père Thomas conseillait visiblement à pas mal d’éducateurs de l’Arche de venir voir à la cté St Jean ).

    Bref , ceux qui parlent du père MD Philippe en n’ayant pas lu un seul bouquin et simplement suivi papa maman passivement , sont quand même assez présomptueux et sans gêne . Mais il est intéressant de voir comment ils « jouent » le père Rouvillois contre le père MD Philippe . Le disciple n’a selon moi pas l’envergure intellectuelle et spirituelle du « maitre » au terme d’une vie très riche avec une expérience humaine multiforme . Le père MD Philippe avait connu Journet , Maritain , Mauriac , Claudel , artistes et intellectuels , il avait recueilli beaucoup d’enseignement de son oncle dominicain le père Dehaut ( théologien mystique aveugle à qui il faisait la lecture ) . Bref le père S. Rouvillois à encore beaucoup à apprendre et reste trop lié à des gens que l’on peut dire compromis avec le monde tel qu’il va et avec ses sombres affaires de pouvoir et d’argent .

    A la communauté St Jean on accueillait aussi quelques marginaux , des routards , de manuels aussi , des agriculteurs , charpentiers ….et des indépendants , comme moi . On leur disait , on m’a dit , simplement « venez et voyez » . J’en suis ressorti pour une année de réflexion en séminaire , puis j’y suis revenu et ressorti pour terminer mes études de médecine et exercer ….en attendant .

    Concernant le père M.Dominique Gouttière , que j’ai croisé , que ceux qui ignorent de quoi il s’agit se taisent ….C’est préférable . Il y a suffisamment d’impostures et d’imposteurs qui pérorent . Ce sont , en général , ceux qui parlent le plus

  • Marie 1er octobre 2015 22:01

    Je ne comprends pas. Je connais le prêtre dont vous parlez et je puis vous assurer qu’il continue de dire des messes et de confesser actuellement. Alors que signifie une condamnation qui n’est pas respectée ?

  • alexandre 3 mars 2015 18:41

    De grâce, si vous connaissez des victimes, incitez les à porter plainte si des abus sont commis :

    Il n’y a pas pire pour les victimes de ne pas être reconnues et de voir que leurs abuseurs continuent tranquillement leur ministère et sûrement leurs déviances : ils doivent être arrêtés, c’est un devoir civique de dénoncer si l’on connaît des faits à la police.

    C’est ahurissant qu’en 2015, alors que l’on dit « tolérance zéro » dans l’Eglise on entende encore que des frères déviants et abuseurs seraient protégés et mutés pour recommencer ailleurs.

    Les supérieurs sont complices et méritent aussi des sanctions exemplaires ainsi que tous les frères qui savent et qui « couvrent »

    Il faut remettre les choses à l’endroit, l’Eglise ne doit PLUS être une zone de non-droit

    cela fait froid dans le dos ….

  • Père Dominique Auzenet 1er mars 2015 23:24

    Grand merci à Somya (24 fev), à la personne du 1er mars ; et Soizic (28 fev) pour leur contribution très juste. J’attends toujours aussi, personnellement, qu’on fasse vraiment le ménage, mais manifestement, ce n’est pas encore le cas, tant les complicités multiples de silence et de couverture sont évidentes. Tant qu’on n’envisage pas ces problèmes par le point de vue des périphéries, c’est-à-dire des victimes, on reste à côté des solutions. Les victimes, atteintes gravement dans leur psychisme, leur vie personnelle et familiale, ont besoin d’être reconnues en tant que victimes de dérapages religieux très graves, en tant que victimes de l’Église, puisque Évêques et Supérieurs sont complices. Et à qui peuvent-elles s’adresser, s’il vous plaît ? Il reste encore beaucoup trop, oui vraiment beaucoup trop, de cas étouffés et masqués. Tant que ce ne sera pas fait, on alourdit leur peine, et on les empêche de se reconstruire si c’est encore possible… Et si le Fr. Thomas et son conseil, ni les évêques en charge de cette Congrégation, ne veulent vraiment pas faire le ménage, on pourrait leur suggérer d’ouvrir une section spéciale à Rimont pour y cloîtrer à vie les FSJ qui ont gravement dérapé, qui sont encore présents ou en responsabilité dans leurs prieurés, jamais sanctionnés, pour en purger les diocèses qui ont à les subir… Je sais de quoi je parle.

    • Merci à vous pour votre engagement. Vous ne mâchez pas vos mots.

      On peut ajouter que des médecins et d’autres professionnels ont reçu des victimes de personnes précises dans la communauté st Jean. Or, il y a l’obligation de révélation dans certaines conditions prévues par la loi. http://secretpro.fr/secret-professionnel/fiches-par-theme/autorisation-obligation-interdiction Si des médecins sont à la solde d’une communauté, St Jean comme d’autres, ils ne sont pas en mesure d’exercer, dans l’indépendance, leur devoir de discrétion ou de révélation, suivant les cas prévus par la loi. Il reste tout un pan de compromissions à explorer.

      Vous soulignez à juste titre que les victimes sont aussi victimes de l’Eglise car des évêques ont couvert certains agissements, et continuent de le faire par leur silence.

      Jusqu’à maintenant, des chrétiens avertis ont déconseillé fortement à des proches de fréquenter certains prieurés. Si les évêques s’exprimaient publiquement, cela aiderait ces chrétiens responsables à être entendus plutôt que parfois conspués. « Comment peux-tu dire une chose pareille ? » « Il court toujours. De grâce, n’y allez pas ! » Quand cela concerne l’Eglise, certains peuvent croire qu’il s’agit d’un anticléricalisme primaire, même si ce n’est aucunement le cas.

      Quand je lis occasionnellement dans un journal catholique le blog d’un prêtre de st Jean, déjà cité pour ses compétences reconnues, cela me fait mal pour les victimes de membres de sa communauté. De qui est-il solidaire ? Et ne pourrait-il pas réveiller sa conscience qui me paraîtra endormie aussi longtemps qu’il se taira publiquement ? Cela fait penser à une belle vitrine de magasin. Une vitrine, mais qu’y a-t-il derrière ?

      Nous sommes bien plus nombreux que l’Eglise ne le sait précisément à avoir déconseillé tout contact avec certaines communautés, tant que les évêques n’auront pas pris sérieusement leurs responsabilités.

      L’Eglise n’a pas d’hécatombe à craindre en France. Elle a déjà eu lieu et l’Eglise en est partiellement responsable.

      La récente déclaration de Mgr Pontier est cependant un début encourageant.

      Aujourd’hui a justement lieu au Sénat, dans le cadre de la campagne « Stop au déni », un colloque organisé par « Mémoire traumatique et victimologie » à partir de son rapport (téléchargeable sur son site) sur « l’impact et la prise en charge des violences sexuelles de l’enfance à l’âge adulte - Enquête nationale auprès des victimes. » Quels droits, quelle reconnaissance, quelle justice et quels soins pour les victimes ?

    • Il me semble que c’est la justice qui a le pouvoir « d’enfermer » quelqu’un pour une période + ou - longue. Comment la communauté st Jean pourrait elle avoir ce pouvoir de coercition ? La loi interdit à tout groupe humain de maintenir quelqu’un dans un endroit contre sa volonté. Si la personne s’échappe que doit elle faire, lui tirer dessus pour l’empêcher de s’enfuir ? Selon la procédure normale il doit y avoir plainte et enquête et si il y a condamnation c’est à l’Etat de l’appliquer non à une communauté qui n’a pas les moyens de le faire et qui n’en a pas le pouvoir. Heureusement , car se serait le retour de l’Inquisition.

      • Un religieux est tenu par son voeu d’obéissance et, même s’ils n’ont pas de pouvoir de contrainte, il existe aussi des tribunaux ecclésiastiques. Si un religieux refuse de se soumettre à un jugement ecclésiastique ou à un ordre de ses supérieurs, s’il entre en rébellion ouverte contre eux, il encourt une mesure de renvoi.

        • Oui ,d’accord, le Tribunal ecclésiastique, mais même dans ce cas les personnes jugées ont des droits notamment à être défendues et à faire appel. Tant que le jugement en derniers ressort n’est pas rendu elles ont droit à la présomption d’innocence. C’est ce qu’un humaniste revendiquerait pour n’importe quelle personne sans penser que ce droit est une offense à celui des victimes. Pourquoi ne pas avoir aussi cette exigence pour les religieux ? Attention l’obéissance n’est pas faite pour soumettre quelqu’un à un pouvoir. Cette conception a fait beaucoup de mal et elle a donné lieu à certaines dérives sectaires…. De toute façon les Tribunaux ecclésiastiques n’ont pas le pouvoir d’enfermer quelqu’un contre son gré. Ce pouvoir est réservé à l’Etat et c’est très bien. Je ne voudrais pas que nos couvents se transforment en GUATANAMO.

