Poster un message

En réponse au message :

Témoignage d’Hélène : le monde si étrange de Bethléem

Le jeudi 4 décembre 2014

J’aimerais pouvoir intervenir sur votre question, mais je n’ai hélas pas le temps en ce moment.

La question que vous soulevez est très importante. De fait, au sein des SHS, c’est le point d’achoppement de tout le champ d’études sur le sectarisme. En dernière instance, en effet, tout le statut épistémologique de ces études sur les sectes repose sur la valeur des témoignages des « ex ».

Cela soulève une multitude de questions.

La tête de proue du mouvement anti-anti-sectes, un certain Massimo Introvigne, a écrit plusieurs articles et ouvrages pour démontrer que les témoignages des « ex » n’avaient aucune valeur tant leur témoignage étaient colorées de volonté de vengeance. Mais ses théories ont volés en éclat, à cause de plusieurs affaires qui ont mis en avant sa malhonnêteté intellectuelle. En ce qui me concerne, et après avoir lu en détail ses livres sur le sujet, je parlerais même de fanatisme.

Il se trouve en effet que M. Introvigne a été l’un des plus fidèles défenseurs du père Maciel, lorsque les affaires ont commencé à explosé. A la demande de quelques prélats, il a même fait une relecture très critique (aujourd’hui hors ligne) du livre « Vows of silence » qui a été le premier livre à reconstruire la vraie vie peccamineuse du fondateur des légionnaires du Christ. Son argumentation reposait sur ses préjugés, et sans le moindre scrupule, et sans avoir même l’idée d’appeler les victimes pour les interroger, il a répandu des horreurs à leur égard. Son raisonnement était que des anciens membres ne peuvent que vouloir se venger, et ne peuvent jamais être objectifs.

On nous a reproché dans certains commentaires de faire des comparaisons entre le père Maciel et soeur Marie, la fondatrice de Bethléem. J’ai lu tous les messages qui ont été écrit, les miens comme ceux d’autres internautes, et je ne crois pas qu’il y ait eu un tel rapprochement. Ce que nous voulions mettre en avant, c’est le fait que l’affaire Maciel / Légion du Christ a montré que l’idée selon laquelle le Vatican était une valeur sûre.. est non seulement une erreur (l’affaire Maciel le prouve : des centaines de lettres de dénonciation jamais traitées car « ce sont forcément des calomnies »), mais que c’est précisément à cause de tels raisonnements qu’on laisse le mal se développer dans l’Eglise. (derrière, il y a je crois une vision erronée de la providence, comme si celle si se faisait sans nous).

Pour reprendre l’expression de Karl Popper, l’affaire de la Légion du Christ est importante car elle est « l’expérience cruciale » qui ruine la théorie selon laquelle « si le Vatican a reçu les dossiers, c’est entre de bonnes mains ». Nos expériences, hélas, hélas, hélas, nous ont montré que les enquêtes apostoliques ne servent pas à faire la vérité ni à rendre justice au victime, mais à protéger les intérêts de l’Eglise, à sauver les congrégations accusées et à étouffer les scandales. Et ne dites pas que ce n’est pas vrai : sur ce fait là, nous avons des PREUVES.

Pour en venir à la question de l’authenticité des témoignages. C’est un problème complexe. Je vous invite à lire mon mémoire de Master de philosophie, que vous trouverez notamment à cette adresse : http://infosect.freeshell.org/infocult/ic-acq.html Vous y trouverez notamment, dans les pièces jointes, un article très intéressant d’un sociologue canadien, Stephen Kent, qui fait le point sur cette question, après avoir étudié pendant plusieurs décennies le phénomène des sectes.

Pour résumer :

  • On ne peut prouver que les membres actuels d’une communauté accusée de dérives sont manipulés ou sont malheureux (alors qu’ils ont l’air rayonnants et heureux), mais ce qu’on peut dire, c’est qu’un certain nombre d’anciens, qui affirmaient autrefois être très heureux et parfaitement libres, après être sortis de la communauté et avoir pu cheminer avec un accompagnement sérieux, finissent par avouer par la suite qu’ils se mentaient à eux-mêmes car le système dans lequel ils évoluaient autrefois les induisaient à ces mécanismes auto-suggestifs.
  • Contrairement à ce que croient leurs contradicteurs, la plupart des « ex » restent catholiques, croyants et pratiquants. Dans tous les cas, ils vivent ce devoir de témoigner comme un véritable traumatisme, et ne le font que parce qu’ils ont tout essayé par les voies institutionnelles, sans succès.
  • En fait, tout est fait pour faire taire les anciens membres. Quand vous sortez d’une communautés controversées, que vous n’avez pas travaillé ni cotisé pendant 10 ou 20 ans, que vous devez reconstruire votre vie à partir de zéro : vous n’avez ni le temps, ni l’argent, ni l’énergie pour vous lancer « en guerre » contre votre ancienne communauté. Et si, malgré cela, les « ex » le font, c’est qu’ils en sentent vraiment le devoir. Et cela, c’est un terrible gage d’authenticité.
  • Sur le même registre, quand vous sortez, vous êtes généralement inhibé car vous avez forgé en vous - au point d’en faire des névroses - l’idée que la critique est l’œuvre du démon. Prendre ce rôle de dénoncer des dérives, c’est donc un drame personnel d’une violence inouïe… C’est faire le sale boulot, assumer quelque part le rôle du « Judas » (du point du vue de l’ancienne communauté, bien sûr. Du point de vue de Dieu, c’est assumer sa vocation baptismale de prophète) En fait, assez peu d’anciens membres n’osent franchir ce pas (je pense ici surtout à d’autres communautés, comme les légionnaires, mais aussi la scientologie ou les Témoins de Jéhovah).
  • Au nom du principe de « présomption d’innocence » à l’égard de certaines communautés, certains insinuent systématiquement une « présomption de calomnie » à l’égard des victimes.

Les « ex » qui témoignent sur ce site n’ont strictement rien à gagner. Juste, peut-être, la paix intérieure avec leur conscience, et le besoin d’éviter à d’autres de risquer de perdre x années de leur vie dans une communauté gravement dysfonctionnelle.

Vous m’excuserez, mais j’ai écrit très vite, et je n’ai pas le temps de me relire. Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à lire mon mémoire.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)