Poster un message

En réponse au message :

Un autre regard

Le lundi 23 septembre 2019

Bonsoir,

permettez-moi de vous montrer en quoi vous faites fausse route.

Premièrement, si vous supposez que mon jugement est actuellement altéré par la prise de neuroleptiques, vous vous trompez complètement, ce n’est pas le cas, je vis sans médicament grâce à Dieu, et ce ne sont pas les doses minimes d’orap que j’ai prises pendant 3 ou 4 semaines il y a plus de 20 ans qui peuvent m’influencer aujourd’hui le moins du monde.

Et ce n’est finalement pas Patrick qui doit endosser la responsabilité du travail bâclé du docteur Gradel, ni de la prescription inexplicable que lui seul avait décidé.

Petit rappel : si tous ceux qui prennent des neuroleptiques se suicidaient, gageons que ce serait le cas pour un 8e de la population française !

Et puis ensuite, zut, s’il vous plaît ! « Bethléem » est un terme sacré qui n’appartient pas en propre aux frères et sœurs du même nom ! « Aujourd’hui vous est né un Sauveur, qui est le Christ Seigneur, dans la ville de David , Bethléem (…) » « Et toi, Bethléem Effrata, tu n’es certes pas le moindre des clans de Judas, car de toi sortira un Chef qui sera le pasteur de mon peuple Israël ». Bethleem : la maison du pain ( du Pain vivant descendu du ciel ). Votre jeu de mot est particulièrement grossier en plus d’être inadapté : ne contristez pas ainsi l’Esprit Saint. Si Dieu est miséricordieux, Il est juste inséparablement, cela vous serait défavorable.

Maintenant, EXAMINONS POURQUOI LA FAMILLE MONASTIQUE DE BETHLEEM EST TOUT SAUF UNE SECTE.

De quoi ont particulièrement besoin les chrétiens fervents ? Entre autre chose, de fêter de tout leur cœur, de toute leur âme, avec foi espérance et amour, les grandes fêtes de leur foi chrétienne. Rappelons qu’au Moyen Âge, personne ne travaillaient DURANT TOUTE LA SEMAINE SAINTE, afin de pouvoir s’adonner à la prière et participer aux offices. Dans les paroisses - et ceci n’est pas un jugement mais une simple constatation - on fête Noël ou Pâques avec quelques psaumes et lectures, et un sermon plus ou moins réussi, durant la messe. Si les fidèles y recevaient les mêmes grâces que reçoivent ceux qui ont la chance de fêter Noël ou Pâques au monastère des frères et sœurs de Bethléem, il n’y aurait plus jamais d’absentéisme ni chez les jeunes ni chez les moins jeunes aux messes dominicales, et la France retrouverait sa véritable identité de fille aînée de l’Eglise ! Cela fait « vieux jeu » de dire ça ? Oui, mais c’est terriblement important de nos jours, voyez-vous. Et je puis témoigner avec une foule de laïcs et de consacrés, n’avoir jamais expérimenté la joie Pascale nul part comme j’ai pu l’expérimenter au monastère de Bethléem. Et cette joie évangélique là se lit sur les visages de nos frères et sœurs, témoignant pour eux. Si la célébration de la messe était sectaire, si la liturgie catholique traditionnelle d’Orient était sectaire, si la vie de silence et de contemplation était sectaire, alors votre accusation serait légitime. Mais il n’en est rien, et vous le savez très bien. Par quel esprit de haine proférez-vous de telles choses, c’est ce qu’il faudrait se demander. Et si célébrer ces si longues liturgies orientales est le propre d’une secte, il faut aller jusqu’au bout du raisonnement fallacieux, ET DIRE AUSSI QUE TOUS LES MONASTERES DU MONT ATHOS SONT SECTAIRES ! Quoi de plus faux, eux qui ont produit de si nombreux saints. Bien sûr, ce n’est pas L’EXCLUSIVITÉ des frères et sœurs de Bethléem de bien célébrer les fêtes chrétiennes, cela va de sois. Dans d’autres monastères et dans certaines paroisses favorisées, les fidèles sont également comblés spirituellement, et on ne peut que s’en réjouir pour eux.

Ensuite : si toutes les communautés qui demandent à leur membre une profonde transformation intérieure étaient des sectes, et bien il faudrait accuser notre Seigneur Jésus d’être un gourou ! Depuis leur appel jusqu’à la Pentecôte, aucunes personnes n’ont plus évoluées que les 12 apôtres, c’est une preuve ACCABLANTE ! Et Judas, la « pauvre victime de la secte », aurait sans doute été forcé d’absorber je ne sais quel neuroleptique pour finir suicidé ? ( la pauvre sœur Myria n’est certainement pas une « Judas » , que Dieu lui pardonne et lui donne le repos éternel ).