    • Mon père on peu voir que la charte des frere de st jean est un peu sextere, es le cas ? que le pere dominique philipe est monte la communaute sur des aires de sexte ? Sa minterpelle sur les dialoque que jai pus lire sur le père dominique philipe sur le fonctionement de la communaute

  • 28 février 2015 16:47

    Bonjour Colère,

    Je ne connais pas personnellement les personnes dont vous parlez. MD Goutière, je vois qui c’est. Mais je ne le connais pas. Donc, je ne peux en parler. Ma réponse manquera d’arguments rigoureux à la Aristote. J’étais un peu jeune pour analyser les choses… J’ai connu le père Marie-Do par mes parents entre l’âge de 4 ans et l’âge de 22 ans jusqu’à ce que je quitte la maison de mes parents. J’ai 52 ans. Donc, j’ai vécu années après années toute la création progressive de cette congrégation. J’étais trop jeune et immature pour faire une analyse de ce qui me mettait mal à l’aise chez le père Marie-Do. Je le trouvais décollé des réalités. Et pourtant mes parents ne rataient pas une occasion d’aller l’écouter quand il venait à Paris et nous l’avons reçu chez nous. Moi, il m’agaçait plutôt. Il avait une façon de parler de l’amour et de l’art qui ne correspondait pas à mon expérience du monde. Ma mère était artiste. Je trouvais qu’il prenait des raccourcis affectifs et romantiques qui étaient davantage de l’ordre de la poésie romantique que de la philosophie. Et, comme je le voyais dans des assemblées restreintes, quand je posais mes questions naïves de l’époque. Le « tigre », quand il avait encore sa voix, s’énervait et me répondait comme si ma question était totalement idiote et que je n’avais rien compris. J’avais déjà de la personnalité et ça ne m’a pas empêché de continuer à le questionner. Je voulais comprendre le cheminement de sa pensée.

    J’ai trouvé un vrai chercheur plus humble et ouvert à la discussion chez Samuel Rouvillois. J’ai, vers l’âge de 25 ans, c’est à dire, très tôt commencé à suivre les premiers topos du Père Samuel Rouvillois au moment où il écrivait son premier remarquable livre sur le new age. Et, je continue parfois d’écouter les conférences potcast de Samarie. Samuel n’a pas cette langue de bois. Lui cherche vraiment la vérité, il n’a pas cette terreur du monde et de la fin des temps. Il se sait intelligent, mais ne se met pas au dessus des autres. Il n’a pas ce côté décollé, la contradiction l’intéresse et il l’accueille. En tout cas à l’époque. Même si la vie n’est pas du tout confortable, il la regarde en face. Ce n’est pas un homme parfait. Mais c’est un homme qui ne réinvente pas le monde tel qu’il aimerait le voir, qui n’idéalise pas père, mère, couples et toutes les relations familiales dont le père Marie-Do parlait toujours de façon totalement romancées. Chez Marie-Do, on était chez les bisounours. Chez Samuel Rouvillois on est plongé les 2 pieds dans la glaise et dans le vrai réalisme. C’est certain, le père Marie-Do enchantait son public. Il parlait bien. C’était poétique. Mais ses arguments ne pouvaient me convenir. Il n’avait pas cette honnêteté intellectuelle du père Samuel Rouvillois. Ce n’est que du ressenti. J’étais bien trop jeune pour avoir un sens critique et trop immature pour avoir du recul. Je l’ai fait à l’instinct. Je sais que le père Samuel Rouvillois est un « enfant » du père Marie-Do. Mais, tellement plus rigoureux que lui, que ça n’a rien à voir… Et puis il est beaucoup plus enclin à s’ouvrir aux réalités du monde. Il n’en a pas peur, lui…

    Et maintenant que je vois comment cette congrégation refuse de reconnaître ses déviances, ne se met pas à la place des victimes, je ne regrette pas d’avoir pris le large. Lorsqu’on a une mission pastorale avec des fidèles, surtout de jeunes en carences affectives très dévouées aux causes que vous défendez, la responsabilité d’une relation éthique est primordiale. L’autorité de la bure devient une référence parentale surtout si la famille est recomposée et que le jeune disciple cherche une figure parentale. Si des histoires de mœurs arrivent sur ces entre-fait entre le père et le jeune disciple fasciné par le charisme du « père » de substitution, c’est odieux de vouloir protéger pour des questions de marketing et d’image les agissements d’un membre de la communauté qui a abusé un innocent. Et j’ai rencontré personnellement plusieurs victimes pour lesquelles un frère a abusé d’elles jeunes filles pendant leur mission pastorale. Je peux vous dire pour connaitre 2 sur 3 de ces frères que jamais je n’aurais pu les soupçonner. Mais ces personnes victimes, je sais qu’elles disent la vérité. Nous nous connaissons suffisamment bien pour qu’elles n’aient eu aucune raison de me mentir. Et ces personnes ont toutes les peines du monde depuis à construire une vie professionnelle et familiale à cause de ces événements douloureux et abjects qui, pour certains, ont plus de 10 ans, donc légalement il y a péremption. Mais ça, par crainte du qu’en dira-t-on, la communauté St Jean nie tout et refuse de faire le ménage. Ces 3 frères, ne sont pas ceux dont on parle actuellement dans les médias. Et je doute fort vu le nombre de récidives que ce soit seulement une erreur de jeunesse. Non, St Jean, ne faisant aucun tri à cette époque à l’arrivée d’un postulant, c’est un lieu idéal pour exercer sa perversion en douce puisque la congrégation vous protège et qu’un essaim de jeunes viennent chercher les repères qu’ils ne trouvent pas ailleurs. C’est désolant, surtout quand toute la vie on a défendu la philosophie réaliste. Mon œil ! On ne me la raconte pas à moi…

    Voyez-vous monsieur Colère. C’est moi qui suis maintenant en colère… D’où ma réaction. On ne pense qu’à l’image marketing et le qu’en dira-t-on. Pas aux victimes et pas aux futures victimes qui vont morfler à cause de ces gens désaxés en liberté non surveillée. C’est très grave. Et c’est pour cela que, tant que St Jean ne fera pas le ménage de ses brebis galeuses, je ne pourrai pas dire que cette communauté fait du bien. Beaucoup de gens à St Jean sont très intéressants, faisant du bien. Mais ce système mélange tout et protège des choses inacceptables. Voilà pourquoi je soutiens ce blog. Je n’ai pas oublié le départ immédiat des frères de St Jean de l’école de Stan à Paris suite à plusieurs suicides de jeunes. Je n’ai pas oublié le départ à l’étranger d’un frère qui dirigeait Cenves. Et chaque fois, ces frères charismatiques à la cuisse légère, laissaient sur leur passage des jeunes dézingués par un abus sexuel. On déplace, on efface les traces. Ni vu, ni connu… Le voeux de chasteté est exigent, surtout quand on a de la chair fraiche autour de soi qui vous adule. Les responsables de cette communauté sont complices de ces déviances. Croyez-vous que ces personnes assouvissant leurs pulsions sexuelles sur des victimes à leur merci ont vraiment leur place dans cette communauté ? Pourquoi les garde-t-on ? Pour faire du chiffre ? Le déni est le plus grâve.

    Comme dans l’éducation nationale, lorsqu’un enseignant déclenche un problème de moeurs, on le mute ailleurs. Et les choses recommencent ailleurs. Mais on ferme les yeux. Ces congrégations attirant ces idéalistes excessifs, font pareil. En politique, on dit souvent qu’on a la mémoire courte. Et bien en religion, c’est pareille. Tout le monde se sert les coudes. On ferme les yeux sur des choses très très graves. Tout ça m’écœure. « La Vérité vous rendra libre. » Faites en l’expérience, en regardant la réalité en face et en acceptant l’inacceptable, c’est là qu’on trouve des solutions. Et ce sont les victimes, abîmées et épuisées de se battre pour protéger les suivantes, qu’on accuse. C’est ignoble…

    • Quasiment ce que j’aurais pu exprimer, à ma manière.

      Sauf que le père Rouvillois doit savoir beaucoup de choses et qu’il semble avoir brillé par son silence, pour mener sa barque perso. Si c’est le cas, comme j’ai tendance à le croire et comme vous semblez le dire, n’est-ce pas assez moche pour des victimes ?

