Poster un message

En réponse au message :

Bethléem : Toujours les fondamentaux

Le samedi 21 mars 2015

C’est de Dieu que vient le salut. Pas d’un homme, fut-il prédicateur talentueux, pas d’une spiritualité, pas d’un ordre ou d’une congrégation. Il peut arriver qu’une personne qui se soit mal comportée ait tout de même appris des choses bonnes et utiles à d’autres. Mais ça n’efface pas le fait qu’elle se soit mal comportée.

Des témoignages convergents ont valeur de preuve et ils ne sont pas à comparer à des délires de pré-adolescentes rapportées dans un film tourné il y a 48 ans (et qui était tiré d’un roman). C’est la parole d’adultes que vous remettez systématiquement en doute parce qu’ils ne vont pas dans le sens de votre affect.

Durant des décennies, des siècles, des personnes ont, comme vous, pris pour des délires, des calomnies, des divagations, des paroles de victimes. A quoi cela a-t-il mené ? D’une part l’institution en a perdu en crédibilité parce qu’elle n’a pas voulu voir la vérité en face. D’autre part, les victimes se sont retrouvées violées une seconde fois, écrasées parce qu’on leur déniait leur statut de victime. Comment se reconstruire quand on nie que vous avez été détruit ? C’est en vain que l’on chercherait, dans vos messages, un peu de compassion envers les personnes qui ont été écrasées par le système, abusées dans leur corps comme dans leur psychisme. Votre expérience et votre ressenti personnels semblent constituer votre unique référence. Les « Mais comment osez-vous accuser le Père Machin ou l’Abbé Untel ? » ont fait assez de dégâts comme ça, au cours des siècles. Des évêques et les papes eux-mêmes l’ont reconnu publiquement.

Il y a une trentaine d’années, pas loin de chez moi, une dominicaine est allée s’étendre sur les rails de chemin de fer. Suite à cet incident, l’Ordre des prêcheurs a dépêché, de Rome, une moniale pour faire la visite du monastère. Le soir même la supérieure a du prendre ses cliques et ses claques pour se retirer dans une abbaye et y rester le reste de ses jours. La visite canonique avait relevé de graves dysfonctionnements.

C’est un père de l’ordre multiséculaire auquel appartenait le monastère où je vivais qui est venu pour y faire une visite canonique et c’est un autre religieux du même ordre qui est venu pour la conclusion de cette même visite. Conclusion qui demandait à l’ancienne supérieure mise en cause de quitter le monastère à cause de l’emprise mentale qu’elle avait sur ses consœurs. J’ai, au moins à deux reprises, mentionné que j’avais vécu une histoire semblable à celle de la congrégation de Bethléem mais à l’intérieur de l’ordre ancien. Ne reprochez pas à ce blog de nier le fait que les dérives puissent se produire dans n’importe quel ordre ou congrégation.

Oui, les dysfonctionnements sont dus à des personnes. Mais quand ces personnes se trouvent à la tête ou à des postes clés d’une structure pyramidale qu’ils ont eux-mêmes mis en place, que ces personnes en placent d’autres acquis à leur cause pour perpétuer leurs dysfonctionnements, le terme déviance structurelle s’applique bel et bien.

Il ne faut pas confondre non plus erreurs de jugement et emprise mentale. Des supérieurs généraux ou locaux peuvent prendre de mauvaises décisions, des orientations très contestables ou bien manquer d’empathie, de bon sens, sous-estimer un problème ; seulement les choses finissent par revenir à la normale quand les chapitres jouent leur rôle. Là où règne la manipulation mentale, les subordonnés sont devenus des marionnettes et les chapitres ne sont plus que des séances de guignol qui entérinent les décisions du manipulateur. La déviance structurelle empêche les processus régulateurs de se mettre en place.

Nos contrées connaissent une baisse considérable de vocations qui ne constitue jamais qu’un retour à la normale. Et ça, peu le savent. En effet, avant la fin dix-neuvième siècle et le début du vingtième, on n’avait jamais vu autant de monde dans les couvents. Avant la révolution française, dans les pays où le catholicisme était la religion d’état, il y avait beaucoup moins de religieux, proportionnellement à la population.

Dans ce contexte, le fait de recruter actuellement à tour de bras dans les nouveaux mouvements n’est pas un motif de jalousie mais d’inquiétude : ce n’est tout simplement pas normal et ça DOIT poser question. Déjà dans les années quatre-vingts, des religieux s’inquiétaient de voir ces nouveaux mouvements accueillir des candidats bien trop jeunes et/ou trop fragiles. Les ordres anciens seraient jaloux des nouvelles familles ? Il faut pas mal d’inconscience et surtout d’orgueil larvé pour refuser de tenir compte des leçons que d’autres ont tiré avant soi d’une part, et de se croire jalousé, d’autre part.

Là où on va ressusciter les « vieilles recettes » d’autrefois qui auraient fait « leurs preuves », c’est là où éclatent tôt ou tard des scandales. Que cela bouscule ou non votre ressenti n’empêchera les faits d’être avérés.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)