Samedi 24 février 2018

Un prêtre mis en examen pour viol

L’abbé Vincent Sterckeman, qui officie à la paroisse Saint-Pierre des Rives de l’Aa (Gravelines, Grand-Fort-Philippe et Saint-Georges-sur-l’Aa) depuis 2011, a été mis en examen pour viol, ce vendredi. L’affaire remonte à plus d’une dizaine d’années, à l’époque où il officiait à Nieppe, près d’Armentières.

Les faits, s’ils étaient établis, se situent sur une période allant de 2004 à 2008. L’abbé Vincent Sterckeman officiait alors au sein de la paroisse de Nieppe.

Une jeune femme âgée de 15 ans à l’époque, l’accuse de viols. L’homme d’église a été placé en garde à vue mercredi, où il a admis avoir eu des relations sexuelles avec la plaignante, mais a contesté l’avoir forcée.

Une deuxième jeune femme, originaire de Gravelines, a été entendue dans le cadre de cette affaire. Elle aussi a déclaré avoir eu des relations sexuelles en 2014 avec le prêtre, mais consenties.

Une troisième jeune femme devra être auditionnée, là encore pour avoir entretenu des relations avec le curé.

Un juge d’instruction de Dunkerque a mis le prêtre en examen pour viols sur mineure par personne ayant autorité et agressions sexuelles. Il a été placé sous contrôle judiciaire.

L’abbé Vincent Sterckeman, âgé de 44 ans est natif de Bourbourg. Lorsqu’il a été ordonné prêtre en 2002 et affecté en tant que vicaire à Steenvoorde, il était le plus jeune curé ordonné du diocèse de Lille. En 2004, il a été affecté à Nieppe avant de rejoindre en 2011 la paroisse Saint-Pierre des Rives de l’Aa.

Source : http://lavdn.lavoixdunord.fr/323586/article/2018-02-24/un-pretre-mis-en-examen-pour-viol

Voir en ligne : http://lavdn.lavoixdunord.fr/323586…

Vos réactions

  • Graves fautes d’évêques aussi 6 mars 2018 02:03, par Catho59

    Ce jeune prêtre reconnaît des relations sexuelles avec des mineurs de 15 ans (selon lui) et cela juste après son ordination en 2002. Mgr Defois et le responsable du séminaire Mgr Podvin n’aurait pas dû lui conférer les ordres. En 6 années de séminaires un séminariste ne peut cacher à tous sa vie sexuelle et les responsables devaient bien être au courant. Par ailleurs Mgr Ulrich relève temporairement la charge de ce prêtre le temps de l’enquête… Comment un prêtre qui multiplie les relations sexuelles avec des jeunes mineurs pourrait-il continuer à excercer son ministère ? Visiblement Mgr Ulrich ignore ce qu’est un vrai prêtre catholique. Beaucoup d’ordinations calamiteuses dans le diocèse de Lille depuis 15 ans (abbé Olivier François, abbé Christophe Yernaux, etc )

    • Graves fautes d’évêques aussi 6 mars 2018 12:53, par agapé

      Les relations sexuelles pour les prêtres sont considérées comme une faute par l’Eglise et non comme un crime. Imposer une relation sexuelle non consentie est un crime. Je pense qu’il faut bien séparer les deux. Ce pretre est fautif c’est bien certain reste à savoir si sa transgression implique automatiquement sa réduction à l’état laic. Les prêtres ont droit eux aussi à la misericorde lorsqu’ils ont des difficultés à vivre leur célibat comme ils donnent l’absolution à ceux qui ont du mal à la fidélité du mariage. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas un travail de vérité à faire et une véritable prise en compte de sa fragilité dans l’accompagnement spirituel.

