Poster un message

En réponse au message :

Un Frère de Saint Jean condamné par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi

Le dimanche 1er mars 2015

Quasiment ce que j’aurais pu exprimer, à ma manière.

Sauf que le père Rouvillois doit savoir beaucoup de choses et qu’il semble avoir brillé par son silence, pour mener sa barque perso. Si c’est le cas, comme j’ai tendance à le croire et comme vous semblez le dire, n’est-ce pas assez moche pour des victimes ?

Je n’ai pas compris l’aura du père MD Philippe pendant toute une époque. Il reste à éclaircir beaucoup de choses encore. Sur lui et sa « garde rapprochée ». Sur la séduction opérée auprès de chrétiens traditionnels qui ne se sentaient pas très bien avec certaines évolutions. Avec un besoin de rester dans « le même ». Et puis, peut-être aussi avec ce besoin assez français d’avoir des « monarques ». Je n’arrive pas à comprendre autrement certaines errances dont la gravité est reconnue maintenant. La sacralisation à l’extrême d’un fondateur, qui avait ses « groupies », comme lors de ses conférences rue Las Cases, donnait une impression de très grand malaise. À Fribourg également. Il n’y avait pas moyen d’ouvrir les yeux de ses « groupies » sur le caractère incompréhensible de ses propos. Et, déjà à l’époque, plus il était intellectuellement incompréhensible, plus il semblait plaire. Défaut bien français également sur lequel il a surfé allègrement.

« Colère » débarque, des années après tant de faits que l’Eglise connaît depuis longtemps. Vous faites référence à plusieurs de ces faits dans les débuts de Cenves, par exemple, ou à Stanislas, ce qui avait conduit Mgr Lustiger à ne plus vouloir de membres de la communauté st Jean sur Paris. D’autres n’ont pas eu la même vigilance face à des abus d’autorité spirituelle qui ont donné lieu à d’autres abus. Ce qui m’interroge aujourd’hui encore, c’est pourquoi tant de personnes ont couvert longtemps ce qu’elles ont vu de leurs yeux, voire vécu. Par honte de devoir « décapiter un monarque » qui leur avait fait croire en leur totale supériorité johannique par rapport à Pierre ? « Un monarque à double face », comme certains l’ont su très vite et que son discours sur « l’amour d’amitié », devenu insupportable à plus d’un, masquait ?

Quand on voit le procès auquel un certain homme politique a droit actuellement, on ne peut que se demander pourquoi, dans l’Eglise, certains n’y ont pas eu droit également. Qui a protégé qui, et pour quoi ? On sait Tb qu’il y a eu quelques courageux et courageuses. Comme pour d’autres communautés nées dans l’après Concile, ces personnes ont été isolées, voire décriées. Ce temps est révolu. Au nom de Dieu, tout n’est pas licite.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)