      Je n’ai pas compris l’aura du père MD Philippe pendant toute une époque. Il reste à éclaircir beaucoup de choses encore. Sur lui et sa « garde rapprochée ». Sur la séduction opérée auprès de chrétiens traditionnels qui ne se sentaient pas très bien avec certaines évolutions. Avec un besoin de rester dans « le même ». Et puis, peut-être aussi avec ce besoin assez français d’avoir des « monarques ». Je n’arrive pas à comprendre autrement certaines errances dont la gravité est reconnue maintenant. La sacralisation à l’extrême d’un fondateur, qui avait ses « groupies », comme lors de ses conférences rue Las Cases, donnait une impression de très grand malaise. À Fribourg également. Il n’y avait pas moyen d’ouvrir les yeux de ses « groupies » sur le caractère incompréhensible de ses propos. Et, déjà à l’époque, plus il était intellectuellement incompréhensible, plus il semblait plaire. Défaut bien français également sur lequel il a surfé allègrement.

      « Colère » débarque, des années après tant de faits que l’Eglise connaît depuis longtemps. Vous faites référence à plusieurs de ces faits dans les débuts de Cenves, par exemple, ou à Stanislas, ce qui avait conduit Mgr Lustiger à ne plus vouloir de membres de la communauté st Jean sur Paris. D’autres n’ont pas eu la même vigilance face à des abus d’autorité spirituelle qui ont donné lieu à d’autres abus. Ce qui m’interroge aujourd’hui encore, c’est pourquoi tant de personnes ont couvert longtemps ce qu’elles ont vu de leurs yeux, voire vécu. Par honte de devoir « décapiter un monarque » qui leur avait fait croire en leur totale supériorité johannique par rapport à Pierre ? « Un monarque à double face », comme certains l’ont su très vite et que son discours sur « l’amour d’amitié », devenu insupportable à plus d’un, masquait ?

      Quand on voit le procès auquel un certain homme politique a droit actuellement, on ne peut que se demander pourquoi, dans l’Eglise, certains n’y ont pas eu droit également. Qui a protégé qui, et pour quoi ? On sait Tb qu’il y a eu quelques courageux et courageuses. Comme pour d’autres communautés nées dans l’après Concile, ces personnes ont été isolées, voire décriées. Ce temps est révolu. Au nom de Dieu, tout n’est pas licite.

    • Bonjour J ai bcp frequente les freres de st jean D abord par une amie dont la fille ingenieur est rentre dans les ordres apres son ecole Il y a 20 ans Je l ai revue il y a 2 ans ’complement ’abetie’ devenue avec la reflexion d u e enfant de 5 ans Je suppose qu elle est sous domination intello

      Par contre un jour en parlant avec mon amie psychanaliste de 85 ans(j en avais alors55)je l avais accompagnee a annecy pour un achat Et la je baille Elle s etonne de ma fatigue Je lui dis que la veille j avais amene mes enfants a la cordee st francois dirigee par les freres de st jean Et la je vois cette vieille dame avoir des larmes dans les yeux et me dire Oh francoise oh francouse Enlevez vos enfants de cette secte

      Et de me parler A 25 ans elle etait dans le groupe du pere marie do au saulchoir Elle voulait reprendre ses etudes Le pere mari do ne voulait pas et voulait qu elle soit soeur portiere Elle y rencontre le pere thrillzrd de chardin qui lui de partir de faire une psycha et de reflechir Ce qu elle a fait Pour elle il y a lavage de cerveau

  • Sonya 24 février 2015 19:19

    Je viens de tomber sur ce courrier publié sur le net :

    Voici ce que j’aurais envie de leur mettre comme commentaire : « Vous oubliez complètement les victimes quand vous écrivez cela. J’ignore si le père Marie-Do a eu la cuisse légère. Mais ce que je sais, c’est qu’il fermait les yeux sur des abus sexuels pratiqués par certains de ses frères sur des jeunes qui étaient sous leur influence. Et ça, c’est totalement ignorer les terribles dégâts que ça produit sur le psychisme de ces victimes. Le père Marie-Do était tellement éthéré, qu’il n’avait plus le sens des réalités. Sa philosophie : »réaliste" ??? Il réinventait la réalité qu’il voulait bien voir… Et l’auditoire bien pensant qui venait l’écouter gobait tout ce qu’il disait sans discernement. Son frère Thomas à l’Arche était autrement plus humble et plus concret. J’ai suivis les enseignements du père Marie-Do dès le plus jeune âge en suivant mes parents. Son enseignement était stimulant. Mais déconnecté des réalités. Quand j’ai pu me faire ma propre opinion, j’ai arrêté d’aller l’écouter. En revanche, le père Samuel Rouvillois par exemple a une honnêteté intellectuelle qui fait vraiment progresser. Elles sont téléchargeables sur podcast. Ce qui est très commode pour s’instruire en voiture. www.conferencedesamarie.com/

    • Sonya, Vous n’argumentez absolument pas ce que vous dites sur la philosophie réaliste vous n’aimez pas les enseignements du père MDPHILIPPE( c’est votre droit) mais votre point de vue (que vous n’étayez pas ) n’invalide pas sa philosophie. Ici ce n’est pas du père PHILIPPE dont il s’agit, il s’agit d’un autre frère de st Jean dont on salit publiquement le nom alors qu’il n’est jugé qu’en 1re instance et devrait donc bénéficier de la présomption d’innocence. Il y a un autre frère de st Jean qui a été trainé dans la boue par ce type d’écrit qui a finalement été innocenté. Il s’agit de frère Benoit Emmanuel, pourquoi n’en parle t’on pas ici, pourquoi ne s’occupe t’on que d’un côté du décor ? Pourquoi ne le considère t’on pas comme victime lui aussi d’une erreur judiciaire ? Sa réputation a été salie. Vous parlez du père Samuel Rouvillois c’est un ardent disciple du père PHILIPPE et tenant de la philosophie réaliste. D’autre part c’est un ami du frère de st Jean qui est odieusement sali dans ce forum.

  • colère 8 mai 2014 18:35

    pour que vous ayez eu accès à des informations confidentielles sur ce qui s’est dit au chapitre de 2010 il faut que des frères capitulaires( un au moins) vous les ai transmises….Cela traduit un grand malaise dans la congrégation où se vivent ainsi des trahisons , des règlements de compte. Ici le père dont vous parlez est visé par celui qui livre cette information : c’est la preuve qu’il n’est pas aussi protégé que vous le prétendez.

  • colère 8 mai 2014 14:46

    pour l’instant la personne dont vous parlez doit bénéficier de la présomption d’innocence car ce n’est pas un jugement de dernier ressort. Pourtant vous citez son nom dans votre blog en salissant ainsi sa réputation si dans quelques temps il est jugé innocent son image sera quand même ternie par vos propos ce qui est extrêmement grave…..

  • anaïs 5 mars 2014 08:38

    Décidément, on en apprend tous les jours au sujet de cette communauté ;Mais, n’y -t-il pas un prêtre exorciste dans cette communauté ???? Le Père Paul-Marie de Mauroy !!!

    troublant..très troublant !

  • anais 5 mars 2014 01:50

    Je veux bien témoigner de ce que j’ai vécu , non pas à l’intérieur de cette communauté, puisque , Dieu merci , je n’ai jamais eu l’intention d’y entrer ; Je suis mariée et mère de famille ! Mais j’ai bien vécu quelque chose de . ;très troublant en cotoyant de loin cette communauté.

    C’étai taux alentours d e2009 ou 2010, je ne m’en souviens plus. a l’époque, je recherchais un lieu de retrait pour moi e t je suis tombée sur le site bien joli qui met bien sûr l’accent sur la vraie foi , l’amour de Dieu et tout lle trama habituel. je suis donc séduite, car mon expérience de l’Eglise a été on ne peut plus décevante jusque là.

    en effet, jeune fille , j’avais bien songé à rejoindre uen commuatué religieuse t ce fut la cata, totu l’opposé de la communauté St-jean, entre autres. Ultra-libérale pour les préférées de la communauté, bien sûr. bref, un vri calvaire…

    d’autant qu’à l’époque, j’ai dû traversé un drôle de problème, un combat spirituel comme on dit , consaéquences d’activités occultes pratiquées un peu plus tôt. Mais plutôt que de m’envoyer voir unprêtre exorciste, on n’a papréféré me négliger et s’occuper d epasser sous silence les relationnels plutôt intimes entre uen jeune professe et la pruer. Et évidemment, lorsque vous devez vous confronter à ce problème alors que vous n’êtes que novice, et qu’ne plus vus devez affronter un combat spirituel d’une grande intensité, je vou slaisse imaginer le résultat. ce dont je me souviens, c’est qu’à l’époque, personne ne me prenait vraien tau sérieux..Le mot « psychologique » revenait souven tdan sal buouche de ces prêtres « qui n’y croen tps ». Ou bien, font semblant d ene pas y croire.

