Poster un message

En réponse au message :

Dernier message de Frère Silouane

Le mercredi 10 décembre 2014

Fr Silouane, vous dites :

Je me permets aussi de rappeler que la Conférence des Évêques de France a récemment créé un bureau spécial dédié à la question des dérives sectaires, auquel tous ceux qui pensent avoir été victimes de tels agissements peuvent s’adresser.

Cher Fr Silouane, mais que fait ce bureau spécial ? Ecouter les victimes, voilà ce que propose Mgr Pontier et ce bureau spécial dédié à la question des dérives sectaires.

Cela suppose des personnes en état de parler ; les victimes de la manipulation mentale, celles qui se sont suicidées, celles qui ont parlé à des représentants de l’Eglise et qui s’en mordent les doigts, etc. sont donc mises d’emblée de côté ; sans oublier celles qui sont ruinées, dans une situation de grande précarité et ne peuvent même pas recourir à un avocat pour ouvrir un procès civil ou canonique.

La solution proposée montre que l’Eglise a baissé les bras devant les communautés déviantes dont fait partie Bethleem et ne songe nullement à user de procédures canoniques à leur égard. Une solution serait pourtant très simple : leur faire respecter le Code de Droit Canonique. Quand un groupe ou une communauté a une reconnaissance ecclésiale, il est du devoir de celui qui l’a approuvé d’être vigilant pour le respect du Code de Droit canonique. Cela, les victimes n’en ont souvent pas conscience : ce serait aux évêques à s’en préoccuper. Mais les dérives sont camouflées, si ce n’est approuvées. Chacun y trouve son avantage… Aussi quand Mgr Pontier écrit : « L’Évangile du Christ que nous voulons servir est une école de liberté spirituelle et celui qui ne sert pas cette liberté ne peut se réclamer de l’Évangile », il ne saurait être crédible.

Spolier des personnes au mépris du Code de Droit Canonique — sans parler du droit civil —, avec le soutien d’un évêque, est-ce la liberté évangélique ? Comment Mgr Pontier définirait-il la liberté des ex-communautaires sans retraite faute de cotisations sociales versées pour eux ?

Le mot d’ordre de cette pastorale pourrait se résumer en quelques mots : laisser prospérer et même engraisser les déviances, et écouter les pauvres victimes ! Un individu isolé est un cas isolé qui ne risque pas de remettre en cause le système établi.

L’expérience a déjà montré aux victimes qu’il ne faut rien attendre de ce côté…

En conclusion, tout cela pour faire croire que l’Eglise est - enfin ! - attentive aux victimes alors qu’elle continue de protéger les dérives et les évêques qui les couvrent. Ne serait-ce pas un enfumage bien structuré et bien médiatisé pour faire oublier, derrière ce rideau de fumée, toutes les victimes aux dossiers trop brûlants, rejetées par l’Eglise depuis plus de dix ans ?

Alors Fr Silouane, quand vous conseillez à « tous ceux qui pensent avoir été victimes de tels agissements », comme vous le dites irrespectueusement dans votre 2e et dernier droit de réponse, d’aller voir ce fameux bureau spécial qui n’est en réalité qu’un simple pare-feu, vous savez très bien que vous les envoyez dans une impasse.

Oui comme vous dites frère Silouane, les masques doivent tomber. Sinon les pierres vont continuer de hurler.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)