Poster un message

En réponse au message :

Yves Hamant : « Je ne crois pas que les choses aient beaucoup changé »

Le dimanche 24 avril 2016

Claire, pardonnez moi, mais j’ai l’impression de vous entendre réciter une leçon par cœur. Ce n’est pas parce que cette visitandine vous a dit que les communautés plus récentes ont des difficultés « sans commune mesure » que c’est vrai. Par rapport à tous les points que vous citez et que vous nommez « clefs de discernement » je peux vous dire que toutes les congrégations sont « à purifier ». Lorsque vous dites« force est de constater qu’ils proviennent en grande partie de Communautés dites nouvelles. » J’ai envie de vous demander ce qui vous fait dire cela, l’avez vous constaté vous même ? J’ai envie de vous parler d’un autre point de discernement : la persécution. De nombreuses fondations nouvelles ont subi des persécutions au cours de l’histoire, souvenez vous de st Claire qui a du échapper au projet familial pour aller suivre ce « gourou » de st François pour une vie de précarité plus qu’imprudente. Des foudres de l’Eglise subi par Don Bosco lors de sa fondation pour les enfants abandonnés, des grandes difficultés rencontrées par le père Lataste pour fonder la communauté de Béthanie. On leur reprochait toujours la même chose, de ne pas suivre les mêmes sentiers battus« Car les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux ». Je fréquente des religieuses et religieux depuis de nombreuses années, des équilibrées et des moins équilibrées, j’en ai rencontré autant dans les communautés classiques que dans les nouvelles. D’autre part, l’équilibre est une notion de physique qui sied mal à l’être humain , s’il veut suivre sa vocation, il se retrouve forcément en état de déséquilibre. Quant à moi, je suis une rescapée de st Ignace, vous savez, cette méthode de discernement qui a tellement fait ses preuves, que personne ne peut remettre en question parce qu’elle est garantie par l’expérience des années etc, etc. Elle a pourtant fait des dégâts avec moi et avec d’autres que je connais. Pourtant, je ne renie rien de ce que j’ai vécu, même si je suis tombée car la chute fait partie de ce « déséquilibre »de la vie spirituelle. Les soeurs de la congrégation ignatienne dans laquelle je suis entrée et sortie (avec une bonne dépression) sont restée des amies. Ce qui me choque dans notre Eglise c’est cette incapacité à accepter les spiritualités différentes. L’Evangile de ce jour m’a beaucoup interpellée, quand Jésus dit à ses disciples « aimez vous les uns les autres » « A cela on vous reconnaîtra comme mes disciples ». Je me dis qu’avec toutes nos divisions nous sommes bien loin de la communion que nous devrions vivre entre chrétiens et pourtant c’est d’elle que dépend l’Evangélisation. Vous allez me répondre que l’amour n’exclut pas la correction fraternelle. D’accord mais il faudrait nous interroger sur les intentions qui nous amènent à cette démarche, ce désir de purification pour les autres. Est vraiment dans un désir de plus grande sainteté pour nos frères ? Fraternellement

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)