    Vous comprendrez que le portrait très tradi et sécurisant de la communauté st-jean ait pu me séduire, des années après !!

    Je demande à pouvoir venir me resourcer, prier dan le joli cadrede Rimont, bien sûr.

    amis je suis à nouveau en conforntation intenses avec mes « démons » si j’ose dire ; et je susi trè stroublée pr ce qui m’arrive ; voir vaguemen tinquiète. Très énervée égalmen tbien sûr.

    je demand e à annuler mon séjour, très agacée bien sûr par le relifgieux , la dévotion, fatiguée de devoir affronter à chaque fis que je communie ee t que je prie des forces occultes.

    Mais la souer qui me répond au téléphone s’arrange, je ne sais pas comment pour me dissuader de ne pas venir. je ne raconte rien de rien de ce que je vis à l’intérieur de moi. j’ai pu remarqué qu’il y avait deux attitudes dan s l’élgise : soit le scepticisme le plus hypocrite, soit l’attitude de voir satan de partou, , ayant pour effet justment d’activer le mode « possession », si ovus voyez ce que je veux dire.

    elle s’arrange donc pour le faire revenir en arrière e tje dis « oui ». Elle est tellemnt gentille et c’est vrai, elle l’est, gentille ! Elle me prend rendez-vous , si je le veux avec un frère, si je veux discuter de ce que je vis. je suis séduite bien sûr par sa gentillesse et j eme surprend à me dire « tiens..on dirait que je suis arrivée comme à destination, enfin quelqu’un qui est sur la même longueur d’onde que moi q ». bref, moi qui commençais à être tentée par otu laisser tomber, hop ! voilà qu’on me rattrappe au vol ! C’est la grâce d Dieu qui œuvre, etc..etc…

    Vous savez, lorsque vous traversez des combats aussi intenses, aussi violents et aussi en opposition avec votre volonté de dire « oui » à Dieu, vous êtes fragile aussi et très émotif. exalté même parfois. et c’est vrai, les dérive psychiatriques ne sont pas loin, quand vous avez cotoyé l’occultisme presque malgré vous, en plus de cela.

    Le week-end est idyllique et j’ose mêm employer le mot « magique ». car vraimen,t pendna t 7 jours, après le week-end, je me sens tellment ouverte tellement bien.. ;je plane..Que s’est-il passé au juste ? Un accueil d es plus chaleureux, des plus fraternels, une liturgie du tonnerre, un cadre magnifique avec un beau soleil, je me sens en prfaite harmonie avec ces catholiques, ces nonnes…qu e s’est-il passé ? Je n’en sais rien, mai s vou s voulez mon avis, la manipulation mentale commence de manière très subtile à St-jean. ont-ils un 6° sens pour dégoter les personne s qui ont besoin..d’un exorcisme ? parcequ’évidemment, je rencontre un frère..très austère , très droit et volontiers méprisant ; je m ebraque un peu, bien sûr, mais..pourquoi faut-il que je le lui dise ce qui se passe dna s mes prières ? Les blocages ? Les freu ns ? Parce qu eMonsieur sent que je via s parler de quelque chose qui a un rapport avec le combat spirituel, la délivrance ; Ils reconnaissent les gen s comme nous, affaiblis et vulnérables, d’une manière ou d’uen autre, et nou s sommes leurs proies, si j’ose dire. et le mot est lâché « nous avons un prêtre exorciste si vous voulez, parce que ce que vous décrivez pourrai t bien être une force qui cherche à nuire à votre foi ». Il n’a pa s tort du tout. je le sais. Et m^me encore aujourd’hui, je dis que oui, il n’avai t pas tor. il y a bien uen force qui coïnce contre l’action de Dieu dna s ma vie. J’hésite parce que j’ai en mémoir e ce que ’on raconte à ce sujet. Mais dna s le fond de ma pensée,je ne demande qu’un chose : pouvoir au moins m e libérer de ce passé occultiste, sans avoir peur pour un fois d’être prise pour un e folle-dingue, ce que je ne suis pas.

    et voilà que pendna t 7 jours, je suis comme hyper-sensible à mon environnment, mai positif.

    La première chose qui ’intrigue, quand je vais rencontrer ce prêtre eoxciste , c’est que de s personnes viennent le voir alors qu’il résiden à des centains de kms. c’est bizarre parce que je croyais qu’il y avait un exorcite dna chaque diocèse.. ;ce qui me frappe égalment, c’est qu’il n’ a pas une minute à lui, et qu’il ne prie pas avec le s autres ; il dispense la messe. Mais c’est totu !

    je usis évidement frustré de son manque d’écoute, de son à peu-près..mais avec les jeunes et les célibataires ( il y a des oblats à la communauté ), avec le s gens qui ont l’air de s’engager ou de voulir s’engage run peu plus, tiens-tiens, il a plus de temps…bizarre, très franchement.

    je remarqu lorsque je dois aller chez la Contemplatives que..il y a un malaise..pa sla première fois, oh que non ! grand sourire ! gnangtisme et compagnie…en plein dna s le mil. Masi là aussi, on s’interesse vraimen t aux cas..psychiatriue j e dois le dire. Les faible s d’esprit qui pourron bien sur rejoindre la communauté ou en tous cas en devenir de proches..je suis san s doute trop stable sur le plan psychologique pour mériter de l’attention..et pourtant, il y a bien un combat d’uen grande envergure qui se déroule en moi !!!je ne rentre pas dna s le sdétails mais ce fut vraiment un gran d combat ; Paul-Marie s’ne rend compte bien sûr, mais … il y a plus urgent. et plus interessant. voilà tout ! Les souers contemplatives semblen t mal a à l’aise, parfois triste ,ou agacées ; on décèle vite que la communauté traverse des moments de très grand doute ;

    Il y a aussi chez ce prêtre quelque chose que je toruve bizarre..il me parle d’aller consulter une spychologue qui propose des thérapies..bizarres..en me renseignant sur ce type d e thérapie, de s mois après, je me rends compte que ces thérapies ne sont pas ce que l’on croit , qu’il y a des dérives, etc…Pour l’heure, ej ne le sait pas, mai sj e le sens, on dire comme cela ; Il y a aussi le drôle d e questionnaire qu’i l me pose style ce que je préfère : salé ou sucré ? quelle est ma couleur préférée ? règles abondantes ou pas , soi-disant, c’est important. Et ne effet, je mène pas petite enquête sur le net, certian symptôme s d e possessions semblen t avoir un lien avec vos gôuts, si ovus êtes sensible s aux energies de la nature..C’es tquoi ça ,les énergies de la nature , Pourquoi parler de chakras aussi dan s l’entretien ? Pourquoi ce discours ésotérique ?

    J’ai fai t un enorme « connerie » jeuentte, vraien t énorme. Mai s j’ai tujours été réfractire au langage ésotéique..sauf pour ce qui est de l’influence magique ou occultes ; allez savoir pourquoi..? Liens dna s le passé, dans la famiie ? Non. pas que je sache, non, désolée. c’es dingue toutes les idées qu’il peut y avoir à l amode ne ce qui concerne les raisons pour que quelqu’un subissent des ataques occultes.. ; j e l ui réponds q la chose suivante« parfois, on ne sait pas ! c’es t juste qu’on a été sensible enfant à quelque chose et qu’on ne s’ne souviens pas ! ou bien ..que c’est comme ça..Moi, ça m’a pris d’un suel coup et c’est reparti comme c’est venu..Mais, en prière, c’est terrible…et maintenant, je vis de ombres grises autour d e moi ». Il me réponds que c’est normal, et ça l’es t peut-être, c’est une réaction de défense

    Ma s pou r l’huere, je sui agacée par ce manque d’attention et cet autoritarisme aussi, m^me si, il me dis de s choses justes bien sûr. c’es t juste que j’ai la sensation qu’il fiat son « travail » à moitié avec moi. il ne va pas dans le fond. et moi, je sens que ça sourde en moi.