      • J’hallucine ! 6 mars 2018 16:27, par Sébastien

        Vous réalisez bien ce que vous dites ? Si les faits sont avérés, il ne s’agit pas seulement de relations sexuelles (une faute en soi pour un prêtre, en effet), ni même « seulement » de relations sexuelles forcées (donc viol, passible de 20 ans de réclusion), mais de relations sexuelles forcées sur des gamines mineures. Il faut quand même être malade… On est loin d’une pulsion sexuelle normale et je vois mal comment on peut rester prêtre quand il y a eu passage à l’acte de cette nature. Idéalement, il faudrait agir avant en n’ordonnant pas ce genre de malades. A ce stade-ci, et pourvu que les faits soient établis, on parlera de miséricorde et de prise en compte de sa fragilité quand il sera en prison. Non mais je rêve…

        • J’hallucine ! 6 mars 2018 20:33, par agapé

          Bonsoir Sébastien, Certainement avez vous commencé à halluciner avant de me lire car dans mon message je distingue bien les relations sexuelles consenties de celles qui sont sous la contrainte et je qualifie ces dernières de criminellese. Pour l’instant je ne sais pas si les faits sont avérés et vous non plus puisque vous utilisez le conditionnel : « Si les faits sont avérés. » Donc actuellement, tout ce que nous savons c’est qu’il a commis des fautes en ayant eu des rapports sexuels avec plusieurs femmes. Pour le reste il faut attendre les conclusions de l’enquête en cours….

          • J’hallucine ! 7 mars 2018 10:03, par L M

            Bonjour agapé, pourquoi cette défense récurrente de ces religieux en rute ? Si vous fréquentez les sites tels que « l’envers du décor » vous devez quand même vous rendre compte des dégâts hallucinants que provoquent leurs agissements. Un peu de miséricorde et de bienveillance à l’égard de ces prêtres, pourquoi pas ? Juste expliquez moi pourquoi il n y a jamais eu aucune compassion dans la manière dont ces prêtres et leur entourage parlent de leurs victimes ? Savez vous à quel point il est insupportable pour les victimes d’entendre les discours où ces hommes de Dieu s’accrochent systématiquement à leurs propres mensonges érigés en vérités évangéliques et tentent toujours prendre les victimes pour des imbéciles ? Et pourquoi le mutisme et le mépris sont-ils devenus une seconde nature chez eux ? Est- ce la honte qui fait fuir nos amis fautifs incapables de supporter les regard de leurs victimes en face ? Les victimes ne sont pas des monstres vous savez. Un peu plus de cœur et de sincérité de la part des bourreaux et peut-être que la miséricorde et le pardon ne serions pas très loin non plus… En attendant je vais conclure avec ces quelques mots de monsieur Poujol René :"(…) qu’il ne peut y avoir de miséricorde pour le pécheur sans justice pour ses victimes.

            • J’hallucine ! 7 mars 2018 12:18, par agapé

              Il ne s’agit pas d’un religieux mais d’un prêtre diocésain. Je ne prends pas sa défense, j’invite seulement à une certaine prudence. Ni vous ni moi ne connaissons ce pretre et les plaignantes. Dans l’état actuel de l’enquête nous savons qu’il a commis une faute par rapport à son engagement envers l’Eglise. En tant que chrétienne j’estime que cette relation le rend coupable aussi envers celle avec qui il l’a eu , m^me si elle était consentante. Ce qui est le cas pour toutes les personnes ayant des relations adultéres ou en dehors du sacrement du mariage. Si on prône la miséricorde pour les laics par rapport au péché sexuel, je ne vois pas pourquoi on ne le ferait pas pour les prêtres. Par contre le viol, l’agression sexuelle sont des crimes et dans ce cas les prêtres ne doivent pas échapper à la justice et la société doit s’en protéger. Je rappelle seulement,que pour l’instant, en l’état où en est l’enquête, nous savons qu’il a péché , non qu’il a commis un crime.

