Poster un message

En réponse au message :

Paul Lennon interpelle les dirigeants de l’Eglise sur la Légion du Christ

Le samedi 29 août 2015

C’est effectivement la raison qui a guidé les autorités de l’Eglise.

Le problème, c’est que cette raison n’est pas bonne. Ou plus exactement est très insuffisante, car elle se limite souvent à l’apparence extérieure de choses.

Toutes les sectes sont remplies de « bonnes personnes » : des personnes de bonne volonté, qui ont une quête spirituelle, des idéaux, une volonté de construire le Règne de Dieu…

Mais qu’une communauté sectaire compte dans ses membres des personnes de bonne volonté ne rend pas la communauté bonne. C’est l’inverse qui est vrai : J’ai connu des jeunes personnes exceptionnelles que la communauté a gravement pervertis. Qui devenant un requin sans scrupule et un escroc, qui sombrant dans la dépression,…

J’ai connu des personnes qui ont mis plus de dix ans après leur sortie pour se reconstruire, retrouver une vie normale, retrouver le goût de vivre… tant la culpabilité insinuée au goutte à goutte pendant leurs années au sein de la communauté les avait accablés.

J’ai aussi connu des personnes que la privation affective absolue et le halo de culpabilité et de silence entourant les problèmes de sexualité… avait conduit à produire des comportements clivés…

Pour compléter ma réponse à votre remarque, j’ajouterais que le problème, c’est aussi le manque de rigueur dans les enquêtes, le manque de perspicacité ou d’objectivité de certains prélats… qui se contentent de regarder l’aspect extérieur, superficiel, sans creuser.

Si vous étudiez l’histoire de la Légion du Christ, c’est assez frappant : l’Eglise a eu des dizaines de fois l’occasion d’arrêter les crimes et les abus sexuels du père Maciel, mais hélas, à chaque fois qu’un problème apparaissait, les enquêteurs se faisaient embobiner par les légionnaires… « oh ils ont l’air si gentils ! » « oh, ils ont l’air si heureux ! ».

Ainsi, toute la liste de preuves et de témoignages accablant qui s’accumulaient contre le père Maciel étaient stoppées par un argument imparable : « Ils ont l’air si heureux »…

Il faut avoir un peu d’expérience sur les phénomènes sectaires pour savoir que la psychologie humaine est capable de mécanismes d’auto-suggestion redoutables, y compris au point de simuler des états de bonheur induit. Ce n’est pas parce qu’une personne « semble très heureuse et généreuse, et prétend qu’elle est entièrement libre »… qu’elle l’est réellement. Il faut être capable de déchiffrer les mécanismes relevant de la manipulation psychologique qui induisent des faux discours et des comportements auto-suggérés.

Certes, on ne peut pas affirmer qu’une personne ment quand elle prétend qu’elle est libre et heureuse : pour cela, il faudrait lire dans son esprit et dans son cœur, ce qui n’appartient qu’à Dieu.

Mais ce qu’on peut dire, au moins, c’est qu’un certain nombre d’anciens membres de communautés sectaires, qui dénoncent les abus dont ils ont été victimes et avouent avoir vécu un véritable enfer pendant 5 ou 10 ans, étaient autrefois capables de défendre leur communauté avec enthousiasme et conviction.

Cela pose ainsi un véritable doute sur l’authenticité des témoignages béats de membres actuels des communautés controversées : il est tout à fait possible que ces témoignages soient suggérés par des mécanismes de contrainte psychologique.

Cela prend des années pour sortir de l’emprise de la congrégation, accepter de se remettre en cause, et arriver à faire relecture de son expérience… certains, d’ailleurs, n’y arrivent jamais.

Alors ensuite, reste une question : mais que faire avec les membres de cette communauté ?

Et bien, qu’ils soient 5 ou 3000, le problème est le même : le plus important, c’est de ne pas poser les conclusions d’une enquête avant d’avoir envisager toutes les réponses et tous les possibles. IL faut avant tout considérer le BIEN des personnes qui sont dans la communauté, mais aussi des anciens membres (les grands oubliés des enquêtes, hélas…)

Conscient du manque total de liberté dans lequel ont évolué les membres d’une communauté sectaire, peut-être que la seule réponse correcte et morale était de renvoyer ces personnes dans le monde, en les accompagnant (financièrement et psychologiquement) pour reconstruire leur vie ?… Peut-être, d’ailleurs, que ce faisant, cela aurait permis à beaucoup de retrouver un véritable cheminement spirituel ?

Dans tous les cas, il y avait un problème de justice.

Il y a des milliers d’anciens légionnaires, et certains ont littéralement foutu leur vie en l’air à cause de la Légion. Ils se retrouvent à 40 ou 50 ans à la rue, sans argent, sans couverture sociale… tout cela parce qu’ils sont entrés à 10 ans dans la congrégation à cause des mensonges et des fausses promesses d’un recruteur vocationnel zélé.

Si rendre justice à ces personnes obligeait l’Eglise à dissoudre la congrégation et à revendre tous ses actifs… et bien il fallait le faire.

Le problème, c’est qu’elle s’est retrouvée devant un choix : soit on écoute les victimes et on accepte de rendre justice aux victimes qui ont été affectées par la Légion… soit on cherche à « sauver la Légion », comme on le fait depuis 70 ans.

L’Eglise a fait le choix le continuer à vouloir sauver la Légion. Hélas.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)