    De guerre lasse parc e qu e je travaille et que je suis mère d e famille, je décide uen fois d e ne pas venir ; et..je connais alors une sorte de reviremen t soudain..ou..tout me laisse, le calme se fiat en moi.. ;Il me demande de venir pour un entretien. J’accepte.

    je suis ..délivrée..c’est c e qu eje crois. Il me suggère de trouver un accompagnateu spirituel. Je ne veux pas que ce soit lui. Comment expliquer ? je décèle que la comunauté est gentille mai s que tou est faux..et puis, j’netend de s bruits de couloirs..c’es tpas pour mettre en confiance..et cette obscession pou r les jeunes ! c’es tpas net..Je ne sia s quoi penser…Je sen que je ne suis pasla bienvenue ; pourquoi ?

    aujourd’hui, ’a un e réponse qui me satisfait : nou s n’avons pas beaucoup d’argent et la comunauté recherche de s fnds, c’est urgent. tien s donc. je n e suis pas vraimen t disponible..Pourquoi unjour , mon mari qui est venu m’accompagner est tenu à l’écart de la prière , alors qu’il m’en avait pourtant ben parlé, qu’il avait meme insisté, « oh ..non…ça ira comme ça ! » ; c’est bizarre mai svous savez, vus sentez sans pouvir vraimen t le dire avec des mots.

    J e m’inscirs à un cours d ephilosophie de la communaut j’ai la chance d’avoir pour conférencier ce fabuleux Marie-Dominique ! Oui, je témoigne que cette personne est vraient vanituese, ironique et manie habilment le mensonge à la fois théologique et philosophique. je susi agacée par cet ensiegnementtn..et un paul-Marie qui es t là, à trainer dna s la coin, et..un e attitude froide de la part des autres membres d e l a communauté qui me conniassne t un peu et à qui j e n’ia pourtan t rien fait. on se tien à l’écart d e moi, et j e me sens très vite indésirable. C’est alors que la sour hôtelière me fiat comprendre san s détur, tandis que je vias rejoindre la voitur qui doit m’mener à l a gare, qu’il ne vaut mieux pas que je vienne, que .. ;on a apprécie d e fair e la connaissance mais…maintenant, je vais mieux, n’est-ce pas ? Oh attendez..j’ai l’adresses des..béatitudes qui saurotn peut-être mieux aider..« le principe est vraimen t bien vous verrez : ce son t des guérisons qu’on appell psycho-spirutelles, car otu est psychique, vus l’aurez san sdoute remarqué, cvos êtes très. ;intelligente et perspicace, ça se voit vous savez ? ( gran dsourire soudai),masu satan s’attaque à notre psychisme, vous deve le croire ». j e sui furax , eberluée..on me renvot come uen vulgaire chaussete, une serpillère , quoi..pour me propser …autre chose ? et je sais ce que sont les béatitudes ! je le sai s très bien. décidément, je suis troublée qu fond d e moi…

    d’autan tque non, je ne via s pas mieux du tou ! ah pas du tout ! Au début, oui, j’ai éé mieux..Mais, est ce parc e qu e trouver un accopagnateur digne de ce nom est impossible dn s l’eglise , ou bien que , je ne sai s ps, quelque chose a été ouvert parce que paul-Marie a fia tun travil d’amateur..ou bien autre chose ??? Parce que , moi qui ne croyait a strop au paranormal, style la TV qui s’allume otut suel, des choses comme celles-là, eh bien oui, m’y voilà confrontée..Et le pire, c’est que je via s subir l’assaut de mage noirs…de vai satanistes…Ce sont de s personnes qui ne s’n e cachet pas, ils doivne t leur renommée à ce franc-parler !Je n’ai jamai rencontr ces mages, ils agissent via le net..je me sens obligée de lire tout ce qui a attrait au satanisme, à l’occultisme..je suis pour ainsi dire vampirisée. ’explication ? oh, j’ia bien des idées sur la cause d e tou cela, le fond de s choses comme on dit. Mais ce que je peux vus affirmer, là , tout de suite, c’est que la communauté st-Jean , et les Béatitudes, entre autres, sont des sectes et utilisent les m^me s armes que les occultiste et satanistes, qui sont , eux aussi de sectes ! Voilà tout !Que l’Eglise est elle aussi tombée dn s les mains de satan, et qu’il s’est faufilée comme un serpent .

    On ne combat pas le diable avec ses armes , que je sache !

    aussi, de voir le s scandales qui jalonnen t la vie de cette communauté ne m’étonne pas ! et on se demande bien à quoi peut bien leur servir un prêtre exorciste, franchemnt ;

    ils n e valent pa s mieux que ces occultistes qui se droguent et font des infamies ; c’est clair !

    Décidément, les sectes ont la vie dure !

    • Je suis un peu dégoûté que l’on publie des faits qui auraient dû rester secrets et ne pas sortir au grand jour ! Avec ce genre de choses on détruit totalement la réputation de quelqu’un et on peut même détruire sa famille et son entourage. Surtout qu’il s’agit d’un jugement qui n’est pas encore rendu.

      Au rédacteur de ce blog, je pose la question suivante : aimeriez-vous que l’on publie sur un blog ou dans un journal, des jugements du même genre et à votre encontre, si vous aviez commis des crimes plus graves mais que les décisions prises devaient rester privées au risque d’atteinte à votre famille et vos amis, que vous soyez rejeté par eux ?

      La suite s’adresse à le demoiselle/dame qui a longuement écrit sur son expérience. Il me semble qu’il y a une énorme confusion dans vos propos et un manque de discernement dans votre expérience. Il ne faut jamais oublier que les moines, les prêtres, les religieuses sont des personnes humaines donc peuvent commettre des erreurs, ILS NE SONT PAS PARFAITS (tout comme vous), juger des personnes parce qu’ils ont commis des erreurs et que vous en êtes sortie blessée, j’appelle cela un manque d’intelligence et de maturité.

      Si vous vous êtes sentie trop « poussée », il fallait le dire clairement que ce soit par une explication longue ou un simple non. Si vous n’étiez pas capable de résister à cette époque, à quelque chose qui était ou vous semblait bon pour vous, il fallait partir ou prendre un temps de réflexion, cela vous aurait été accordé De plus, vous dites qu’on vous a chassé comme une chaussette, alors qu’il fallait le prendre comme un invitation à RÉFLÉCHIR et chercher votre vraie place, que ce soit dans une communauté religieuse ou dans le monde, que votre état d’esprit à l’époque ne correspondait pas à l’esprit de la communauté !

      Il vous a été SUGGÉRÉ, pas ordonner, de trouver ailleurs la solution à votre problème, car ils ne pouvaient pas vous aider, non pas qu’ils ne voulaient pas, NUANCE, de la même manière qu’un docteur va suggérer un collègue qui sera plus apte à aider une personne malade parce qu’il est plus compétent dans le domaines J’ai moi-même été attiré, pas séduit, je précise car la différence est grande, par cette communauté dont je fais toujours partie, comme laïc. Le fait est que avant de rencontrer cette communauté, je n’étais pas juste sorti de l’adolescence voire encore dedans, mais déjà un adulte bien qu’encore jeune ayant vécu des choses difficiles et m’en étant sorti grâce à des amis et ma famille.

      J’ai connu plusieurs personnes qui ont eu le même sentiment que vous, mais elles ont eu le courage et la volonté de s’arrêter au bon moment sans avoir de rancœur spéciale à l’encontre de la communauté St Jean ou la volonté d’insulter les personnes qui en font partie.

      De plus, dire que la communauté St Jean est une secte, c’est faire une insulte à tous les prêtres, tous les religieux, tous les membres de cette communauté qui y sont entré et ou sortis librement et consciemment. Sans oublier, les nombreuses personnes qui ont pu être sauvées qui sont épanouies, et qui ont trouvé leur place dans le monde grâce à cette communauté, sans pour cela en faire partie.

    • Vos propos sont sordides et incompréhensibles. Il faut vraiment aller vous soigner.

      • Ils ont des torts sans doute mais pensez à tout le bien qu’ils ont réalisé depuis de longues années C’est ignoble de traîner ainsi des personnes dans la boue sans certitude Je les ai bien connu…même si certains ont dérivé on a pas le droit de les condamner ainsi !