              • J’hallucine ! 7 mars 2018 14:05, par L M

                Merci, je sais lire même si le français n’est pas ma langue maternelle et mes commentaires ne sont pas toujours écrits en bon français. Malgré cela je pense que vous avez très bien compris le sens général de mon message. Effectivement c’est toujours le même depuis quelques mois. Mais comme j’ai déjà livré une partie de mon vécu ici même il y a tout juste un an sous un dialogue étrange avec vous-même ,d’ailleurs, et récemment dans « La Nouvelle République » , donc inutile de me répéter. Quant à l’abbé Sterckeman, je n’en sais rien et ce n’est pas mon problème à vrai dire. Je compatis à ces trois femmes c’est tout ,car pour n’importe quel prêtre -diocésain ou pas -établir un trafique d’attachement de ce genre est répugnant et constitue un puisant facteur d’anti -résilience pour les victimes. Le prêtre( en général )est un synonyme de sécurité et confiance… mais comme on peut le constater-de moins en moins…

                • J’hallucine ! 7 mars 2018 14:58, par agapé

                  Je compatis moi aussi à la situation des victimes viol et d’agression sexuelle. Quant à savoir ce qui s’est passé dans cette affaire j’attends les résultats de l’enquête.

          • J’hallucine ! 7 mars 2018 17:49, par Sébastien

            Bonsoir agapé, le problème est que vous parlez de cette situation comme s’il s’agissait de femmes adultes. Vous m’avouerez que coucher avec une gamine de 15 ans (a fortiori si c’est moins) c’est peu banal pour un homme qui pourrait être son père. Pensez un peu au pouvoir que lui confèrent le statut de prêtre et la différence d’age… Même si cette relation n’était pas imposée et dans la légalité (ce qui reste sujet à caution à cause de son pouvoir) c’est quand même très malsain. Un prof qui couche avec son élève de 15 ans, vous pensez que c’est un simple égarement qui mérite miséricorde, qu’il n’y a pas de problème à ce qu’il continue à enseigner comme si de rien n’était ?

            • J’hallucine ! 7 mars 2018 19:07, par agapé

              Bien entendu que c’est malsain et que c’est condamnable. Je n’ai jamais dit le contraire. Même si un péché sexuel n’est pas un crime il a des conséquences néfastes sur les autres. Tromper sa femme avec sa stagiaire n’est pas un crime mais un péché qui a des conséquences très graves, pour l’épouse, la stagiaire et pour soi m^me. Est ce pour cela que cet acte adultère doit couper du pardon ? Pour ce prêtre, c’est l’enquête qui dira quel type de relation il a eu avec cette personne. L’a t’il rencontrée dans le cadre de son ministère où en dehors ? A t’il abusé de son pouvoir de prêtre ? Il y aura aussi une enquête ecclésiastique pour clarifier tout cela.

      • Graves fautes d’évêques aussi 7 mars 2018 12:30, par louise

        Agapé vous semblez très naïve et prête à tout pardonner sous prétexte de « Miséricorde »….Vous manquez de discernement et aussi d’expérience de la vie ! Je ne sais pas si vous êtes mère de famille ,pourriez-vous accorder votre miséricorde à ce prêtre si c’était votre enfant ? Si les prêtres ne sont plus capables d’ajuster leur pulsions sexuelles alors qu’ils doivent se respecter eux-même et leurs engagements face à l’église, il vaut mieux que l’église les rende à l’état laïque. On sait qu’il y a un bon nombre de prêtres qui vivent en état marital, sans être inquiétés ! Mais l’église ferme les yeux car il n’y a plus de vocation ! Vous rêvez dans un monde qui n’a plus sa place aux bisounours !

        • Graves fautes d’évêques aussi 7 mars 2018 13:57, par agapé

          « Vous manquez de discernement et aussi d’expérience de la vie ». Je pense que nous manquons tous d’éléments pour nous permettre de comprendre et de porter un quelconque jugement sur cette affaire. Pensez ce que vous voulez sur mon expérience de la vie…..Je pense qu’il vous manque de bonnes lunettes pour lire mes messages, car j’ai dit à plusieurs reprises que les agressions sexuelles et viols étaient des crimes et devaient être punis. Pour moi, la misericorde n’est pas suppression de la peine et réparation due à la victime. J’ai toujours dit aussi, qu’il est inhumain d’inviter à la misericorde envers leurs agresseurs les victimes de ses actes ainsi que leurs proches…… Je ne dirai donc jamais à une mère de famille qu’elle doit faire miséricorde au violeur de sa fille….

