Poster un message

En réponse au message :

Interview d’un moine chartreux

Le dimanche 5 juillet 2015

« Sœur Marie avait un fond de bon sens qui lui avait fait ressentir la difficulté, voire le danger, qu’il y avait à rester seuls. »

Si vous me permettez de reprendre principalement cette phrase, sœur Marie avait un fond de bon sens. C’est vrai. Et précisément pour la finalité qu’elle recherchait quant à Bethléem : fonder un grand ordre. C’était sans doute pour l’amour de Dieu. Mais aussi pour la vitrine, comme cela a été dit ailleurs : re-connaissance, pouvoir et folie des grandeurs qui ne se sont jamais démentis dans le développement de Bethléem.

Si on pense à l’étape ultime, à savoir le décret d’érection pontifical, il est d’ailleurs étonnant et paradoxal de lire dans le droit de réponse, en guise de justification - et entre autres choses - que « Bethléem n’est pas tombé comme un fruit mûr ».

Car cette motivation se retrouve jusque dans la séduction auprès d’évêques et de cardinaux pour obtenir cette reconnaissance. Cela a permis à Bethléem, non pas d’éviter de tomber dans le danger d’être seul (sinon, on n’en serait pas là !), mais bel et bien d’être toujours plus autonome vis-à-vis de l’Eglise… tout en fabriquant, par de beaux discours, une image extérieure et apparemment ecclésiale des plus solides.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)