Poster un message

En réponse au message :

Elle écoutait Florence

Le vendredi 29 mai 2015

@Colère et quelques autres sur ce site

L’un de mes frères dominicains m’a fait savoir qu’il venait de mettre en ligne le contenu d’une présentation de Geneviève de Gaulle Anthonioz, faite par Didier Robert son ancien assistant à ATD Quart-Monde : connaissant la réputation de la nièce du général, je me suis empressé d’écouter ce magnifique et très vivant portrait, fait largement d’anecdotes prises sur le vif (http://youtube.be/user/Dominicom59).

L’une d’elles pourrait paraître banale, mais elle ne l’est pas venant de cette grande et très noble dame. Didier Robert rapporte qu’elle avait coutume d’écouter Florence, la concierge de son immeuble, de la laisser parler sans la reprendre, et de lui donner même la priorité sur tous les personnes illustres qui venaient la visiter. Cette écoute des plus petits, de leurs paroles avec leurs mots, qui oblige à dépasser ou oublier ses propres mots et jugements tout faits, Geneviève de Gaulle l’avait apprise dans le camp de Ravensbrück d’abord, puis ensuite et surtout auprès des pauvres des camps du Quart-Monde. Qu’elle était allée rejoindre un peu malgré elle, poussée par une amie, et desquels elle avait appris une fois de plus, au plus profond d’elle-même, ce que peut être la vraie souffrance et combien il était important de l’entendre sans la juger : elle ne les rabrouait pas, au contraire, elle était devenue leur porte-parole au point de présider pendant plus de vingt ans le mouvement ATD.

Sur le site de l’enversdudécor, ce sont des victimes, et donc des pauvres qui s’expriment, de manière souvent mesurée, mais parfois aussi brutale, à la mesure de la souffrance qu’elles ont connue dans les communautés qui furent un temps les leurs, à la mesure surtout de la souffrance qu’elles ressentent encore à n’être pas écoutées, et entendues, et à être même souvent suspectées.

C’est vrai, cette écoute n’est pas toujours facile, il peut y avoir pas mal de ressentiment, de maladresse, de dureté dans l’expression, que l’on peut être tenté, à distance et dans le confort de son chez soi, sans rien connaître parfois des situations réellement endurées, de vouloir corriger, redresser, ajuster… Cela devra sans doute se faire mais en d’autres temps et d’autres lieux car, sur le site tel que je le perçois, et contrairement à ce que pensent certains, ce ne sont pas des procès qui se tiennent - qui se font attendre et dont on espère qu’ils finiront par avoir lieu pour que justice soit rendue -, mais des témoignages qui sont donnés : bruts de décoffrage comme on dit.

Se faire le censeur ou le redresseur de torts de ces témoignages, ou même plus simplement leur correcteur, c’est encore et toujours empêcher les victimes, qui n’ont hélas ! pas trouvé d’autre lieu pour le faire, de dire avec leurs mots, leurs forces mais aussi leurs faiblesses, les souffrances subies, les douleurs qui sont les leurs. Alors, de grâce, donnons-leur enfin la priorité, laissons-les parler. Souvenons-nous de Geneviève de Gaulle Anthonioz : elle écoutait Florence.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)