        • Ils sont au bord du gouffre. C’est comme si elle se cramponnait à la falaise et il la regardait…les yeux de l’homme papillotaient légèrement pendent qu’il observait la fille. « Surtout ne pas regarder en bas ni en arrière, mais seulement vers l’avant, vers le haut »,pensa Lilas. L’homme savait parfaitement qu’au moindre faux pas de sa part,elle va regarder par dessus son épaule et lâcher prise. Pendent deux longues minutes il demeura immobile, silencieux,puis il lui tourna le dos, soupira et quitta les falaises. Il était fasciné par cette rencontre et sa propre cruauté délibérée, mais il n y avait rien à faire. L’homme savait qu’il était incapable d’agir comme il aurait souhaité. A croire qu’il la haisait. Elle et tout ce qu’elle représentait. Le monde interdit des femmes, leur mystère qu’il n’avait jamais eu l’occasion de sonder. Et c’était mieux ainsi. Sauf que pour demeurer sain d’esprit il lui faudra imaginer( comme d’habitude, d’ailleurs) que c’est Dieu en personne qui lui avait demandé de suivre cette ligne de conduite dont il ne pouvait dévier sous peine d’être damné… Lilas tourna la tête brusquement et vit le prêtre s’éloigner. Elle lâcha les mains.

          Merci la communauté St Jean !Les séquelles sont toujours là, même 15 ans après les abus…et le prêtre continue à vivre heureux comme si rien ne s’était passé et quand je suis sur le point de craquer, il me jette un os et je roule sur le dos devant lui comme un chien. J’ai beau avoir honte de mon silence, je saisis l’os dans ma gueule. Et je ne dis rien comme d’habitude.Encore et toujours !

          • Bonsoir Lilas, Vous écrivez :« Et je ne dis rien comme d’habitude.Encore et toujours ! » Là, vous dites quelque chose, mais quoi exactement ?

            • Que mon monde avait perdu tout sens depuis 14 ans.Que je ne suis même plus une femme à part entière.Qu’il ne s’agit pas d’un choix. Il ne s’agit que de son intérêt.Qu’il n’a jamais s’agit d’autre chose que de son propre bien. Qu’encore aujourd’hui je suis hors d’état de lui résister.Qu’il n’existe plus aucun moyen de rompre ce lien malade, névrotique, pervers. Que je suis en train d’en crever tout simplement…

              • Bonsoir Lilas, Voulez vous dire, que vous avez aujourd’hui , une liaison charnelle avec cet homme ?

                • Bonjour,agapé ! Vous savez,c’est un équilibre délicat à trouver : entre ce qu’on doit avouer et ce qu’on doit garder pour soi ;la révélation qui sera douloureuse mais supportable,et celle qui causera des dommages irréparables.

                  A votre avis,un prêtre affectivement immature et enfermé dans une idéologie malsaine depuis des années, pouvait- il réellement gérer sa force et savoir s’adresser aux jeunes filles que sur le mode fraternel ?

                  • Bonsoir Lilas, J’avoue que vos propos me mettent assez mal à l’aise, vous dites sans dire et je ne comprends pas votre question.

                    • Cher agapé,vous avez raison, mais j’ai du mal à témoigner… Je cherche toujours des vraies réponses, car jusqu’à là je n’ai trouvé que des demi-vérités. Pour guérir, il faut d’abord un vrai diagnostic auquel consentir. Pour pardonner, il faut d’abord connaitre la vérité. Je cherche toujours à comprendre ce prêtre et sa communauté avant de les juger et de commettre« l’irréparable ». Même si l’irréparable,lui, il l’a déjà commis.Dès l’instant où il m’a sélectionnée pour cette impasse.

                      • Bonsoir Lilas Rose, Vous dites ne pas vouloir commettre l’irréparable… Est ce que vous voulez dire que vous craignez de porter atteinte à sa réputation en disant vraiment ce que ce frère vous a fait ? Dans ce cas ( mais, je peux mal vous comprendre…) ne le faites vous pas de toute manière, en insinuant les choses, en les disant sans les dire…, ce qui peut laisser imaginer le pire.. Ou est ce que vous avez des doutes sur la culpabilité de ce frère par rapport à vous : mais la fin de votre message laisse penser le contraire. Je pense que lorsque l’on accuse quelqu’un , il est important d’être clair et concret.

                        • Bonjour,agapé ! Mon problème dans cette histoire ; c’est que je ne parviens toujours pas à comprendre s’il agissait par ignorance, par croyance, par lâcheté…ou par amour,comme il le disait. Quand un prêtre vous accorde une telle confiance, car il n’est pas fréquent qu’un prêtre ait ce gendre de comportement, et en plus prétend que c’est pour votre bien et son bien, que votre relation est bonne et juste, qu’elle vous fait grandir malgré la souffrance qu’elle engendre,oui, vous le croyez et brulez de répondre à son appel et de sentir cet amour divin déferler en vous ! En plus si vous refusez cette relation, vous perdez sa confiance et sa bonne opinion et ça vous ne voulez surtout pas ! Alors, vous faites tout pour être ce qu’il désire que vous soyez, même si vous vous sentez comme enterré vivant dans un cercueil, et vous vous dites que dans tous les cas, c’est forcement le prêtre, cet homme de Dieu qui a raison, pas vous ! Cher agape,aujourd’hui, je parle sans parler parce que j’ai super mal et parce que je ne fais pas le poids face à lui. Oui, ma déchéance sur ce site n’est qu’une pauvre stratégie pour me protéger. J’ai un douloureux problème sans remède, sans aucune reconnaissance en tant que victime de la part de cette communauté. Peut-être qu’il existe plusieurs sortes de réparation. Alors,je dois trouver celle qui me revient pour continuer à vivre.

                          • Qu’importe les raisons pour lesquelles il a agi ? En quoi cette relation a t’elle été nocive pour vous ? Et de quoi vous estimez vous victime ? Vous dites, : "Il n’est pas fréquent qu’un prêtre ait ce genre de comportement. De quel comportement s’agit il ? Rester dans le non dit ne permet pas de sortir de la subjectivité, il n’y a pas de témoignage sans confrontation à la réalité.

                            • Il est toujours étonnant de voir à quel point le champ de conscience de l’homme se rétrécie au bout d’un moment, se limite aux seules affaires du monde qu’il habite ! Bien-sur, que ce n’est pas moi la victime,cher agapé, moi, je suis juste une stupide créature pétrie d’émotions qui a laissé la violence s’épanouir dans son cœur contre un innocent ! Le prêtre en question, le grand… (le site a préféré ne pas publier son nom dans un de mes témoignage précédent, et je respecte leur décision) admiré par tous ,même quand il ne cherchait pas Dieu et la vérité, mais simplement s’amusait avec le jeu de la puissance et de la séduction en brisant des vies, en répandant une spiritualité nouvelle, en basculant des traditions de la religion catholique,en se prenant pour une borne (après m’ avoir fait exorcisée à Rimont pour me purifier de toute force maléfique, j’imagine !) qui me conduirait à ma vraie vie de femme, tout en continuant pendant des années son emprise malsaine et destructrice…oui c’est lui la vraie victime !

                              Franchement,aucun problème pour me confronter à la réalité, cher agapé. Ne comptez plus sur moi pour cacher la vérité. Assez de silence ! Ce pouvoir ne me grise pas ;il m’écœure !

                              • Bonsoir Lilas-Rose, Mes propos disent ils que vous n’êtes pas victime ? Je vous demande simplement de quoi concrètement. Moi aussi, j’ai besoin de comprendre… J’ai rencontré un certain nombre de ces frères. Je n’ai pas eu la m^me relation que vous avec eux. J’aimerais comprendre.

                                • Bonjour,agapé ! Vous écriviez :« qu’importe les raisons pour lesquelles il a agit ? » Eh bien cela importe beaucoup ! Pour les scientifiques,la question de savoir si l’espace est fini ou infini a des conséquences fondamentales sur la nature même de la réalité. Pour moi, la question de comprendre les vraies raisons de son comportement va de même. Paul Eluard écrivait que le poète est celui qui « donne à voir ». Avant de rencontrer la communauté de St Jean , j’aurais dit dans le même esprit que le prêtre est celui qui « donne à voir », qui tire les rênes du mystère de Dieu, de vie, d’agapé ! Quel idéalisme ! Quelle naïveté !

