Poster un message

En réponse au message :

Impact des violences sexuelles de l’enfance à l’âge adulte

Le dimanche 14 août 2016

Bonjour,

Je témoigne aujourd’hui de ce que j’ai subi alors que j’ai 57 ans. Je viens seulement de faire remonter l’information après 30 ans de recherche avec différents praticiens, (psychanalystes et sophrologues), 2 dépressions, une opération du cœur (arythmie), des problèmes récurrents de douleurs aux ventres et au dos depuis aussi longtemps que je me souvienne, un manque de confiance en moi pathologique, incapacité de me défendre face à l’autorité (surtout celle des hommes et lorsqu’ils représentent un pouvoir). Mon histoire était tellement horrible que je l’avais enfouie très très profondément, d’où ma difficulté à faire remonter les scènes de viol. Mon père a utilisé mon frère aîné (15 mois de plus que moi) pour me violer, c’était bucal, anal… j’avais 3 ans et on me manipulait comme un objet sexuel. Je me souviens de ma terreur nocturne quand la lumière du couloir passait sous la porte de la chambre, je me cachais derrière la porte, mon cœur battait violemment. Je crois qu’il a commis ces violences sexuelles jusqu’à mes 7 ans. Plus tard il ne pouvait plus alors il a cherché par tous les moyens de me toucher, de m’humilier, de me dire des choses horribles (« j’ai rêvé que je faisais l’amour avec toi et c’était très bien », j’avais 16 ans et ma mère à qui j’ai raconté ça m’a regardé avec mépris et m’a laissée seule avec ce fardeau). Il me massait le dos devant la famille réunie en passant sous mes vêtements et remontait immanquablement par ma poitrine, j’avais moins de 18 ans, je me raidissais, j’avais envie de hurler, j’étais tendue mais j’étais paralysée, je ne pouvais pas me défendre. Le plus difficile quand on a été abusée très jeune c’est l’impossibilité de se défendre, la perte des repères familiaux (en général un parent t’aime et te protège), la peur au ventre (d’où les problèmes intestinaux), le manque de confiance, le mépris qu’on a pour son corps et pour soi.

Mon frère est devenu un adulte malade sexuellement et très méprisant avec les femmes, vraiment tordu sexuellement, il a dit en voyant ma fille de 2 jours à l’hôpital « et dire qu’avec une si petite bouche elle taillera des pipes plus tard ». J’étais effondrée, horrifiée, je n’ai pas pu défendre l’intégrité de ma fille et je ne comprenais pas pourquoi. Maintenant je sais. Mon frère est décédé, Mon géniteur incestueux et pédophile est gravement malade d’après ce que je sais (car je ne lui parle plus depuis que je sais), Ma mère est décédée. Difficile dans ce cas de demander réparation. Mais je suis vivante ! J’ai réussi à avoir une vie, à fonder une famille.

Voilà mon histoire,

Toinette

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)