Ce qui me dérange dans les propos de Fabio, c’est qu’il ne remet pas en cause simplement les frères et sœurs de Bethléem, mais l’état monastique en tant que tel, parce qu’il a découvert que finalement il n’y croyait pas ( selon ses propres commentaires ). Certes, sa conviction personnelle doit être respectée, mais si on l’écoutait, il faudrait croire que saint Antoine le grand était le fondateur d’une secte ! C’est du grand n’importe quoi.

Mille fois pardon, Fabio, mais lorsque tu dis que tu étais un « jeune idéaliste qui cherchait à donner un meilleurs sens à sa vie que celui que le monde consumériste propose » , en réalité ce n’est pas exact : tu étais un jeune homme qui ressentait un authentique appel de Dieu à lui offrir sa vie, non pas lorsqu’elle serait toute usée et finie, mais dans la fleur de sa jeunesse, car Dieu mérite bien ce sacrifice, et sait le récompenser. La tradition nous rapporte que la sainte Vierge se consacra corps et âme à Dieu non pas à 19 ans, mais….. dès sa troisième année ! et non pas sous une influence sectaire pesant sur elle ou sur ses parents. Saint Jean non plus n’était pas un simple idéaliste en mal de maître , lorsque le Christ l’appela à sa suite avec son frère.

Lorsque tu soulignes que les frères et sœurs semblaient fuir anxieusement la lumière, tu n’en tires que des conclusions négatives pour les discréditer. Mais ainsi, tu oublies que le Christ ne monta pas à la fête de Jérusalem avec tous les autres, ce qui lui valu des critiques acerbes : « On n’agit pas en secret, quand on veut être en vue ! » . Lui-même avait autrefois été emmené de nuit en secret par Joseph avec sa mère pour échapper à Hérode. Il avait vécu 30 ans de vie cachée, sans manifester qui Il était au monde. Lors de sa Passion, ses disciples devaient se demander fiévreusement comment le dérober à ses ennemis. Et Jésus ne vint alors à la lumière des torches que pour être arrêté comme un criminel : ainsi, l’œuvre de Dieu doit parfois restée cachée aux regards indiscrets des hommes, même des hommes d’Église, sans que cela la discrédite, jusqu’à que le temps soit venu.

Après, que telle ou tel frère ou soeur ait été une occasion de souffrance pour tel ou telle autre, c’est fort possible, et même certain, vu les témoignages qui sont rapportés sur ce site. Mais en aucun cas cela ne remet en question l’ensemble de la communauté, ni sa vocation, ni sa mission dans l’Eglise. Les chartreux n’ont que très peu de vocations de nos jours : les frères et sœurs de Bethléem ont permis à de nombreuses âmes de suivre les traces de saint Bruno dans une vie semi hermétique. Dans ce nouvel élan de vocations, il y a certainement eu parfois un défaut de discernement, car tous le monde n’est pas forcément adapté à ce genre de vie. Mais cela peut-être corrigé sans pour autant déchiqueter l’outre neuve et répandre le vin nouveau. La congrégation tirera les leçons du passé et se bonifiera très certainement avec le temps. Quel tort ce serait pour l’Eglise d’aujourd’hui si cette famille monastique n’existait pas ! Qui serait capable de suppléer à ce manque ? Faudrait-il demander aux moines du mont Athos de se faire catholiques pour les remplacer ? Ou à saint Antoine le grand de revenir sur terre pour fonder à nouveau des laures ?

Les jeunes sœurs, dans l’enthousiasme assez compréhensible de redonner dans l’Eglise un nouvel élan à ce genre de vie cartusien, ont fait l’erreur de se croire supérieures aux autres : erreur de jeunesse, correctible avec le temps.

La dernière chose qui me dérange dans le témoignage de Fabio, c’est qu’il considère son témoignage comme d’autant plus une référence , que lui-même s’est élevé très haut dans la hiérarchie de la communauté. Mais son propos relève donc de sa propre ambition, autant que des défauts qu’il souligne. Et mon avis est que le témoignage sur Bethléem d’une petite sœur ou d’un petit frère « tout simple » , compte tout autant, voire plus, que celui d’un frère ayant montré une certaine ambition. J’ai comme le sentiment que la Parole : « Qui s’élève sera abaissé, qui s’abaisse sera élevé » à des chances d’être vraie, vu QUI est son Auteur.

Merci à ceux qui auront eu le courage de lire ma prose, que Dieu vous bénisse +

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)