Vendredi 3 janvier 2014 — Dernier ajout jeudi 3 avril 2014

Une sœur au Paradis, peu importe les conditions de sa mort

Une sœur de la communauté Saint-Jean vient de mourir dans des conditions tragiques. Golias publie la réaction des responsables : celle du prieur général (n° 1) ; puis celle de la supérieure (n° 2). Ou lorsque la vie humaine n’a pas d’importance, l’essentiel étant d’avoir une sainte au ciel !!!

Document n°1

Père Jean-Pierre-Marie Prieur général Congrégation Saint-Jean
Le 23 janvier 2003

Mes très chers frères,

[…] à la demande de soeur Alix, je viens vous annoncer une nouvelle bien douloureuse : soeur Hélène est retournée vers le Père, hier matin, mercredi entre 7 h et 8 h.

Elle était malade et en soins dans un établissement spécialisé. Assignée au prieuré de Pellevoisin depuis juillet 200, elle devait y retourner d’ici un mois.

Nous ne savons pas ce qui s’est passé. Elle avait un grand désir d’aller vers le Ciel, a-t-elle voulu partir plus vite ? Est-ce un accident ? Peu importe. Notre soeur luttait beaucoup ; Dieu a permis qu’elle soit aujourd’hui délivrée et nous savons Sa miséricorde.

Ce départ est une lourde épreuve pour toutes ses soeurs. En Famille, nous y prenons part, et avec elles nous confions soeur Hélène à Notre-Dame de toute Miséricorde, à laquelle elle était tellement attachée.

Ses funérailles seront célébrées par le père mardi prochain à 15 h 30 en la fête de saint Thomas, à Pellevoisin.

Uni à vous dans l’espérance et la prière.

Père Jean-Pierre-Marie

Document n°2

Pour tous les prieurs

Mes chères soeurs,

J’ai à vous annoncer une nouvelle qui est très secouante pour nous, mais qui nous entraîne vers le Ciel. Nous n’avions pas encore de soeur là-haut et cela nous manquait !

Notre sœur Hélène (Néerlandaise, 40 ans promesse perpétuelle depuis 1997) est parti hier matin.

Ayant beaucoup souffert dans sa famille (une famille très éprouvée), elle était fragilisée mais vivait cela d’une manière étonnante, dans une vie théologale extrêmement fervente à travers toutes les souffrances physiques ou autres. Son mot d’ordre constant était : « On continue ! »

Elle était depuis quelque temps dans un établissement spécialisé, très aidée par un docteur d’une extrême bonté. Elle allait si bien qu’elle devait revenir à Pellevoisin dans une ou deux semaines. Et voilà qu’hier matin, elle est tombée du troisième étage… Que s’est-il passé ? On ne le saura qu’au Ciel car elle n’a laissé aucun message. Récemment, sœur Christine (sa prieure) l’avait mise en garde, car, pour respirer à fond (elle avait beaucoup besoin d’air et était très sportive) elle montait sur sa table et se hissait sur le rebord de sa fenêtre (un velux). C’était très dangereux. A-t-elle fait cela et a t-elle eu un moment de vertige ou d’égarement qui l’a fait basculer ? Ce qui est sûr, c’est qu’il n’y a pas eu préméditation de suicide ! Le docteur en est sûr, mais que s’est-il passé ? On ne peut pas le savoir. On l’a trouvée par terre, le corps […] un gros choc à la nuque, qui a été mortel.

Je vous envoie aussi un extrait de la lettre qu’elle m’a écrite, le 14 de ce mois.

S. Alix

De sa lettre (elle parlait d’elle à la troisième personne) : « Sœur Hélène va de mieux en mieux, le docteur donne de la lumière sur tout ! Je rends grâce d’être ici ! Ça m’aide, toutes ces lumières, en attendant la Lumière éternelle, la Vision béatifique ! Là sera le meilleur lieu de repos, le Ciel avec Jésus, le Père et l’Esprit-Saint, tout contre la Vierge Marie. Alors, sœur Alix, conclusion. « On continue ! »

Les textes des documents ont été saisis d’après l’original.

Source : Golias magazine n° 105 novembre/décembre 2005

Vos réactions

  • colère 8 mai 2014 14:40

    comment GOLIAS s’est il procuré cette lettre adressée aux frères si ce n’est avec la complicité d’au moins l’un d’eux ?