Poster un message

En réponse au message :

« L’Opus Dei, une Eglise dans l’Eglise ? » par Pierre Emonet

Le lundi 17 avril 2017

On voit que l’article date de pas mal d’années car depuis, l’OD a augmenté ses troupes de 20 000 personnes et surtout, elle a augmenté son emprise tant sur différentes entreprises, que banques, que gouvernements et instances politiques de différents pays. La plupart du temps à l’insu de pas mal de croyants et citoyens.

En France, on sait que tout ce que compte notre société de notables a été visée par des tentatives d’emprise de la part de l’OD.

En premier lieu, les diocèses et les évêques, ensuite les chambres de notaires, les tribunaux, juges et cabinets d’avocats, les hauts fonctionnaires, les conseils généraux, régionaux, récemment le Conseil de l’Ordre des pharmaciens et certains laboratoires pharmaceutiques, les directions de banques et assurances, les directions de grandes entreprises industrielles et leurs cadres (au moins une partie), le Conseil de l’ordre des médecins, moins connu, une partie des psychiatres (très utiles pour droguer les adeptes pas assez soumis, qui doutent ou commencent à poser trop de questions), différents ministères (affaires sociales, logement, éducation, finances, intérieur) mais aussi la Cour des Comptes qui constitue un lieu incontournable d’exercice pour les plus brillants surnuméraires.

A ceci s’ajoutent des lobbys et fondations d’utilité publique, deux en France connues à ce jour :

  • La Fondation Lejeune (1998) dont la vitrine est de promouvoir et financer la recherche autour de la trisomie 21 et aider les familles.
  • La Fondation pour l’Ecole (2008), dont la vitrine est la promotion d’écoles hors contrat privées. Mais désire créer un maximum d’écoles privées opusiennes avec de l’argent public afin de pouvoir formater et multiplier le nombre d’adeptes en France.

Des associations : l’ACUT et l’OIDEL liées à la Fondation pour l’Ecole.

Au niveau des lobbys :

  • Genethique lié à la Fondation Lejeune : un lobby destiné à convertir médecins et secteur médical et para médical aux idéologies opusiennes
  • l’ancienne Fondation de Service Politique, aujourd’hui devenue Liberté Politique, lobby lié également à la Fondation Lejeune, lobby qui sévissait à l’Assemblée Nationale jusqu’en 2012 et espace destiné à convertir les fonctionnaires et hauts fonctionnaires de l’état aux idées opusiennes.
  • Alliance Vita ainsi que la Manif Pour Tous liées à la Fondation Lejeune mais aussi directement reliées à l’Opus Dei via différents dirigeants surnuméraires.

Une école de commerce à Marseille : l’EMD dirigée par un surnuméraire, destinée à fabriquer des dirigeants d’entreprises selon les vues opusiennes.

On retrouve également une proportion non négligeable d’opusiens dans les Associations Familiales Catholiques, mais aussi à l’APEEL, l’association des parents d’élèves de l’école libre, et quelques directeurs et directrices d’établissements scolaires catholiques sous contrat et hors contrat.

En France, plus que les banques (celle qui était la plus connue en France était celle d’Edmond Giscard d’Estaing, père de Giscard, mais on va trouver également des passerelles au Crédit Agricole, à la BNP), se sont les assurances qui sont liées à l’Opus Dei : Axa Assurances a depuis plusieurs décennies, des pdg opusiens (coopérateurs ou carrément surnuméraires) ainsi que de nombreux cadres surnuméraires. On trouve également Allianz, Generali, CNP suite à des rachats. L’OD a aussi énormément investi au Ministère des Finances, à Bercy, et à la Cour des Comptes. Tout ce que compte l’OD de surnuméraires hommes brillants passent par ces lieux incontournables quelques années.

