Poster un message

En réponse au message :

« De l’emprise à la liberté » Conférence du père Pierre Vignon

Le vendredi 14 juillet 2017

Très belle intervention. Merci du partage, Xavier. On aimerait voir plus de prêtres comme le père Vignon, conscients des problèmes de dérives sectaires et engagés sur le sujet.

Je me suis trouvé le témoignage de Renata (l’ex membre des Focolari) sur ce site :

http://pncds72.free.fr/319_focolari.php

Peut-être faudrait-il rajouter les Focolari à la liste des communautés controversées ? Je ne sais pas vraiment s’il y a une implantation en France ou pas. Mais au regard du témoignage de Renata, on retrouve les mêmes logiques d’emprise que dans le reste de la liste des communautés.

Ce qui m’a frappée dans son témoignage, c’est quand elle fait le lien entre les Focolari et le fascisme italien comme le fascisme allemand. Le terme de Capo-zone, mais aussi d’autres termes en lien avec le mouvement fasciste mussolinien et nazi, montre bien la parenté. Je ne sais pas si vous avez pu en discuter avec elle au congrès, si elle était présente, mais c’est une dimension qu’on retrouve je trouve dans plusieurs communautés déviantes et sectaires catholiques. Cet aspect ultra conservateur, fasciste, on le retrouve aussi dans la Légion du Christ, l’Opus Dei, le Chemin Néocatéchuménal, la FSSPX, Ichtus, la Cité Catholique. Ca peut être un peu moins évident sur d’autres groupes, je pense notamment aux différentes communautés du Renouveau Charismatique, qui se sont plus coulées dans une fausse image hippie et progressiste en lien avec l’aspect New Age de leurs origines. Mais si on gratte un peu derrière cette vitrine qui sert aussi de piège, on retrouve les mêmes idéologies fortement réactionnaires issues de familles plutôt aisées, préoccupées par une forme de contre-révolution catholique, souhaitant ressusciter un système autoritaire sinon totalitaire religieux et politique qui remettrait l’ensemble des citoyens sous emprise et domination par la terreur. Quelque part, chacun de ces mouvements souhaiterait un système politique et religieux à la Franco, dont ils seraient les zélés soldats.

Renata dans son témoignage, lie les Focolari à Paul VI qui, avant d’être nommé pape, avait participé à l’organisation de la fuite des nazis en Amérique du Sud. On retrouve aussi le même Paul VI en soutien des Légionnaires du Christ, comme en marche-pied de l’OD même si avec plus de réserve. JP2 augmentera ce soutien en attribuant à ces groupes tout un tas de fonctions vaticanes (communication, finances, gestions diverses) et une mise en avant médiatique sans précédent. Tout ça en croyant pouvoir préserver et prolonger une institution largement corrompue et ayant protégé et soutenu des dictateurs fascistes au nom de Dieu, de statut politique et territorial également. Les accords de Latran de 1929 mais aussi l’histoire fasciste italienne le montrent suffisamment :

https://amnis.revues.org/1709

Est-ce au regard de ces intérêts particuliers du Vatican que nous devons, nous croyants, supporter et voir ces groupes communautaires déviants, sectaires et intégristes, progressivement tenir les rênes du pouvoir religieux catholique romain tout en aliénant et détruisant un nombre considérable de jeunes et de familles ?

Si le Vatican a pris quelques distances relativement récentes d’avec le fascisme (affaire Williamson), dans le concret quotidien, n’est-ce pas plutôt le seul signal d’éloignement pour des liens toujours plus étroits avec les pires politiques et dérives intégristes et sectaires ?

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)