Poster un message

En réponse au message :

Bethléem : retour aux fondamentaux/ @l’anonyme

Le samedi 17 janvier 2015

Il est plus doux de survivre en dehors que de penser à se pendre à la corde du réfectoire d’un monastère de Bethléem.

Voilà ce que vous dites principalement. C’est poignant.

S’empêcher de penser, à la force du poignet, comme à Bethléem, peut donner des envies suicidaires. Vous n’avez pas été la seule.

Le système de Bethléem est tordu car il est dit aux sœurs : « je me mens si j’ai des pensées ».

Si des évêques vous ont dit que « tout allait bien à Bethléem », je finis par croire qu’ils ne savent pas de quoi ils parlent et qu’ils n’ont pas porté une attention suffisante à votre parole.

Vous allez pouvoir les aider par votre témoignage, quand vous vous sentirez de poursuivre. D’autres que vous ont aussi besoin de s’assurer qu’elles ne sont pas seules dans cette aventure de la reconstruction qui peut prendre du temps. Il est important de parler de ce qui vous a choquée à Bethléem.

Merci. Car pour une personne comme vous qui témoigne ainsi, il y en a dix qui ont vécu des choses similaires et qui ne peuvent pas en parler, elles.

Ce qui est frappant aussi, c’est le nombre d’histoires de fugues de Bethléem comme si c’était le seul moyen qui restait à certaines. Avez-vous été dans ce cas ?

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)