Poster un message

En réponse au message :

« L’Opus Dei, une Eglise dans l’Eglise ? » par Pierre Emonet

Le mercredi 31 janvier 2018

En avant première :

Un livre belge aux éditions Jourdans sur l’Opus Dei, de Philippe Liénard, franc-maçon belge.

http://editionsjourdan.com/lopus-dei-monde/

Paru il y a quelques jours en Belgique et à paraître en France au plus tard en mars prochain. Un article y fait référence, ainsi qu’un entretien avec l’auteur en bande audio :

https://www.frequenceterre.com/2017/11/27/entretien-exclusif-lopus-dei-sainte-mafia-secte-chemin-de-saintete-lobby-multinational/

L’auteur insiste sur le déplacement de la direction générale de l’Opus Dei, en France, une première depuis la création du groupe. Ce qui laisserait supposer aussi un changement politique. Est-ce en rapport avec le fait que l’épiscopat français est aujourd’hui davantage protecteur et aidant que l’épiscopat espagnol ?

Ce qui est à noter depuis quelques années, c’est en tout cas que tout ce qui relève des opérations de communication, de visuels graphiques et des orientations publicitaires de l’OD, viennent de France et en particulier du centre névralgique décisionnel, à savoir la Fondation Lejeune. C’était visible l’an dernier de comprendre au travers de différentes opérations de communication, que la communication visuelle espagnole reprenait les mêmes codes, les mêmes caractéristiques visuelles que la communication concernant la Manif Pour Tous. On retrouve également les mêmes typographies, les mêmes registres de couleurs, des similitudes dans les slogans. On voit donc que le choix graphique vient au départ de Paris, pas de la maison mère espagnole. C’est ainsi que l’on comprend le déplacement décisionnel français. On peut également comprendre que l’OD considère désormais la dynamique plus puissante en France qu’en Espagne pour trois raisons :

  • La création du nouveau parti politique Sens Commun qui doit permettre à l’OD et ses partenaires (FSSPX et Emmanuel) de pouvoir conquérir du pouvoir politique. Avec aussi un espoir de fusion et de rassemblement avec Marion Maréchal le Pen. Tout en maintenant une forte présence dans la formation Les Républicains et au FN et ses groupuscules alliés.
  • La Manif Pour Tous et les 3 fondations opusiennes (Lejeune, Alliance Vita, Pour l’Ecole) qui sont à la manœuvre à l’arrière plan et qui alimentent davantage en argent l’OD que les fondations et œuvres espagnoles.
  • Les médias nouveaux de l’extrême droite, alimentés en partie par des jeunes partisans ou des sympathisants de l’OD. Il s’agit de Limite mais aussi de l’Incorrect, deux revues jeunes, liées en partie à la Manif Pour Tous et à l’OD, mais aussi à l’extrême droite en général et ses différentes lignes idéologiques. On y retrouve Eugénie Bastié, de temps à autre Thérèse Hargot, Charles Beigbeder, bien sûr Paul Piccarreta, Gautier Bès de Bec, Mariane Durano, Gabriel Robin, Laurent Meeschaert, Jacques de Guillebon…

Au travers de ces nouveaux médias, on assiste à l’infiltration des fameuses conférences Ted (conférences promotionnelles et élitistes américaines, qui ont été adaptées en France à l’initiative de Christine Ockrent par Michel Levy-Provençal) par au moins deux sympathisants de l’OD et des idées de l’OD : Adrien Rivierre (ancien secrétaire particulier de l’opusienne Clara Gaymard Lejeune chez General Electric et faisant à présent partie de l’équipe manager de l’agence parisienne des TedX) et Philippe Alexandre (proche d’Alain Madelin et de la Manif Pour Tous). On comprend donc pourquoi une certaine Thérèse Hargot a pu faire une conférence TedX, dans un cadre qui n’est pas uniquement conservateur ni au départ structurellement opusien (même s’il peut en adopter certains codes, notamment comme club privé élitiste). Thérèse Hargot est passée par l’organisatrice TedX femmes, Béatrice Duboisset. Personnellement, je soupçonne les opusiens de l’agence Ted Paris de lui avoir recommandé cette proche de l’OD comme un service.

Tout l’art de l’OD est de s’infiltrer là où il faut être au plan mondanités, en lien toujours avec des centres idéologiques et décisionnels où se brassent l’argent et les affaires.

Les conférences Ted créées en 1984, ont été un outil de promotion aux US de l’ultra libéralisme et des idéologies américaines du moment auprès d’un public riche, épris de savoirs nouveaux mais sans connaissances pointues. Le format des conférences Ted, ne dépassant pas 18 minutes, il faut que le conférencier vende sa soupe comme un publicitaire. Il est donc briefé par une équipe de spécialistes de la communication pour délivrer son message, le plus concis possible, message qui va évidemment appuyer, justifier la plupart du temps, le modèle politique et économique dominant ou qui doit dominer.

La médiatisation de réussites financières, artistiques, médias, informatiques, écologiques, entretient toute la mythologie du self made man, mais aussi alimente la fascination pour le modèle américain, celui des élites financières, technologiques, des industriels et des milliardaires de la liste de Forbes.

L’internationalisation de ces conférences permet aux US de continuer à peser culturellement et politiquement en Europe. On pourrait dire que ce type de conférence, c’est un peu le prolongement contemporain des opérations post seconde guerre mondiale de la CIA sur la culture au sens large, culture européenne, en la maintenant sous domination américaine. Les TED seraient la version nouvelles technologies de la formule déjà bien implantée en Europe depuis les débuts de la guerre froide.

Je renvoie les lecteurs qui s’y intéresseraient à l’excellent documentaire d’Arte diffusé en 2013 et encore visible sur Dailymotion :

Mais aussi à Wikipédia sur ce que sont ces fameuses conférences :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Conf%C3%A9rence_TED

Ainsi que sur cet article critique bien argumenté sur ces conférences :

https://mauvaisescience.wordpress.com/2016/05/29/les-conferences-ted-elitisme-conformisme-et-demonstrations-de-perceuses/

Est-ce que les organisateurs français Ted sont conscients de tout cela ou pas du tout ? N’est-ce finalement qu’une mode et un nouvel outil promotionnel capitaliste ultra libéral atlantiste, au service d’un bal des ambitieux, triés sur le volet ?

En tout cas, c’est comique de voir l’OD s’y intéresser via ses adeptes et coopérateurs ayant entre 20 et 55 ans, et foncer dedans tête baissée pour faire partie des organisateurs et donc y placer ses pions comme conférenciers, animateurs.

Pour conclure sur le nouveau livre d’enquête dont je vous parlais au début de ce message : je ne sais pas ce que vaut ce livre de Philippe Liénard, ni s’il apportera du nouveau en matière de connaissances sur l’OD. Je l’espère. L’auteur s’affichant franc-maçon, parlera-t-il des échanges et des passerelles entre la franc-maçonnerie et l’OD, des similitudes et de ce qui éloigne les deux formations ? A lire au moins pour se faire une idée.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)