Poster un message

En réponse au message :

Le vrai visage de l’Opus Dei

Le vendredi 6 avril 2018

Bonjour LM

Témoigner, alerter est effectivement très important. Après, tout le monde n’est pas forcément en état de le faire ni ne souhaite le faire. Parce que le groupe sectaire a par trop abîmé l’ex adepte, parce que ce dernier n’arrive pas à verbaliser ce qui lui est arrivé et a peur que s’il parle, il ait de graves problèmes et que la secte le punisse, parce qu’il est resté sous emprise et dans la nostalgie de la vie communautaire fondamentaliste, du gourou abusif et s’en veut de ne pas avoir tenu le coup (inversion des responsabilités), parce que faire profil bas et silence permet d’oublier plus vite cette période de vie traumatique, parce que l’ex adepte a laissé des amis à l’intérieur de la secte et a peur que s’il dénonce, ça se retourne contre ses amis communautaires. Il y a tout un tas de raisons qui motivent au silence. Et qui peuvent tout à fait empêcher la prise de parole.

Bien sûr, vous avez des exceptions dans les profils recrutés. Vous en êtes la preuve. Mais de façon classique, le modèle de jeunes recrutés est globalement le même quel que soit le groupe sectaire :

  • Milieu aisé à riche, religieux très observant et recherche spirituelle forte, implication dans de nombreuses activités religieuses, valeurs de sécurité, d’ordre, d’autorité, de famille, réseau et carnet d’adresses, professions ou études intéressantes, patrimoine financier intéressant, fortes aspirations spirituelles, faille identitaire, immaturité affective, revanche à prendre, appartenance politique ou sympathie à des groupes d’extrême droite ou droite dure, abonnement à certaines revues sympathisantes…

A noter quand même que le milieu charismatique que vous avez intégré recrute de façon beaucoup plus large que l’OD ou la FSSPX, avec davantage d’adeptes de milieux plus modestes et ouverts, voire de milieux marginaux. Ca tient essentiellement au fait que ces groupes se sont fabriqués une image publicitaire hippie, oecuménique, ouverte, sympathique qui n’est en réalité qu’une façade car les idéologies, les pratiques démentent cette ouverture. Mais ça tient aussi au fait que ces groupes charismatiques sont depuis une trentaine d’années très implantés dans la plupart des paroisses catholiques et des diocèses. Les croyants pratiquants ne mesurent pas que pas mal d’activités pastorales relèvent d’animateurs, de sympathisants au Renouveau Charismatique et à différentes communautés dont l’Emmanuel, les Béatitudes, St Jean, Chemin Neuf, Verbe de Vie, Béthléem, etc, etc.

Il est donc logique que votre soif d’absolu ait suffi pour rentrer au Chemin Neuf, Verbe de Vie puis St Jean. Mais vous oubliez une chose aussi très importante : vous étiez journaliste de formation. Et ça c’est intéressant pour les groupes fondamentalistes quels qu’ils soient. Ca peut aider à la médiatisation de ces groupes, vous permettre d’ écrire des textes promotionnels, donc de participer à l’extension du groupe… Votre profil luthérien proche du pentecôtisme protestant (son adaptation catho n’en est qu’une variante) était aussi intéressant. Votre culture religieuse était proche des milieux charismatiques cathos, vous étiez donc compatible aussi au plan culturel et religieux.

A l’inverse, l’OD recrute majoritairement dans les milieux les plus aisés, avec des critères très très précis d’argent, de niveau social, de niveau intellectuel, de carnet d’adresses, de réseau. La seule exception de recrutement qu’elle peut faire et où là elle n’est pas fixée sur des critères d’argent et sociaux, concerne majoritairement le recrutement de domestiques, à savoir proposer à des jeunes filles de devenir numéraire auxiliaire (c’est à dire bonne à tout faire dans les centres OD ou chez des surnuméraires). Pour occuper ce type de poste, c’est la servilité avant tout qui constitue l’atout principal de recrutement, et le côté aussi très soumis et malléable.

