Poster un message

En réponse au message :

Marseille : trouble au resto de Notre-Dame-de-la-Garde

Le samedi 11 juillet 2015

Il convient de rappeler que les lieux d’accueil et de restauration dénommés « Eau Vive » constituent pour les Travailleuses Missionnaires un cadre au sein duquel s’épanouissent la vie spirituelle de la Communauté et la mission d’apostolat de ses membres, par l’accueil et l’écoute des pèlerins ce, à travers une restauration dont le dessein n’est aucunement économique.

Belle confusion des genres, dans cette phrase… Vous justifiez du travail de restauration effectué de manière non rémunéré sur le sol français (ou italien), alors qu’il est soumis à des lois, sous prétexte d’une "vie spirituelle, d’une mission d’apostolat à travers l’accueil et l’écoute des pèlerins". Soyons sérieux deux minutes, s’il-vous-plait Info, et sortez du "carcan bisounours". Vous savez très bien qu’elles n’ont aucunement le temps de faire de l’écoute, de l’accueil de pèlerins, à titre personnel et individuel, quand elles travaillent en salle, alors qu’elles y travaillent du matin au soir. Cette réputation d’apostolat, c’est le cadre des restaurants qui en bénéficie se trouvant sur des sanctuaires. Les filles ne sont qu’au service de cette réputation. Elles y font un réel travail de restauration. Travail de restauration absolument identique à n’importe quel autre restaurant à activité économique…. Du reste, les pèlerins payent leur menu… qui n’est d’ailleurs pas donné, soit dit en passant !

Cette accusation est dénuée de sens dès lors que les membres d’une communauté religieuse comme celle des Travailleuses Missionnaires…

Non, cette accusation est tout à fait fondée, dans la mesure où, justement, ces femmes ne sont pas religieuses ! Canoniquement, elles ne sont rien. Même si on leur fait faire des "fiançailles" et des "épousailles", elles sont de simples laïques avec un fichu sur la tête ou un habit "local", histoire de…

intègrent librement la Communauté et choisissent tout aussi librement de mettre leur activité au service de celle-ci, laquelle prend en charge ses membres et pourvoit à leurs besoins.

Vous avez une drôle de notion de liberté, Info ! Mais vous reconnaissez ici, qu’elles sont donc au service de la Communauté.

En attentant, comment peuvent-elles être libres, quand le recrutement se fait dès l’âge de 14, 15 ou 16 ans, auprès de jeunes filles qui sont issues de familles très pieuses et très pauvres, qui ont une vision de la France et de l’Europe qui ferait rêver d’un avenir meilleur… Elle est où la notion de liberté, quand, dès le départ, on trompe ces jeunes femmes, en abusant de leur croyance en Dieu, en leur vendant une vie consacrée qu’elles n’auront jamais, une vie apostolique, qui sera du travail dissimulé ?

Oui, Info, on peut rentrer "librement" dans une structure, parce qu’on croit ce qu’on nous raconte. Il n’empêche que lorsque la réalité est autre, il y a tromperie dès le départ, mensonge et manipulation. Ipso facto, la liberté n’est plus là et n’a jamais été là. On entre librement quelque part, quand on sait e.x.a.c.t.e.m.e.n.t de quoi il en retourne.

Si les centres d’accueil pour pèlerins sont logiquement ouverts 7 jours sur 7, les Travailleuses Missionnaires ne sont évidemment pas présentes de façon continue  ; elles bénéficient toutes de temps de repos et de détente ainsi que d’heures d’études et d’office, notamment grâce à un roulement entre elles. De nombreuses Travailleuses Missionnaires – encore membres de la Communauté ou l’ayant quittée – en témoignent.

Parfait ! Mais quelle instance neutre s’est assurée qu’elles connaissaient réellement leur droit ? Je doute que les responsables de l’Eau Vive et d’autres encore, aient les compétences pour s’assurer qu’elles le connaisse, eux-mêmes n’ayant sans doute pas compris qu’ils sont hors clous quant à la juridiction et aux droits de l’homme.

À cet égard, il est important de souligner que toutes les Travailleuses Missionnaires bénéficient d’un titre de séjour, dont le renouvellement est régulièrement demandé par la Communauté.

Ceci nécessite d’être précisé, dans ces cas-là : ce renouvellement est-il fait chaque année, pour chacune, en temps et en heure ? auprès de qui ? (de toute façon, si votre affirmation est vraie, elle est facilement prouvable et vérifiable).

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)