Poster un message

En réponse au message :

Un Frère de Saint Jean condamné par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi

Le lundi 2 mars 2015

Merci à vous pour votre engagement. Vous ne mâchez pas vos mots.

On peut ajouter que des médecins et d’autres professionnels ont reçu des victimes de personnes précises dans la communauté st Jean. Or, il y a l’obligation de révélation dans certaines conditions prévues par la loi. http://secretpro.fr/secret-professionnel/fiches-par-theme/autorisation-obligation-interdiction Si des médecins sont à la solde d’une communauté, St Jean comme d’autres, ils ne sont pas en mesure d’exercer, dans l’indépendance, leur devoir de discrétion ou de révélation, suivant les cas prévus par la loi. Il reste tout un pan de compromissions à explorer.

Vous soulignez à juste titre que les victimes sont aussi victimes de l’Eglise car des évêques ont couvert certains agissements, et continuent de le faire par leur silence.

Jusqu’à maintenant, des chrétiens avertis ont déconseillé fortement à des proches de fréquenter certains prieurés. Si les évêques s’exprimaient publiquement, cela aiderait ces chrétiens responsables à être entendus plutôt que parfois conspués. « Comment peux-tu dire une chose pareille ? » « Il court toujours. De grâce, n’y allez pas ! » Quand cela concerne l’Eglise, certains peuvent croire qu’il s’agit d’un anticléricalisme primaire, même si ce n’est aucunement le cas.

Quand je lis occasionnellement dans un journal catholique le blog d’un prêtre de st Jean, déjà cité pour ses compétences reconnues, cela me fait mal pour les victimes de membres de sa communauté. De qui est-il solidaire ? Et ne pourrait-il pas réveiller sa conscience qui me paraîtra endormie aussi longtemps qu’il se taira publiquement ? Cela fait penser à une belle vitrine de magasin. Une vitrine, mais qu’y a-t-il derrière ?

Nous sommes bien plus nombreux que l’Eglise ne le sait précisément à avoir déconseillé tout contact avec certaines communautés, tant que les évêques n’auront pas pris sérieusement leurs responsabilités.

L’Eglise n’a pas d’hécatombe à craindre en France. Elle a déjà eu lieu et l’Eglise en est partiellement responsable.

La récente déclaration de Mgr Pontier est cependant un début encourageant.

Aujourd’hui a justement lieu au Sénat, dans le cadre de la campagne « Stop au déni », un colloque organisé par « Mémoire traumatique et victimologie » à partir de son rapport (téléchargeable sur son site) sur « l’impact et la prise en charge des violences sexuelles de l’enfance à l’âge adulte - Enquête nationale auprès des victimes. » Quels droits, quelle reconnaissance, quelle justice et quels soins pour les victimes ?

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)