                                  Mon histoire débute en 2000 après les JMJ à Rome chez les sœurs contemplatives à St Jodard.Dès le debut une expérience sombre avec une sensation suffocante de manipulation de leur part. Dès que quelque chose n’allait pas, n’était pas à leur gout, c’était le diable le seul responsable… La confession une fois par semaine était obligatoire pour moi, si je n’y allais pas,une sœur venait me chercher pour m’accompagner jusqu’à la porte du parloir et attendait jusqu’à ce que j’y soit entrée. Je commençais à me déprimer, à vouloir partir, mais la irresponsable de novices me disait toujours que c’est ne rien, que c’est juste le diable qui veut me détourner de ma vocation.Je ne mangeais plus beaucoup et souvent la nuit j’avais très faim. Quelque fois je descendais la nuit dans le réfectoire pour piquer des pommes…Mea culpa ! Sauf que pendant mes errances nocturnes, j’ai pu voir assez régulièrement des choses qui auraient du rester cachées, comme par exemple deux sœurs qui s’embrassaient et se caressait ! Là, j’avais compris que si je reste dans cette communauté une semaine de plus, j’allais vraiment devenir folle ! Les sœurs ne m’ont pas laissé sortir, j’ai été juste envoyé dans une autre prieuré.Au bout d’un an j’étais si mal que la prieure m’avait proposé de faire une années sabbatique avec les frères de st Jean et d’autres jeunes pour me changer un peu les idées. J’avais accepté…Si ,à ce moment là, j’avais réellement deviner le prix à payer pour cette « inattendue », j’aurais quitter ces gens là au plus vite possible !

                                  • Désolée pour les lapsus et les fautes grammaires :-/ , le français n’est pas ma langue maternelle.

                                    • Ça faisait quelques mois que je vivais mon années sabbatique dans un magnifique château avec une dizaine de jeunes, entourée de moines,ces êtres profonds et vertueux et des vrais intellectuels. La vie ici était une merveille et cependant…c’est fous ce que je pouvais toujours éprouver ce sentiment étrange que même dans ce monde de frères il y avait quelque chose qui clochait…Tout tournait comme au ralenti, même mon cerveau.Puis, j’étais complétement déconcertée par l’attitude froide, dure, distante, quasi insultante du père prieure à mon égard. Avec souvent des phrases absurdes, genre :« Pourquoi à 24 ans vous n’êtes toujours pas mariée ? Êtes -vous normale ? » Ou bien quand ça m’arrivais de me sentir trop fatiguée pour suivre son cours de philo, il m’avait demandé :« Êtes vous bête tout le temps ou c’est juste aujourd’hui ? » ou encore : « êtes vous consciente de la séduction en vous ? » Touchée à vif par ces propos toujours incompréhensibles,je ne savais pas trop s’il fallait en rire ou en pleurer. J’avais opté pour le rire en me disant que ces remarques sont certainement bien méritées par ma manque de maturité ou quelque chose comme ça. A cette époque notre relation commençait et s’arrêtait là, c’est-à -dire nulle part.Je l’évitais au maximum, car pour moi une conversation, c’était plutôt un dialogue bienveillant qui se construisait au moins à deux.Parfois, quand la fenêtre du parloir était restée entrouverte, je le voyais prendre les autres filles dans ses bras.Et pourquoi pas ? Comme un père, comme un grand frère pour les réconforter et consoler de leurs chagrins. Puis, un jour il m’avait appelée au parloir pour m’annoncer une bonne nouvelle qu’il allait m’envoyer voir un exorciste. Tout allait bien,rien d’inquiétant, il voulait juste mon bien. Il me trouvait liée et l’exorciste pouvait me délier. Mais bon Dieu,liée à quoi ??? Déjà chez les sœurs j’avais parfois cette impression de me téléporter au XVII siècle, quand on voyait l’intervention diabolique partout.Mais que ce phénomène existait aussi chez les frères de st Jean, m’avait bouleversé. Je savais que pour voir un exorciste il faut d’abord passer par un psy ou quelque chose comme ça, que l’on n’envoyait pas les personnes gratuitement, sans rien connaitre d’elles chez un exorciste. Finalement cette expérience s’est avérée très instructive. D’abord,javais suivie un interrogatoire un peu abracadabrantesque sur les chakras, sur ma médiumnité et qu’ en tant qu’artiste je suis hypersensible, et donc une porte ouverte aux forces obscures… puis j’avais assisté à une chasse de démons en direct sur ma personne , sauf que malheureusement ’il n’y avait rien à exorciser. Quelle déception, n’est ce pas ?!

                                  • Je dis « qu’importe les raisons ? »car je pense que la plus part du temps, ces questions sont sans réponse et qu’il est donc préjudiciable que votre mieux être en dépende… L’essentiel, n’est il pas que vous vous en sortiez ? Et pour cela pourquoi ne pas écouter les appels de la vie, qui est devant vous ? Votre expérience de vie religieuse a été difficile, Le fait que vous ayez vu des soeurs s’embrasser a pu vous paraître choquant, je l’aurais été moi aussi en tant que jeune religieuse. Aujourd’hui, je considère que ce genre de comportement est humain, que la chasteté est un chemin…. Je comprends que l’on se sente très perdue, lorsqu’on est mal dans une communauté dans laquelle on est rentré. Les réponses que l’on vous fait peuvent vous sembler plaquées, complètement déconnectées de votre réalité….Je l’ai vécu moi même dans une congrégation ignatienne . Au cœur de mes doutes, je pensais qu’il fallait appliquer la règle de st Ignace« Dans la désolation continue ton chemin…. » et j’ai continué jusqu’à la dépression. Pour en arriver jusqu’à la dépression, je ne dis pas que j’ai fait ce que l’on m’a dit, mais que j’ai fait ce que j’avais compris de ce que l’on m’a dit. Je respecte ce que vous me dites de votre expérience à St Jodard, m^me si cela m’étonne. Mais parmi les sœurs, il y a peut être des différences… J’ai une amie religieuse à St Jodard, elle a les pieds sur terre, et ne m’a jamais parlé du diable. De la m^me manière, j’ai vécu plusieurs retraites avec des soeurs contemplatives de st Jean et dans ce cadre j’ai rencontré à plusieurs reprises, des jeunes en formation, qui ne sont pas du tout dans la dynamique que vous décrivez. Elles sont notamment très libres par rapport à leur vie spirituelle( confession, etc..) Elles sont gourmandes, et rient trés volontiers. Avez vous eu l’occasion de les revoir ?

                                    • Depuis il y a eu pas mal de changements chez les contemplatives. Sœur Marthe et la compagnie n’en font plus partie à ma connaissance. La communauté a muri entre temps…j’imagine. Non, je ne les ai jamais revue.

                                      • Bonjour, agapé ! Vous m’avez demandé une fois si j’ai des doutes sur la culpabilité de ce frère par rapport à moi ? Ce n’est pas si simple,lorsqu’on vit toujours dans ce bain anarchique d’émotion et de sentiments contradictoires,de faire preuve d’une certaine objectivité, c’est certain.Il y a des jours où je me dis vraiment :« mais quelle conne d’avoir abandonné ce saint homme,qui ne voulait que mon bonheur ! N’est ce pas là en vérité l’explication de mon malêtre profond ? Est ce vraiment son influence néfaste qui m’exclue des miens ? Ne suis-je depuis le début plutôt une femme-aberration qui ne comprends rien de rien ? » Vous dites aussi que « la chasteté est un chemin… »oui tout à fait, et je peux comprendre que des religieux ou des religieuses tombent amoureux comme n’importe quel autre être humain. Mais qu’ils se servent des femmes pendant des années, qu’ils passent avec une facilité extraordinaire de l’une à l’autre en faisant du ménage avant l’arrivée de chaque nouvelle prétendante…,y-a-t-il vraiment quelque chose à voir avec un cheminement vers la chasteté là-dedans ? Je ne veux pas faire du mal à ce frère, je ne veux pas batailler avec lui. Je suis même horrifiée par mon comportement, par le fait d’écrire sur ce forum, par le fait que je laisse la violence s’épanouir dans mon cœur, même si je ne le désire pas. Ne pas pouvoir pardonner.Nos deux souffrance se mêlent en moi. Toujours le même cocktail émotionnel : l’humiliation,la colère,la compassion, le chagrin, la culpabilité…

                                        • Bonjour Lilas

                                          Contactez l’AVREF, association de victimes d’abus dans les communautés, vous aurez un soutien beaucoup plus complet et structurant que sur ce site avec des gens compétents (voir sur le site rubrique « contacter ») bon courage et surtout faites vous aider vraiment ! vous le méritez !

                                          • merci,Églantine, merci Françoise, merci Agapé, merci Claire pour vos mots d’encouragement !

                                            L’AVREF m’a conseillé de porter plainte contre ce frère. Mais pour moi toute seule c’est vraiment trop dur, j’ai besoin de rencontrer les autres victimes de cet homme, si elles ne sont toujours pas sous son emprise.

