Poster un message

En réponse au message :

Nous accusons !

Le mardi 22 mars 2016

Bonsoir Robert et Anne

Merci pour ce coup de gueule bien étayé et dit, légitime dans la situation douloureuse que vous avez vécue et que vous vivez encore. Je suis tout à fait dans le même sentiment que vous, concernant l’immense gâchis que ces crimes pédophiles ont engendré tant vis à vis des croyants, de la société civile, que du clergé et de l’institution elle-même.

Gâchis d’autant plus grand que l’institution vaticane s’était dotée dès 1947, d’une congrégation, « les Serviteurs du Paraclet », censée traiter et empêcher les prélats pédophiles de commettre de nouveaux crimes. Mais malgré les appels répétés d’alerte et les directives claires du fondateur et responsable de cette congrégation, Gerald Fitzgerald, directives données en 1962 au Saint-Office et aux évêques, piqûre de rappel au Pape P6 en 1965, le Vatican, l’Eglise catholique institutionnelle a choisi sciemment de tourner le dos à ces recommandations. Et de continuer à protéger les prêtres pédophiles plutôt que les enfants. Depuis plus de 50 ans, l’institution a donc permis viols et abus sexuels de religieux, prélats partout dans le monde, alors qu’elle aurait pu empêcher ces crimes, limiter grandement le nombre d’enfants victimes, dénoncer et mettre hors d’état de nuire les prélats et religieux pédophiles. Comment et pourquoi une telle forfaiture ?

J’ai transmis ces informations avec les liens anglo-saxons qui vont bien à vos enfants par le mail de l’association de la Parole Libérée. J’espère qu’ils pourront utiliser ces informations pour demander des réponses sur ce sujet à Barbarin mais aussi au pape et au collège des cardinaux par le biais de leurs avocats.

Nous avons tous besoin de comprendre pourquoi l’institution catholique romaine a fait le choix de sacrifier les enfants alors qu’elle pouvait les protéger des prélats pédophiles depuis au moins 54 ans. Pourquoi, alors que les Serviteurs du Paraclet ont un établissement en France (tenu secret mais certainement connu de l’épiscopat français depuis très longtemps), les prélats identifiés comme pédophiles n’y ont pas été placés et réduits à l’état laïc, dénoncés avec jugement pénal et prison ?

Pourquoi ces informations connues aux US fin des années 90 n’ont-elles pas franchi les frontières étasuniennes alors que la congrégation des Serviteurs du Paraclet a essaimé les établissements en Europe (Angleterre, Ecosse, France, Italie) ?

Notre institution cléricale doit avoir ces réponses ainsi que les médias américains qui n’ont pas transmis ces infos au plan européen, alors qu’ils les ont depuis fin des années 90, au moment de la fermeture du centre de Jemez Springs (pour cause de plainte pour pédophilie à grande échelle -les prêtres traités à Jemez Springs avaient quartier libre le week-end). Si nous avions eu ces infos plus tôt, il est fort probable que l’ensemble de la communauté catholique mondiale aurait pu demander des réponses concrètes au Vatican sur ce sujet, avec l’appui de l’ONU et du TPI.

Ceci dit, mieux vaut tard que jamais. Espérons juste que le Vatican, comme le haut clergé épiscopal, ne s’en tirera pas par une pirouette !

Plein de courage et de soutien à vos enfants dans leur démarche ainsi qu’à vous.

Cordialement

Françoise

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)