          • Graves fautes d’évêques aussi 17 mars 2018 18:07, par Patiente

            Mise au point : L’abus sexuel dépasse largement le cadre des seules « agressions » et « viols ». Ce n’est pas la violence avec laquelle l’abus a lieu qui le rend traumatisant, mais la qualité de lien de confiance établis entre l’abuseur et la victime. Si l’abuseur est le père, biologique ou spirituel, il n’a pas besoin d’agresser ou de violer, il peut créer un lien d’emprise et abuser de sa victime simplement par attouchements et la détruire de l’intérieur bien plus profondément qu’un viol par un inconnu dans la rue, car alors s’il n’y a pas de lien de confiance possible avec le père, avec qui peut-il exister ? Le déni peut aussi dans ce cas durer durant bien plus longtemps, ce qui aggrave les conséquences du trauma. J’espère (je ne fais qu’espérer, je n’affirme rien) que ce n’est pas votre cas, Agapé, et que ce n’est pas la raison pour laquelle vous passez beaucoup de temps à essayer de disculper des prêtre abuseurs, comme pour ne pas lever le voile ?

            • Graves fautes d’évêques aussi 19 mars 2018 15:26, par agapé

              Je suis tout à fait d’accord avec ce que vous dites sur l’abus de confiance et l’emprise en plus de la violence ( qui n’est pas à minimiser) donc si l’enquête démontre que ce prêtre a eu une relation sexuelle avec une personne avec laquelle il avait un lien de filiation il est extremement coupable. Pour l’instant nous ne savons pas dans quel cadre il a rencontré cette jeune et quel type de lien il entretenait avec elle. Je ne dis pas qu’il est innocent. Je dis que JE NE SAIS PAS DE QUOI IL EST COUPABLE EXACTEMENT. J’ajoute qu’ayant été moi m^me patiente, suite à des abus sexuels, je n’évoque pas une réalité abstraite. Quant à cette histoire de déni , vous m’avez déjà étiquetée : tout ce que je pourrai vous dire et tout ce que j’ai déjà écrit de ne vous fera pas changer d’avis.

            • Graves fautes d’évêques aussi 21 mars 2018 13:49, par L M

              Je rejoins complétement votre pensée, Patiente.Dans le cas où le Père établit avec la personne une relation d’attachement qui crée une sentiment de sécurité, de confiance et d ’amour, même si par la suite ses gestes glissent insidieusement vers toute sorte d’abus physiques ou psychologiques, pour la victime l’agression est toujours associée au plaisir du lien affectif, au plaisir de recevoir un énorme cadeau de cet homme de Dieu. L’agresseur met ainsi un carcan mental autour de sa proie et la rende complice de ses gestes. Dans mon cas personnel , le père M-O a mis presque un an pour arriver à ses fins. D’abord il avait mis en place toute sorte d’ harcèlement psychique, et de rabaissement quotidien pour ensuite arriver en sauveur : en me berçant devant le st Sacrement en me parlant d’un grand amour entre nous, en décidant tout à ma place,en me disant que je l’aimais véritablement, que je le rend meilleur et que si il ne me parle pas de lui et de ses soucis de la vie, c’est parce qu’il veut me protéger comme un mari veut protéger sa femme de ses probablement de boulot et parallèlement cette mise en garde concernant mon « imaginaire » pour que je ne m’imagine pas que maintenant on va partir tous les deux sur une ile déserte…., J’ai mis quinze ans à comprendre que ce qu’il faisait ou disait n’était pas de l’amour ….Aujourd’hui j’ignore toujours les raisons de son comportement. Pourquoi cet homme a-t-il sacrifié ma vie, ma santé, ma foi en toute connaissance de cause ?

  • de la mensbroutte 4 mars 2018 20:30

    Bonjour c est inadmissible qu il soit encore prêtre que fait l évêque de Lille pour le relever définitivement de ses fonctions ? Avez vous penser aux victimes. ?