                                            • Vous êtes-vous inscrit sur le site http://coabuse.fr/ ? il vous permettra de vous mettre en contact avec d’autres victimes si elles-mêmes recherche des victimes de la même personne. Vous pouvez aussi prendre contact avec les psychologues spécialisés dans les abus : déposer plainte et en effet la meilleure façon de faire cesser les agissements des prédateurs, peut-être des personnes des associations de défenses de victimes peuvent vous épauler dans cette démarche ? vous avez tous mes encouragements dans vos démarches diverses (l’une n’empêchant pas l’autre..) et en tout cas, j’espère bien que ce prédateur a été identifié comme tel et n’a plus accès de d’autres futur(e)s victimes : sinon agissez au plus vite pour en protéger d’autres ! c’est vraiment important !

                                            • Bonjour Lilas Rose

                                              Eglantine vous donne bien la marche à suivre. Avec le site de Coabuse, vous aurez plus de chance de trouver d’autres victimes du même homme.

                                              Vous pouvez aussi vous inscrire au forum de la Parole libérée qui peut-être, vous fera rencontrer d’autres victimes du même moine :

                                              https://www.laparoleliberee.fr/forum/

                                              Je vous passe également une adresse où vous pouvez appeler 7jours sur 7 pour vous faire aider et obtenir là où vous vous trouvez, une aide psy et juridique aussi : il s’agit d’un organisme national associatif lié à l’état qui fonctionne depuis plus de 30 ans (l’INAVEM) qui a des relais locaux associatifs dans toutes les villes de France. Souvent juste à côté des tribunaux et avec des psy et des juristes pour vous aider de façon gratuite. Ils ont des permanences chaque semaine et vous pouvez prendre rendez-vous quand vous voulez. Vous pouvez vous y rendre dès que vous en avez besoin. C’est vraiment pratique. Et moralement, c’est d’un grand soutien car vous l’avez en proximité et en réel, physiquement. Il vous est facile de rencontrer les psy, les juristes. C’est très appréciable.

                                              Voici la page nationale

                                              http://www.france-victimes.fr/

                                              Et la page où vous pouvez trouver l’association locale près de chez vous pour vous aider au quotidien :

                                              http://www.france-victimes.fr/index.php/component/association/#dptdomtom

                                              Bon courage et prenez soin de vous Lilas !

                                              Entre Coabuse et France Victimes, le forum de la Parole Libérée, vous devriez pouvoir disposer d’une aide concrète qui vous donnera du peps pour sortir de l’emprise et des souffrances que vous traversez.

                                              Cordialement Françoise

                                    • Je suis heureuse que vous ayez une si belle expérience avec cette communauté. Alors que cherchez-vous, chère agapé ?Qu’avez-vous besoin de comprendre en plus ? D’autant plus j’ai l’impression que vous doutez de mes propos !

                                      • Parce que j’ai eu une expérience différente de la votre, vous pensez que je mets en doute vos propos ? Je n’ai d’ailleurs jamais dit que mon expérience avec cette communauté est« si belle ». Comparez les expériences et dialoguer avec d’autres cela me semble être un moyen d’essayer de comprendre. Vous ne me répondez pas par rapport à ce frère de st Jean, mais je suppose que cela doit etre trop pénible pour vous.

                                        .

                                        • je viens d’apprendre que trois autres victimes se sont manifestées contre lui, et une plainte au civil a été également déposée contre ce frère.Fin de l’histoire.

                                          • Bonjour Lilas

                                            Donc avec ce que vous venez d’apprendre, vous pouvez vous joindre à ces victimes dans leur plainte et corroborer leurs témoignages. Ce sera moins dur que toute seule et vous pouvez aussi vous dire maintenant que vous avez été bien victime de cet homme exactement comme les autres. J’espère de tout cœur que localement, vous avez trouvé une équipe juridique et psy pour vous aider dans cette épreuve. Pour avoir engagé pendant cinq ans un bras de fer judiciaire et juridique contre une instance intégriste, je sais à quel point c’est difficile. Mais ça vaut aussi le coup pour pouvoir se dire qu’on a pas laissé le bourreau nous détruire. Et qu’on retrouve une dignité et nos droits bafoués par ces crimes. Plein de courage et de soutien, Lilas Rose.

                                    • Agapé et Lilas, votre roman est étrange. Vous écrivez « Elles sont gourmandes, et rient trés volontiers. » en parlant des soeurs. La gourmandise est la porte d’entrée de tous les vices et le rire la preuve de leur satisfaction.

                        • « Je pense que lorsque l’on accuse quelqu’un, il est important d’être clair et concret ».

                          Et voilà à nouveau « l’Agapé thérapie », donneuse de leçons (sic !), légèrement inquisitrice dans l’âme et sur les bords, qui sévit sur ce site. ^^ Un mélange de curiosité (plutôt malsaine), de remise en cause systématique ou presque des victimes et surtout un déni flagrant de la vérité, fautes de preuves tangibles et reconnues.

                          Ma chère Agapé, ce ne seront certainement pas les tribunaux ecclésiastiques qui vous donneront ces preuves, leurs secrets sont cadenassés et bien gardés. Quant aux tribunaux civiles, les problématiques internes de l’Eglise ajoutent de l’eau à leur moulin et les médias s’en frottent les doigts.

                          Laissez donc les témoins s’exprimer sereinement sans les seriner avec vos interrogations et insinuations diverses et variées. De toute façon, sous le regard de Dieu, nous aurons tous la vision pleine et entière de nos péchés. Certain(e)s vont avoir des surprises ! :-O

                • Cet homme avait fait d’autres victimes avant, pendant,après moi. Ce sont elles que je recherche aujourd’hui. Aidez-moi à connaitre leur vérité.Aidez-moi à connaitre ma propre vérité,c’est tout ce que je demande pour ma reconstruction.

                  • De quel prêtre parlez vous exactement ? Que vous a t’il fait concrètement ? Le subissez vous encore ?

                    • Finalement,cette communauté a parfaitement raison de garder sa supériorité, je ne serai jamais assez grande pour voir de l’autre coté du mur, je n’arriverai jamais à me hisser à son niveau d’experte de l’amour de l’amitié avec toutes ces années de pratique ni imiter son silence sordide. Pour elle encore aujourd’hui,tout ce que ces victimes soit disant vivent, apparemment n’est qu’une projection holographique de processus qui se déroule sur une lointaine surface quelque part dans leur cerveau malade. Nous pouvons nous pincer et le ressentir en vrai, mais en vrai notre réalité n’est que le reflet d’une vérité parallèle d’une réalité différente, à distance. La sienne ! Ça aurait été un vrai miracle si elle avait un peu de compassion dans la manière dont elle regarde la souffrance des autres. Il faut peut-être que je m’agenouille devant elle, que je couche davantage dans la boue ? Peut-être qu’il faut mettre la fin à mes jours pour être enfin prise au sérieux ? « Il y a une fissure dans tout. » chantait Léonard Cohen. Tout est effectivement fissuré dans ce bas monde. c’est ce qui permet à la lumière d’entrer, n’est ce pas ? Chère communauté, chers amis, et surtout chères victimes,prions qu’un jour d’une façon ou d’une autre, la lumière se fraye un chemin jusqu’à nous tous !

                      • Bonjour Lilas Rose

                        Je ne sais si cette information vous fera plaisir mais vous pouvez trouver sur le documentaire diffusé mardi dernier par Cash Investigation, des infos sur les manipulations et crimes sexuels au sein des frères de St Jean :

                        https://www.youtube.com/user/cashinvestigationf2

                        Le documentaire spécifique sur les frères de St Jean débute à 1H06 du documentaire. Je pense qu’il vous intéressera et j’espère qu’il vous réconfortera aussi un peu. La vérité sort peu à peu des ténèbres, du non-dit. Plus les victimes parleront, plus les violeurs, les abuseurs devront rendre des comptes et seront identifiés pour ce qu’ils sont : criminels.

                        Ce que vous décrivez ressemble beaucoup à ce qu’a vécu Solweig Ely lorsqu’elle a été violée et abusée dans son enfance par Pierre-Etienne Albert de la communauté des Béatitudes (jugé pour crimes pédophiles il y a quelques années). Je retrouve dans votre témoignage énormément de choses communes avec ce qu’elle exprimait sur l’emprise psychologique et spirituelle du moine. J’espère que tout comme elle, vous vous sortirez de cette situation d’emprise. Je vous le souhaite de tout cœur. Avec tout mon soutien.

                        Cordialement Françoise