Poster un message

En réponse au message :

L’évêque de Bayeux-Lisieux dissout le Pain de Vie

Le jeudi 8 juin 2017

Merci pour votre témoignage, Maria. Très émouvant votre parcours. Se sont vos enfants qui vous ont ramenée à la vie, finalement. Vous leur avez donné la vie une première fois et quelque part en vous faisant conscientiser les abus et la nécessité de les protéger, ils vous ont rendu la pareille.

Ce qui vous aurait permis de pouvoir accélérer votre retour à la vie hors communauté, aurait été une démarche d’exfiltration avec un suivi social et psy immédiat après votre sortie du Pain de Vie. Exactement comme pour des personnes sortant de secte. Je pense qu’il doit y avoir via des organismes comme l’UNADFI, des procédures de ce type mais que la plupart des adultes victimes d’emprise sectaire ignorent. Et même que la plupart des gens en général ignorent. Ce qui n’est pas normal.

Il y a, je trouve, un déficit d’information au niveau des prises en charge possibles quand on est confronté à n’importe quelle difficulté sociale, économique, de danger psychologique, d’enfermement.

Tout ce qui devrait permettre de nous sortir de situations graves, ne dispose pas d’une communication nationale régulière donnée aux individus dès l’enfance. D’où souvent, des lenteurs tant dans la prise en charge que dans le rétablissement des personnes qui ont vécu des choses traumatiques et lourdes. Normalement, chaque ville devrait pouvoir disposer d’un lieu unique où toutes ces procédures devraient pouvoir être expliquées sur plaquettes avec un annuaire téléphonique des professionnels départementaux qui peuvent aider, assurer un suivi.

L’INAVEM fait un peu ça au plan national et local, mais ça reste un organisme très peu connu des gens, je m’en aperçois depuis des années et je trouve ça triste alors qu’ils ont des juristes, des psys, des intervenants sociaux pour aider dans ce genre de situation et une plate-forme téléphonique aussi.

Est-ce que dans le cadre de l’AVREF, il y aurait moyen de faire une information papier ou numérique qui pourrait être médiatisée sur tous les grands journaux nationaux, distribuée aux centres INAVEM et aux cellules locales de l’UNADFI, rappelée par la MIVILUDES, éventuellement donnée aussi aux commissariats de police ?

Ca me paraîtrait un minimum pour que les personnes sortant de sectes ou de groupes sectaires, comme de couvents ou de monastères (et complètement déphasés) puissent immédiatement trouver un lieu, une aide et un soutien à leur réinsertion et reconversion.

Dans n’importe quel régiment à l’armée, vous avez une cellule de reconversion. Qui permet de passer des concours, de préparer le retour à la vie civile. Il faudrait l’équivalent pour les personnes engagées dans la vie religieuse. Même si ça se situe à l’extérieur du monde clérical, au moins que les gens sachent qu’ils ont un lieu pour les aider. Qu’ils aient été prêtres, moines, moniales, couple, famille engagés dans une communauté.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)