Poster un message

En réponse au message :

Témoignage de Roselyne : A Bethléem, c’est la survie

Le lundi 1er décembre 2014

Bonjour Thomas,

Je suis touchée que vous ayez versé un peu de liquide lacrymal pour moi, mais depuis ma sortie je vais bien , je vis . Les malades que je soigne disent que j’ai la pêche , je ne crains plus rien, ça donne une grande liberté..

J’adore la vie et cela m’a sauvée, du moins cela a été un puissant moteur.

Bon j’essaie de répondre à vos questions, en précisant que je ne parle pas ex cathedra..

Le culte de la beauté chez sœur marie ? C’est vrai elle avait le sens du beau, elle était artiste, on ne vivait pas dans la laideur, mais pour l’art comme pour le reste elle faisait la pluie et le beau temps. Ce qu’elle trouvait beau était beau, ce qu’elle estimait laid était laid. Elle devait mettre son empreinte partout sur un texte de Saint Bernard ou un écrit de Chartreux, une sauce, un gâteau.., un bouquet … J’ignore même si elle était capable de recevoir quoi que ce soit sans y porter une rectification.

Je ne voudrais pas faire de la psy de Monoprix , d’ailleurs je n’y connais pas grand chose mais je me demande si ce culte de la beauté n’avait pas un lien avec son père. Avait-elle résolu son Œdipe ? Pas sûr. Je l’ai entendue parler de son père en termes dithyrambiques, , un père beau , doté de toutes les qualités. En revanche elle ne parlait pas de sa mère de cette façon.

Ce que sont devenues les sœurs humiliées ?Je ne sais pas. Je pense que cela dépend des caractères.. On peut refouler, sublimer, oublier, se révolter etc ..que sais-je ? Moi perso, j’avais une capacité extraordinaire à ne pas conscientiser … un jour tout a remonté à la surface, mais à ce moment là je pouvais voir sans que cela ne me « tue »…

Oui on nous parlait de l’Évangile , certaines années on n’avait même pas d’autre lecture , mais il n’y avait pas la moindre exégèse, c’était essentiellement l’Évangile de St Jean. J’ai entendu que celui de St Marc était anecdotique..

Si on était humilié ce n’était pas comme cela a pu exister dans certains couvents « dans le but de nous rendre humbles ou je ne sais quoi ».

Si on était blessé par certaines réflexions cela provenait de sœurs pas forcément évangélisées ou de Sœur Marie « qui ne pouvait s’empêcher de … » J’ai rarement et peut-être jamais rencontré une personne qui parlait autant du silence et avait aussi peu de maitrise dans ses paroles , aussi peu de discrétion. Mais on ne pouvait rien dire, « on devait couvrir la nudité de notre frère ».

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)