Poster un message

En réponse au message :

Interview d’un moine chartreux

Le dimanche 5 juillet 2015

Je voudrais revenir sur des commentaires récents… Les liens de Bethléem avec la Chartreuse remontent à 1960 , à l’arrivée d’une sœur dont un frère était chartreux. A partir de là, sœur Marie accompagnait cette sœur lors de la visite annuelle en Chartreuse, avec ses deux assistantes. En ce sens, les liens sont donc anciens…

En revanche, “profonds” , je ne dis pas, mais il faut s’entendre : les chartreux ont été très généreux, financièrement parlant, mais aussi en partageant des documents d’étude, des homélies, etc. Ils donnaient, Bethléem très en demande recevait…

Il se trouve que j’ai rencontré un certain nombre de religieux (euses ), moines, prêtres, laïcs qui, eux aussi, ont donné très généreusement de leurs compétences, de leur savoir faire, de leur portefeuille etc…

Pour certains, on a “ tiré ” d’eux tout ce qu’on pouvait , et quand ils ont osé une pensée, un jugement non orthodoxe selon les critères de sœur Marie, ils ont été rejetés. Il en a été ainsi avec les Dominicains, l’École de la Foi, l’institut de Montréal etc.

Je ne dis pas que sœur Marie ou Bethléem ont agi ainsi volontairement et/ou consciemment. Mais c’est un fait : c’est ainsi que cela a toujours fonctionné.

J’ai vu arriver pour un premier séjour la sœur du Père général dont Barbara parle . Peut-on affirmer pour autant qu’il l’ait envoyée à Bethléem ? F. n’était plus une petite fille. Elle avait 42 ans, de la personnalité, une expérience de vie religieuse derrière elle, et… son franc parler. Je sais, d’ailleurs, qu’elle l’a parfois payé.

Quelqu’un dit que sœur Marie n’était pas dénuée de bon sens. C’est exact : elle n’ignorait pas qu’une communauté de femmes sans frères prêtres et sans tronc ancien où s’appuyer n’avait pas grand avenir dans l’Église : peu importe la finalité, ça donnait à Bethléem de la crédibilité.

Avant que les Chartreux ne donnent Currière, à Bethléem, on avait étudié la Règle de St Benoit, on s’était rapprochés des Cisterciens et… on a accueilli les premiers frères…Le don de Currière a été une opportunité à laquelle sœur Marie n’avait sans doute jamais osé penser d’ailleurs .

Enfin il semble évident que Fabio ne vous accuse pas de n’être pas vraie.. Oui d’une part nous n’avons jamais pu poser une seule question aux Chartreux. D’autre part ce que vous avez pu entendre de la bouche même de sœur Marie quant à un évènement, une rencontre avec telle ou telle personne dans l’Église, moi, X ou Y avons pu entendre une autre version : sœur Marie brodait toujours et la recension qu’elle en faisait n’avait pas grand chose à voir avec la réalité. J’en ai été témoin moi-même…

C’est très difficile d’arriver à tirer les choses au clair, du fait d’un manque d’objectivité et de ce mélange entre le bon grain et l’ivraie. Sœur Marie avait un véritable tempérament d’artiste, la rigueur scientifique ne lui était pas familière , il ne faut pas l’oublier et ceci explique les multi versions de l’histoire de Bethléem .

Enfin puisque ces commentaires font suite à l’interview du moine chartreux, je dirai que ces pages , claires , que tout le monde peut comprendre m’ont fait l’effet d’un grand bol d’oxygène si loin du "charabia bethléémitain ".

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)