L’OD pour chaque type d’adeptes a prévu et propose des écoles et des formations spécifiques. Pour les surnuméraires des écoles de commerce, des formations journalistiques, des introductions dans de hautes écoles nationales où l’organisation dispose de personnes relais. Pour les numéraires des formations universitaires intellectuelles en philo, théologie, droit, bio-éthique etc… Pour les numéraires auxiliaires, des lycées techniques hôteliers et même des écoles primaires visant non l’éducation scolaire, mais l’apprentissage de l’obéissance servile à l’autorité (de type militaire). Et c’est le réseau des écoles Espérance Banlieues en France qui correspond à ce type d’école.

C’est vous dire jusqu’où a été pensé le système de formatage dès le plus jeune âge pour être sûr d’avoir le bon adepte avec le bon profil et bien rentrer ensuite chaque adepte conquis dans les bons départements de l’organisation sectaire.

Les tradis de la FSSPX ont eux leurs écoles, collèges, lycées hors contrat, les formations intellectuelles supérieures à Ecône mais aussi les scouts d’Europe et pour les plus radicaux des formations militaires et paramilitaires.

Eh oui…ces groupes communautaires nagent dans un marécage bien glauque, mais ils ont toujours été dans ces logiques que sont la recherche du pouvoir, de l’argent, dans la domination. Et plus on avance dans le temps, plus ces groupes se radicalisent dans les pratiques, dans les idéologies et plus ces groupes ajoutent de violence envers leurs adeptes.

Ca vient peut-être d’un plus faible recrutement ces dernières années, du fait de différents scandales…mais je pense que ça vient aussi d’objectifs guerriers et financiers de plus en plus présents dans leurs discours comme dans leurs actes. J’en veux pour preuve les meurtres ritualisés commis par l’OD depuis sa fondation, mais aussi plus récemment les créations de groupes masculinistes, militaires, para militaires de l’Emmanuel sous la houlette de Mgr Rey.

La révolte, ou plutôt la rébellion ne peut s’opérer qu’en groupe. C’est compliqué de se révolter tout seul dans son coin. Et il faut il me semble, avoir déjà fait tout un travail d’exfiltration mentale, psychologique et physique, traité ses traumatismes, reconstruit un certain équilibre personnel pour avoir la force de se rebeller. On ne peut pas le faire quand on se sent submergé, dépressif, démuni face à un vécu dur, éprouvant, face une mouvance sectaire dont on a peur.

Et puis il me semble important d’avoir en tête une révolte non violente, juridique, judiciaire, média, qui seule, pourra imposer un traitement des crimes, abus sectaires relativement juste et posé, même s’il prend du temps et pas mal d’énergie.

La révolte pour la révolte mène généralement toujours à la violence et ça renforce les groupes les plus violents dans leur désir totalitaire. Donc on aboutit à un cycle d’éternel retour de la violence qui ne mène qu’au chaos. Chaos voulu au départ par les groupes violents. Pas vraiment constructive donc comme perspective la révolte violente.

Alors restent les témoignages, la prévention via les groupes de lutte anti sectes, les mobilisations associatives nationales et internationales, les procès judiciaires. Tout ça permet de mobiliser positivement sans crainte de dérive violente. C’est comme un garde-fou…Avec en plus à long terme, une vraie prise de conscience collective, qui fait un peu bouger les lignes, fait évoluer la société aussi dans son approche des religions, de la spiritualité en général.

Vous le voyez actuellement avec la Parole Libérée, avec la création de l’association internationale contre les abus cléricaux, avec les associations de victimes de telle congrégation, de telle communauté dérivante. Ca fait réfléchir les croyants vis à vis de leur religion, de ses possibles dérives, de ce que certains prélats, certains laïcs peuvent entraîner des croyants sincères dans des dérives sectaires, des abus, des crimes. Que tout ce qui est étiqueté catholique n’est pas forcément saint et respectable.

Et ça a aussi pour conséquence de mettre les groupes sectaires face à leurs crimes, leurs délits, leurs pratiques abusives. Ce que bien sûr, aucun ne souhaite faire ni admettre. Bien sûr que ça ne les réformera pas. Ces groupes ont tout intérêt à continuer leur travail de sape, d’abus, de crimes. Mais au moins, ils disposeront de moins de légitimité, de moins d’adeptes. Ce qui va limiter les dégâts traumatiques et les vies brisées, les victimes. Et c’est je crois, la préoccupation que nous avons tous en tête quand nous témoignons.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)