Poster un message

En réponse au message :

Les sœurs de Bethléem sous le coup d’une visite canonique

Le lundi 9 novembre 2015

Il faudrait développer longuement.

C’était pour dire que, pour nos amis juifs, dénigrer les familles des soeurs, comme fait à Bethléem, c’est pour le moins choquant. La famille, ça ne se renie pas, même si elle est tordue.

« Aucun juif ne peut pleinement servir l’Eternel sinon dans le cadre de la famille. C’est par elle que l’homme juif se rattache à son histoire, rend hommage à la Création du monde en s’associant à D. pour créer et donner la vie aux générations qui continueront à vivre la grande aventure du peuple juif. Former une famille, c’est un peu reconstruire le Temple de Jérusalem. Lorsqu’une famille se rassemble autour d’une table pour parler de Thora, le père, comme un prêtre, dirige un autel. Et c’est par la mère qui veille à la cohésion et la force profonde du foyer, que l’identité juive se transmet. » Itshaq Chouraqui

Sans frères et soeurs juifs, nous ne sommes pas grand chose : c’est aussi mon avis, inutile de chercher de l’opposition là où il n’y en a pas.

Mais alors raison de plus pour qu’une communauté religieuse ne les trompe pas sur ce qu’elle fait de l’humain.

Il n’y a pas de rejet dans le judaïsme de ses « plis d’identité », des émotions, de l’intelligence et du discernement. Quant à « utiliser comme arme qu’on suppose le problème résolu », comme y invitent les prieures, ce n’est pas franchement dans la tradition juive. Et puis, quand une prieure dit que « Dieu peut demander n’importe quoi à Abraham comme sacrifier son fils Isaac », pour justifier qu’il faut « être étranger à soi même » ou « se désister de soi même », cette prieure oublie de rappeler ensuite que Dieu a finalement empêché Abraham de le faire !!!

Comme si Dieu pouvait être étranger à l’humain ?

On peut, certes, parler de famille monastique. Mais par analogie seulement ! Et quand, dans cette famille-là, une prieure peut dire qu’il faut haïr sa femme, haïr ses enfants et haïr ses frères, c’est à dire « ce qui est humain en moi »pour basculer dans la pensée de Marie, car c’est cela le charisme de Bethléem« , je doute fortement que nos amis juifs puissent se sentir pleinement à l’aise dans une telle »famille". Mais qui, parmi eux, juifs africains ou d’autres cultures, a entendu ce type d’enseignement fait aux soeurs de Bethléem ?

Eclairez-moi donc un peu plus car je n’ai pas la prétention d’ « apporter ma lumière à tous ces gens qui se trompent. » Il y a des éléments qui me semblent pour le moins bizarres, c’est tout.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)