Poster un message

En réponse au message :

Identité des personnes de la Trinité et des autres

Le samedi 27 juin 2015

Encore quelques brèves réflexions sur la vie propre de toute personne :
- Du fait qu’une personne de la Trinité se définit pas une relation d’opposition, il n’y a pas plus ouvert à l’autre et plus propre qu’une personne divine, car la filiation n’est absolument pas la paternité (ce sont deux relations en sens opposés) et en même temps la filiation est orientation vers le Père. Il faudrait ajouter que dans la Trinité l’égalité des personnes s’accompagnent d’un ordre. Orient et Occident sont d’accord pour dire que le Père est numéro 1, Le Fils-logos est numéro 2, l’Esprit Saint est numéro 3. Cet ordre n’est pas une subordination et une inégalité. Mais jamais l’Esprit ne sera 1 ou 2. Les trois ne sont donc pas interchangeables. Ce n’est pas les « trois mousquetaires », un pour tous et tous pour un, chacun pouvant remplacer l’autre dans sa mission. Les trois ne sont pas trois clones identiques que l’on pourrait intervertir. Ils ont chacun une identité, une place unique.
- Parce que la Trinité est une mystère où les personnes sont uniques, avec une individualité, ouverte à l’autre, ayant une égalité « consubstantielle » entre les trois, nous avons un idéal de vie communautaire. Tout communauté qui tend à uniformiser les comportements, et en même temps à distinguer les chefs responsables et les membres lambda, dans une profonde inégalité agit en fait à l’encontre de la vie trinitaire …
- Par ailleurs, le Christ et Marie sont des personnes uniques. Recevoir tout d’un autre n’indique pas que l’on a pas de vie propre. Le Christ est l’unique Verbe incarné. Il a eu une vie très singulière en Palestine. Il est l’unique sauveur, ressuscité. Marie est l’unique femme, lieu de l’incarnation. En chacun le « je » ne disparait pas, mais au contraire, il n’ y a pas plus propre que les vies du Christ et de Marie.
- Le vie des saints est chaque fois unique. Le péché est commun, universel (voir les 7 péchés capitaux), mais la sainteté est singulière. En un sens la vie des saints est inimitable. Le saint est celui qui a réussi par la grâce de Dieu à être pleinement lui-même. Le pécheur est « à côté de ses pompes ». Et on peut se rassurer en faisant comme tout le monde. Mais le saint reçoit de Dieu, l’unique qui est en lui. Dieu nous appel chacun par notre nom, pour un appel singulier, que nous pouvons découvrir peu à peu. Bref, chaque saint au une vie propre. Je vous mets au défit de trouver deux vies de saints identiques. Au contraire chaque situation, chaque appel n’a qu’une existence unique.
- Certes, on peut comprendre que toute personne (divine, sainte) n’a pas de vie propre au sens où elle doit tout recevoir d’un autre. Mais comme souvent dans la foi catholique, ce n’est que la moitié de la vérité qui doit tenir aussi l’union paradoxale avec son contraire, la personne est unique et a une vie propre. Un de mes maîtres parlait de la triple loi du don : recevoir, s’approprier, donner. Si l’on fait l’économie du second moment, alors en effet la personne n’a plus de vie propre et les comportements tyranniques ne sont pas loin. Toute hérésie est un choix entre entre deux propositions apparemment paradoxales que l’on refusent de tenir ensemble « sans confusion ni séparation ». Il faut dés lors que la mystique s’appuie sur la théologie et la grande tradition de l’Eglise pour éviter les dérapages. Quelles ont été les formations théologiques effectives de soeur Marie et soeur Isabelle autres que les nécessaires mais insuffisantes lectio divina et liturgie ?

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)