Poster un message

En réponse au message :

Communauté de Bethléem : les révélations accablantes d’un ancien supérieur

Le dimanche 24 novembre 2019

Un point de vue extérieur. D’une manière générale, bravo pour votre site, mais là je réagis sur ce témoignage précis.

Après la lecture attentive (armé d’un dictionnaire pour certains termes), il me semble que cette communauté annonce la couleur : rompez tout contacts avec votre famille, vos amis, abandonnez vos études, oubliez-vous vous même afin que Marie puisse s’exprimer par votre bouche. C’est délirant ? Oui de mon point de vue : mais l’objectif affiché, il n’est pas dissimulé.

Il m’est difficile de comprendre comment celui ou celle qui accepte ce « contrat » de départ, qui n’est absolument pas caché, en vienne ensuite à se plaindre d’abord que ceux qui lui proposent cet objectif font tout pour lui permettre de l’accomplir, et qu’il ne font rien pour l’en détourner. On en s’engage pas dans l’armée pour ensuite lui reprocher de ne pas nous former au pacifisme. J’ai de la difficulté à voir où est la manipulation.

Où est la manipulation quand quelqu’un vous dis : quitte tout ce qui fait ta vie d’aujourd’hui, renonce au monde extérieur, oublie-toi toi même ainsi Marie parlera par ta bouche, tu as des années de réflexion avant de prononcer tes vœux, et tu peux partir quand tu veux si ça ne te convient pas. L’exemple de cet américain dont il est question dans le témoignage montre qu’il n’y a aucune menace physique, aucune menace de représailles sur ceux qui renoncent. Le témoignage ne fait aucun état de ce genre de pression.

Encore mieux : le témoignage ne dit pas avoir découvert d’autres objectifs spirituels qui auraient été cachés, aucune course dans un « toujours plus » spirituel : ce qui est proposé aux membres, spirituellement, au bout de vingt ans reste identique à ce qui était proposé dès le premier jour. Le témoignage ne montre pas de tromperie sur ce plan.

Il reste la notion d’abus de faiblesse. C’est effectivement plus délicat de s’en faire une opinion claire. La rédaction du témoignage montre un bon niveau intellectuel, et l’auteur était engagé dans des études supérieures, il n’était par ailleurs pas seul au monde. Rien, dans le témoignage, ne vient laisser supposer que ses choix n’ont pas été librement consentis. Doit-on décider que la majorité n’est plus à dix-huit ans, ou vingt-et-un, mais à cinquante ans ? (ce qui ne changerait rien de fondamental à mon avis, mais c’est un autre sujet).

Au final, si on lit bien, le premier reproche qu’il fait à cette communauté est non pas de faire de l’abus de faiblesse, mais de l’abus d’orgueil, et cela à « tous les étages ». Orgueil d’abord de s’imaginer un jour comme le médium que choisira le divin, orgueil ensuite de devenir capable de façonner d’autres médiums pour les mettre à disposition du divin, orgueil de n’avoir pas à s’occuper du reste du monde, orgueil d’être mieux que les autres. Il l’explique en long et en large.

Mais cet orgueil dont « on » l’aura abusé, c’était donc bien le sien. Il me semble qu’il ne démontre en rien qu’on l’ai trompé sur « la marchandise » spirituelle, et il ne décrit aucune pression insoutenable qui l’aurait empêché de quitter le chemin qu’il avait choisit de suivre.

Le témoignage montre que le niveau intellectuel, et la fidélité, de l’auteur lui permis de grimper dans la hiérarchie, malgré les divers « clans » dont il parle (je me base sur ce qu’il dit, je n’invente pas ces « clans »). Nous savons tous ce que cela signifie d’être capable de « grimper » dans une structure, l’intelligence qu’il faut pour ne pas faire de faux-pas qui vous feraient « tomber ». Alors j’ai beaucoup de mal à croire à la version naïve qu’il me propose de lui-même.

Le témoignage nous apprend que les dysfonctionnements sont tels que même les membres savent en jouer, pour obtenir des faveurs. Personne, sauf les plus malléables ne semble dupe, et l’auteur ne se décrit comme une dupe.

J’ai l’impression qu’après plus de vingt années, ayant accepté de louvoyer dans tous les méandres de sa communauté - car c’est comme cela qu’il la présente - , il nous explique qu’il se heurtait toujours à un plafond de verre, car il est un homme dans une communauté tenue d’une main ferme par les femmes.

Et donc, c’est je crois là l’écueil infranchissable qui l’a fait partir.

Autrement, il avait déjà en main toutes les autres raisons de partir bien avant d’attendre vingt ans de service. S’il y a eu naïveté de sa part, c’est de croire que si une femme, Marie, parlait pas sa bouche, alors la communauté lui offrirait le même statut, la même considération, et donc l’accès aux mêmes ambitions que s’il avait été une femme. Mais, comme il l’explique clairement, la mère supérieure a du goût… pour les jeunes femmes, et elles se passent le vrai contrôle entre-elles. Il n’avait rien à espérer de plus que ce qu’il avait obtenu, il resterait toujours un homme au yeux de la communauté. C’est arrivé à ce stade qu’il a décidé de partir, pas avant malgré ce qu’il savait des réalités.

En résumé, le témoignage m’apprends que cette communauté « annonce la couleur », qu’elle ne cache rien au niveau spirituel, qu’elle n’utilise aucune menace, et je pense donc que lorsqu’un de ses membres, intelligent, arrive aux plus hauts niveaux il ne peut pas revendiquer d’avoir été abusé aussi longtemps. Une forme d’orgueil a fait qu’il a accepté le contrat qui ferait de lui un être exceptionnel, le même orgueil lui a masqué l’évidence des limites que lui impose le fait d’être un homme dans cette communauté, le même orgueil la responsabilité de ses choix sur d’autres alors que rien d’autre que lui-même ne l’a isolé du monde.

Mais les dysfonctionnement internes pointés par ce témoignage ne me montre en rien que cette communauté est une secte, les gens semblant assez libre d’y entrer ou en sortir. Ou alors s’est étendre la notion de « secte » beaucoup trop loin à mon goût, les gens ont le droit de délirer tant qu’ils délirent dans leur coin sans violence, n’utilisent aucune coercition et ne s’adressent qu’à des adultes. Si ensuite quelques uns de leur généraux se plaignent de n’avoir pu devenir « Imperator » à cause d’affaires de sexe biologique, j’accepte de faire preuve de compassion, mais pas de naïveté pour répartir les responsabilités.

(quand au suicide évoqué dans le témoignage, c’est évidemment terrible. Toutefois un seul suicide en tellement d’années ne permet pas de se faire une opinion sur l’implication de la communauté dans les causes de ce suicide, ou si elle aurait pu l’empêcher).

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)