Actuellement, le projet opusien vise l’éducation publique dans le but de la détruire. La Fondation pour l’Ecole, une de ses deux fondations, s’y emploie en cherchant à créer un maximum d’écoles hors contrat soit disant non confessionnelles mais qui ont toutes des directions liées à l’intégrisme catholique et un programme scolaire ultra minimal, assorti de militarisme car l’idée n’est pas tant d’éduquer scolairement que de dresser les enfants à l’obéissance.

Dans ces écoles Espérance Banlieues qui présentent une vitrine pour les jeunes en difficulté scolaire et sociale, les instits ne sont pas instits mais étudiants opérant un service civique, donc payés au minima et n’enseignent que ce que la direction leur demande.

Ces écoles sont un moyen pour l’Opus Dei de recruter du petit personnel à moyen terme, comme elle le fait dans d’autres pays où le groupe sévit.

Mathilde Nicolai qui a fait un mémoire sur l’OD et l’éducation au Chili, montre à quel point ce genre d’école est utile à l’OD dans ses projets d’emprise totale sur la société d’un pays mais aussi pour recruter des numéraires auxiliaires :

http://www.memoireonline.com/01/12/5163/m_LOpus-Dei-et-leducation-au-Chili.html

Ces écoles Espérances Banlieues commencent à inquiéter les pouvoirs publics mais aussi la société civile et différents professeurs de l’Education Nationale, constatant les dérives de ces écoles mais aussi l’imposture du contenu des programmes (évacuant de nombreuses matières scolaires) et les liens des différents promoteurs avec l’extrême droite, font s’interroger médias et société.

http://www.questionsdeclasses.org/reac/

Enfin, il faut parler du financement de ces écoles qui rassemblent différentes grosses fortunes et opusiens : Ladreit de Lacharrière, Henri de Castries, des anciens du milieu bancaire et affairiste, qui arrosent régulièrement différents politiques, partis politiques et institutions.

Mais aussi la création d’un fonds d’investissement : Raise. Un fonds au départ pour soutenir des entreprises « catholiques » créé par l’opusienne Clara Gaymard Lejeune et le neveu de l’ancien patron de l’OAS, Gonzague de Blignières.

Et pour parfaire cet entrisme et toucher un plus large public, rien ne vaut des camps virilistes pour hommes (Optimum, qui s’appelaient avant Au Cœur des Hommes). Associée à la Communauté de l’Emmanuel et les Béatitudes, l’Opus Dei via un cadre opusien travaillant chez Michelin, Clément Lescat et quelques autres cadres de la même entreprise mais aussi d’Axa, se proposent de reviriliser des hommes avec un discours particulièrement sexiste, notamment dans les conférences animées par l’aumônier du collège parisien catho Stanislas, qui devient un repère de tout ce que la cathosphère facho compte de recrues : Philippe de Maistre.

Dernièrement un reportage au 20H de France 2 s’en est fait l’écho. La chaîne devait-elle de l’argent à l’OD ou à la communauté de l’Emmanuel pour faire cette publicité ridicule ?

On se le demande.

Les affaires politiques mêlant certains noms opusiens ici cités et différents politiques (l’affaire Fillon est sans doute la plus révélatrice mais elle rejoint aussi l’affaire le Pen et l’affaire Macron via différents acteurs), révèlent des projets politiques et financiers bien plus intensifs que jamais auparavant.

Est-ce le virage fasciste des USA avec Donald Trump en président qui fait se révéler ces projets glauques ? Ou alors simplement l’application systématique et régulière de ce que l’OD pratique tant en Espagne que là où elle compte le plus de numéraires et surnuméraires ?

En France, on sait que le cardinal Barbarin a une de ses soeurs haute surnuméraire à l’OD. Le clergé français est donc partiellement sous la coupe de l’Opus Dei depuis sa nomination en 2002.

Comment donc pouvoir espérer des réformes et une perte d’influence de l’OD ne serait-ce que dans la vie cléricale ?

Et si l’on prend en compte les différents secteurs où agit l’OD au quotidien, on comprend aussi le danger d’un contrôle totalitaire plus global et qui ne dit pas son nom, à l’insu de l’immense majorité des catholiques et de la société dans son ensemble.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)