Poster un message

En réponse au message :

Exclusif : les PV d’audition de l’affaire di Falco

Le jeudi 8 décembre 2016

L’oubli de l’agresseur est sans doute une manière de se rejeter soi-même ; « faire comme si », en relativement bonne conscience, doit aider à se croire guérit. De même, l’impossibilité pour l’agressé enfant ou adolescent de parler clairement, est sans doute une manière de se protéger du déni dans lequel se réfugie l’agresseur. Pouvoir parler à 41 ans, comme Marc me semble précoce, par rapport à deux expériences que j’ai de ce genre de situation. La parole d’une des personnes en cause -très proche depuis longtemps- fut rare et allusive pendant 20 ans ; je ne savais qu’en penser. Puis elle se fit moins floue quoique toujours rare. C’est vers 70 ans, qu’elle a pu cracher le morceau. L’agresseur n’étaient pas clerc mais enseignant de primaire, ce qui aurait pu - à mes yeux- rendre moins difficile la parole. Eh bien non ! L’autre personne a parlé vers 85 ans, là c’était au caté et de la part du curé, je compris enfin pourquoi elle se gardait fièrement du moindre contact avec des clercs.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)