Poster un message

En réponse au message :

Comment mieux protéger les lanceurs d’alerte ?

Le vendredi 13 novembre 2015

Bonjour Sérénité

Merci pour vos explications. Mais personnellement et ça n’engage que moi, la sexualité comme le rapport amoureux ne concernent absolument pas la religion. A chaque fois qu’une religion s’en mêle, ce quelle que soit l’obédience, c’est pour enfermer les hommes et les femmes dans des rôles uniquement biologiques et coupables si je puis dire. Ce qui ne les aide pas à vivre la relation de façon complice, harmonieuse et heureuse. Les enseignements de l’Eglise sur la question sont restés à côté de la plaque si je puis dire. Et le Vatican a soutenu des crimes atroces sur ce thème, au nom de Dieu. Voir les vols et ventes de bébés par millions via différents couvents prisons, le travail forcé pour les jeunes filles non mariées et enceintes, jugées impures et coupables, ce aussi bien en France que dans toute l’Europe, au Canada et en Australie via des congrégations comme le Bon Pasteur, le Bon Secours, la Fraternité Lataste, les Réparatrices, les instituts Madeleine. Le très bon documentaire Infrarouge sur France 2 diffusé mardi et toujours visible en replay « les enfants du péché » est exemplaire à ce sujet. Parlons aussi de la stigmatisation et de la criminalisation de l’homosexualité, alors que nos clercs sont majoritairement homosexuels. Voir les délires de Mgr Anatrella par exemple sur la question. Parlons aussi des violences à l’encontre de l’éducation à la contraception, des droits des femmes, de l’avortement médicalisé, ce encore aujourd’hui via des associations extrêmement violentes un peu partout dans le monde depuis les années 60. Alors que le Vatican dispose de cliniques faites également pour avorter les religieuses enceintes de prêtres, cliniques clandestines. La française se situe à Lyon, pour information.

Parlons également des stigmatisations vis à vis des enfants victimes d’inceste et du soutien massif institutionnel aux parents, frères, cousins incestueux (l’affaire brésilienne mais aussi l’affaire française Laurent de Villiers sont des exemples récents frappants). Le soutien à des organisations masculinistes et pédophiles (et du syndrome d’aliénation parentale visant les femmes alors que les hommes qui invoque ce syndrome sont des pères incestueux). La protection de religieux pédophiles durant des siècles et encore aujourd’hui et leur reclassement immédiat sur des paroisses avec des responsabilités auprès d’enfants.

La prostitution de religieuses africaines, asiatiques et sud-américaines pour le bénéfice de prélats et hauts prélats (voir l’excellent documentaire, Une journée dans la vie de Marie-Madeleine de Serge Bilé, disponible sur Dailymotion) qui continue en instrumentalisant des jeunes religieuses pauvres et loin de leurs familles, devrait également interroger.

J’ai conservé un petit recueil de patronage datant de 1951 et que ma mère m’avait offert à mes quinze ans, qui s’appelle « le Code du Bonheur » aux éditions Rurales. Il est censé donner des repères aux jeunes catholiques sur le couple, l’amour. Réédition modernisée d’un livre paru initialement dans les années 30. C’est un condensé d’un machisme et d’une culpabilisation des femmes absolument révoltants. Et l’enseignement de l’Eglise à ce sujet n’a jamais vraiment évolué. Je me souviens quand j’étais jeune fille, les bouquins de Daniel Ange sur la question, c’était du même tonneau. Comment, dans un cadre aussi violent et avec une approche aussi réactionnaire, culpabilisante, stigmatisante et réductrice de l’amour et de la sexualité humaine, peut-on évoquer ces sujets et la beauté des enseignements de l’Eglise dans des réunions pour des jeunes ? Je vous avoue que ça me dépasse. Et pire, cela me consterne dans la mesure où je sais tout le bagage idéologique et politique et religieux fondamentaliste qu’il y a derrière.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)