Poster un message

En réponse au message :

Paul Lennon interpelle les dirigeants de l’Eglise sur la Légion du Christ

Le lundi 18 janvier 2016

Bonjour Sérénité

Nous apprenons effectivement beaucoup avec cette déstabilisation. A faire la différence entre la constance amoureuse de Dieu pour chacun de nous et la contrefaçon autoritaire religieuse.

Mais nous apprenons aussi à nous rendre compte que l’éducation, quelle soit ou non religieuse, ne prévoit pas d’amener l’humain à une maturité psychologique et affective, à une certaine autonomie relationnelle et personnelle. Ca ne fait pas partie des enseignements prévus dans la plupart des familles ni même à l’école. Puisque l’objectif reste la subordination dans l’emploi et qui déborde par extension dans le champ social, relationnel, amoureux. D’où le passage d’une aliénation-dépendance familiale à une autre, que celle-ci s’incarne sur le plan scolaire, professionnel, amoureux, social, religieux, amical. Et conduit l’humain à reproduire davantage un schéma de pouvoir et de dépendance psychologique et affective sur la génération suivante et ainsi de suite, qu’une voie alternative.

C’est quelque chose qui m’interroge beaucoup tant dans mon métier d’enseignante que dans ma vie de jeune maman que dans mes relations aux autres. Je m’aperçois que nous ne cultivons pas du tout l’autonomie psychologique et affective, ne serait-ce qu’au plan familial et scolaire. Nous sommes restés finalement dans un rapport éducatif de domination tant de notre environnement que de nos congénères. Alors comment s’étonner que les religions ne soient pas dans le même schéma ?

C’est pourquoi il est nécessaire de remédier à ce manque. Changer notre façon de fonctionner à tous les niveaux, si vraiment nous ne voulons plus rester dans ces systèmes de dépendances successives qui constituent autant d’oppressions, de violences, de destruction intime.

Personnellement, peut-être parce que l’affaire qui me concerne date de 11 ans et que depuis de l’eau est passée sous le pont, la réflexion aussi, je n’ai plus de colère dans la mesure où je me rends compte que ce processus de domination des individus concerne tout humain. Pas uniquement les institutions, pas uniquement les religions. J’ai réalisé déjà depuis un moment que cette domination concerne bien sûr tous les lieux d’existence humaine.

Certains humains choisissent la voie du pouvoir de façon vorace parce qu’ils voient le système de dépendance à tous niveaux comme un moyen de domination et d’affirmation identitaire. Ils croient qu’ils seront dans ce mode d’action, les plus forts et qu’ainsi ils seront plus vivants. Mais cela les conduit à mettre notre terre à feu et à sang et finalement aussi à s’autodétruire.

D’autres vivent sous emprise de ces dominations, comme si hors de celles-ci, ils ne pouvaient ni exister, ni respirer. Alors qu’ils le pourraient sans aucun doute. Mais que la facilité, la peur de l’émancipation, le manque de confiance en soi freine et détruit au final.

En fait, les uns sont liés aux autres de façon morbide et non constructive. Qu’on se place d’un côté comme de l’autre, qu’est-ce qui ressort si ce n’est de l’aliénation et du malheur pour tous ?

Jésus effectivement, a voulu sortir de ce système (il l’a payé de sa vie), nous aider à sortir de ce système, quelques autres aussi, pour montrer également qu’il existe une voie existentielle alternative.

Je pense qu’aujourd’hui, à différents endroits de la planète, que nous soyons croyants ou non croyants, nous nous apercevons des limites du système de domination/soumission et nous cherchons plus que jamais à construire des voies alternatives dans tous les domaines de l’existence. C’est un mouvement intérieur/extérieur qui concerne tout un chacun dans chaque pays du monde. Quel que soit le niveau d’instruction, le niveau d’éducation. Simplement parce que chacun de nous saisit que si nous continuons comme cela, dans ce système domination-soumission généralisé, nous allons disparaître très rapidement et tout ce qui nous entoure avec.

Cette conscience individuelle et collective qui émerge avec de nouveaux modes de vie (villages d’entraide, coopératives, jardins partagés, entreprises autogérées), d’échanges (troc, sel, vide-greniers, internet, paniers bios, monnaies locales), de rapport au monde (différents de ce qui nous est proposé par le monde industriel, politique, religieux et bancaire), correspond à un nouveau stade d’évolution humaine. Nous l’accompagnons je pense lorsque nous dénonçons, alertons sur ce qui opprime l’humain au plan religieux. D’autres font la même chose vis à vis des abus du monde politique, industriel ou bancaire. Parfois au péril de leur vie. Mais tous nous savons qu’il est vital de mener ces démarches.

Et peu à peu, ce sursaut de protestation populaire et citoyenne un peu partout sur la planète amènera du changement, j’en suis persuadée. Mais nous vivrons encore bien des temps difficiles. Et nous y sommes déjà quand nous voyons actuellement l’ensemble des pouvoirs (religions, états, industriels, multinationales, banques) tenter de mettre la population financièrement, matériellement, spirituellement à genoux, par tous les moyens… A mesure que se révèle publiquement l’indignité des partisans de la domination/soumission, ces groupes accentuent l’oppression sur les peuples, pour tenter d’étouffer dans l’œuf le ferment de sa révolte. Regardez ce qui se passe actuellement contre les groupes alternatifs, contre l’indépendance de la presse, contre ce qui fait du lien social et permet au peuple de sortir de l’ignorance et de la résignation. Remarquez à quel point les puissants accélèrent les moyens de contrôle de la population (puces, robots, caméras de surveillance, états d’urgence, renforcement policier, climat entretenu d’angoisse)…Cela montre bien à quel point ils sont attachés à leurs intérêts et ont peur de tout perdre d’ici peu.

Au plan religieux, nous observons la même chose toutes religions confondues : un durcissement idéologique, structurel depuis la fin des années 80 et une montée de l’intégrisme qui s’allie au fascisme politique et économique. Je ne sais pas si sur le catholicisme romain, F1 fera différemment des prédécesseurs. Je l’espère sans trop y croire.

Il me semble plus génériquement, que nous arrivons aux limites du système de domination qui a toujours prévalu. Que tout le monde le sent mais qu’on ne voit pas encore l’aube se profiler. Mais dont nous pouvons être, si nous le voulons, quelques tisons ardents.

Alors il me vient au cœur ce chant de Jo Akepsimas que vous connaissez peut-être et que nous chantons encore le dimanche de temps à autre : Ta nuit sera lumière de midi (inspiré par différents versets d’Isaïe). J’ai l’impression que c’est vraiment un chant qui reste toujours d’actualité. Et qui peut nous aider à garder courage, confiance dans les temps que nous vivons.

Très cordialement Françoise

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)