Poster un message

En réponse au message :

Le vrai visage de l’Opus Dei

Le mardi 10 avril 2018

Chacun est tout à fait libre de dévoiler ce qu’il ou elle souhaite et seulement cela. Traduire ses souffrances par la voie artistique n’a rien d’obligatoire non plus.

Je ne suis pas sûre du tout qu’il soit possible à chacun(e) de faire de sa souffrance une œuvre d’art au sens artistique du terme. Ca ne concerne je pense qu’un tout petit nombre qui dispose déjà d’un socle de pratique conséquent, validée éventuellement par une solide formation et de certaines facilités dans ce domaine.

En faire quelque chose de positif pour remonter la pente soi-même et ensuite aider les autres à ne pas, ne plus se fourvoyer dans les mêmes douleurs, ça oui.

Après, il y a des tas de façons de transformer positivement les souffrances accumulées :

Prendre soin de soi de multiples façons et déjà par des soins corporels, thérapiques et thérapeutiques, mieux communiquer avec les autres, trouver un exutoire dans le sport, la cuisine gastronomique, la fabrication artisanale de meubles, de pâtisseries, de vin, de bière, de confitures, d’articles décoratifs, dans les voyages, l’humanitaire, le jardinage, l’enseignement, chanter avec d’autres dans une chorale ou un groupe de musique, s’investir dans une association, monter son entreprise artisanale, construire un couple, une famille, faire une formation passionnante dans un domaine intéressant.

Se ne sont pas les options qui manquent…Le choix se fait suivant son caractère, ses goûts mais aussi selon son état de santé, qui après de multiples souffrances physiques, mentales, psychologiques, affectives, peut présenter des limites d’endurance, de concentration, d’énergie. Bien se connaître, savoir ce qu’on peut raisonnablement faire et pas faire, ça permet d’avancer plus vite. Mais c’est évident que c’est agir qui nous rend heureux et nous aide à dépasser, surmonter la souffrance.

Il me semble que ce n’est pas à l’Eglise institutionnelle qu’il faut parler, dévoiler la situation, c’est à la société en général qu’il faut s’adresser, qu’il faut éduquer et avec qui il faut agir en partenariat. C’est par elle que le changement viendra, pas du tout par l’institution.

L’institution (qu’elle soit religieuse ou laïque) ne sait que renforcer sa mythologie, ses dogmes, sa morale, asseoir et conserver par tous les moyens son pouvoir financier, politique, économique, religieux. Elle n’est là ni pour sauver, ni pour aider mais pour entériner sa position dominante. Il faut donc sortir de cette espèce de dépendance psychologique liée aussi bien à notre culture de base de croyants, que renforcée par la dépendance et l’emprise des groupes dérivants sectaires.

Ca prend du temps, ce n’est surtout pas évident. Ca nous oblige à prendre conscience que nos relations sont très souvent liées au triangle de Karpman, qu’il faut en sortir, grandir, se responsabiliser, devenir véritablement adultes, sans pour autant tuer l’enfant en soi. Un équilibre que tout humain essaie de trouver, qu’il soit croyant ou non, passé par d’immenses souffrances ou seulement par des petites. Nous sommes tous et toutes dans le même bateau existentiel et faisons du mieux que nous pouvons avec les forces et les faiblesses que nous avons.

C’est un travail à plus que plein temps, tout ça ! Et je me dis que nous n’avons pas trop de toute une vie tant pour comprendre le minimum que tenter (souvent maladroitement) de parvenir à cet équilibre, auquel finalement, tout le monde aspire.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)