Poster un message

En réponse au message :

Bethléem : Toujours les fondamentaux

Le vendredi 20 mars 2015

Madame,

Vous êtes en colère, contre les auteurs du site, contre ceux qui y écrivent, contre les jésuites qui vous ont laissée sur le bord du chemin, et, pour faire bonne mesure, contre les dominicains, les franciscains, les prêtres diocésains et j’en passe : je respecte profondément, croyez-le, la souffrance qui s’exprime à travers ces mises en cause multiples, tout en vous avouant que je me demande comment vous pouvez en savoir autant sur autant d’instituts. Il me semble que votre colère, dont l’expression est tout à fait légitime, surtout si elle est justifiée, pourrait se faire sans cette mise en cause universelle.

Pour ma part, dominicain de la province de Toulouse comme je l’ai déjà fait savoir sur ce site, je ne dispose que d’informations limitées concernant ma province, et l’Ordre des Prêcheurs en général. Et je veux vous dire trois choses :

1. Il est évident que les Ordres "anciens" n’échappent pas à certaines déviances. Mais à la différence des congrégations plus récentes, au moins de celle dont nous débattons, elles sont personnelles et ponctuelles, mais certainement pas structurelles comme les témoignages diversifiés et convergents le montrent à propos de Bethléem. Relisez tout ce qu’écrit sur ce site Dominique, qui a parcouru des centaines de documents internes à la Congrégation et vous comprendrez que les dérives sont systématiques. Jusqu’à preuve du contraire, je ne crois pas que vous puissiez aboutir à un résultat identique avec les Ordres anciens. Pas tant du fait de la vertu de leurs membres que de leur refus du secret comme aussi de leurs règles, us et coutumes qui ont connu la patine du temps.

2. Vous écrivez encore, sur la foi d’informations précises que je n’ai pas, que "les « chouchous » de votre blog sont les dominicains surtout ceux de la Province de Toulouse (comme par hasard certains d’entre eux sont d’anciens frères de St Jean qui vouent une haine féroce au père Marie-Dominique PHILIPPE) Ceux là sont bien tranquilles ils savent que vous n’irez pas trop chercher de leurs côtés les sectaires et les prédateurs sexuels". Vous trouvez donc que les Dominicains de Toulouse sont les chouchous de ce blog, mais j’aimerais que vous me montriez en quoi : je crois avoir été le seul à m’exprimer et à ne l’avoir fait qu’à deux reprises… Celle-ci est la troisième.

J’ajoute que je connais bien sûr les frères qui nous ont rejoints, qu’ils ne vouent pas, pour autant que je sache, une "haine féroce" au frère Marie-Dominique Philippe, mais que de fait beaucoup d’entre eux ont une vision très critique de sa théologie et de son action. Et je pense que leur connaissance de la personne en question est bien plus complète que celle que vous pouvez en avoir, et bien plus terrible aussi que ce qui en a été dit sur la place publique : sans doute ne veulent-ils pas "tirer sur l’ambulance", mais il faut leur demander à eux leurs informations et leurs raisons.

3. De manière beaucoup plus générale, je redis, comme je l’avais déjà fait lors de ma première intervention, que l’accueil et l’écoute des victimes, et je vous écoute puisque vous dîtes que vous en êtes, sont essentiels et c’est le très grand mérite de ce blog de le faire. Pour celui ou celle qui accepte d’aller au fond de cette écoute, le regard et le cœur changent, et il devient très vite évident qu’il n’y a aucun complot, mais bien des déviations graves, que l’on retrouve dans tous les instituts mis en cause.

Peut-être aussi chez les Dominicains, les Jésuites, les Franciscains et les prêtres diocésains, mais il vous reste à le démontrer. Pour le moment, vous n’avez fait qu’exprimer un cas personnel douloureux, tout à fait respectable, dont je ne dis pas qu’il soit une exception : c’est votre généralisation qui me semble parfaitement abusive, du moins pour les Instituts que vous évoquez.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)