Poster un message

En réponse au message :

« De l’emprise à la liberté » Conférence du père Pierre Vignon

Le mardi 25 juillet 2017

Bonjour Renata

Merci pour votre intervention. Et merci pour votre témoignage sur http://pncds72.free.fr Je l’ai trouvé très riche, très détaillé et particulièrement intéressant.

J’ai une question pour vous sur l’hypothèse que vous développez dans ce témoignage, concernant les liens avec le fascisme notamment au niveau du vocabulaire utilisé par le mouvement des Focolari :

Pensez-vous depuis que vous avez écrit ce témoignage qu’il y a effectivement un lien entre le fascisme italien de l’époque de la seconde guerre mondiale et sinon la création, du moins l’organisation basée autour d’un principe fasciste ?

Personnellement, si je reprends l’Histoire italienne, je me pose la question d’un lien entre les Focolari et le désir des classes sociales possédantes italiennes, des industriels comme des propriétaires terriens, nostalgiques de la monarchie et pensant, à la fin de la guerre, qu’un retour du roi serait possible (comme alternative au fascisme mussolinien) et qu’il était important dans ce but, de promouvoir chez les jeunes et notamment les jeunes filles, un catholicisme radical d’essence monarchique et d’organisation monarchique.

Chez nous en France, cela a eu lieu beaucoup plus tôt, via ce que nous avons appelé la Contre-Révolution catholique, pour tenter de remettre en selle politiquement et religieusement, une monarchie de droit divin, en lieu et place de la république et de la laïcité. Le mouvement de l’Action Française de Maurras était le fer de lance au début du 20e siècle, aidé par toute la jeunesse dorée française pour casser la république et remettre en place une monarchie. C’était là l’ambition. Qui fut renouvelée par le groupe terroriste la Cagoule, puis sous le régime de Vichy par Pétain. Et qu’on retrouvera avec les mouvances intégristes catholiques schismatiques des années 60 comme la FSSPX (Fraternité St Pie X), mais aussi la Cité Catholique de Jean Ousset, le groupe Ichtus et qu’on retrouve encore dans l’extrême droite française sous le vocable de légitimistes, du Parti Démocrate Chrétien de Christine Boutin mais aussi de catholiques intégristes liés à l’Opus Dei et à la FSSPX principalement.

Alors je me pose la question si finalement, les Focolari ne seraient pas la version féminine italienne de la contre-révolution catholique française, dans une version moins militariste et plus caritative mais toute aussi monarchiste et élitiste et poursuivant les mêmes buts de restauration monarchiste ?

D’autant que Trente, lieu de création des Focolari, semble une enclave catho intégriste et monarchiste (lié à la monarchie autrichienne des Habsbourg) dans une Italie du nord plutôt laïque et républicaine. Et n’oublions pas que Trente fut le lieu il y a bien longtemps d’un concile convoqué pour lutter contre la réforme luthérienne. N’en est-il pas resté quelque chose au plan politique, religieux, idéologique qui illustrerait assez l’état d’esprit décrit par Lampedusa dans son roman du Guépard, repris par la suite au cinéma par Visconti ?

« Il faut que tout change pour que rien ne change et que nous restions les maîtres… »

Je ne sais pas du tout si vous avez travaillé et enquêté sur tout cela depuis votre sortie des Focolari, mais ça vaudrait peut-être le coup de mener cette enquête pour comprendre les origines historiques et sociales du mouvement et l’influence d’aristocrates italiens sur Chiara Lubich à la fin de la seconde guerre mondiale et de la chute de Mussolini .

Il me semble, que comme pour l’Opus Dei, en lien avec la dictature de Primo de Rivera mais aussi la monarchie espagnole puis la dictature franquiste, on ne peut pas cerner vraiment le mouvement des Focolari en Italie et l’objectif idéologique et politique réel poursuivi (derrière la vitrine sociale séduisante) si l’on ne contextualise pas historiquement le groupe, ses influences et hors de toute histoire officielle montée par ses coopérateurs zélés qu’ils soient religieux ou laïcs.

J’essaie de mener cette enquête sur l’Opus Dei de mon côté, en tant que fille d’ex surnuméraire assassiné par des membres de l’Opus Dei. Ca me paraît très important pour comprendre les motivations des origines et ce qui a forgé la nature criminelle, fasciste et monarchiste de l’organisation de Escriva de Balaguer. Et je pense par extension, qu’il faut pouvoir faire ce travail historique sur les mouvements catholiques dérivants comme celui que vous décrivez et auquel vous avez participé. Sinon, on ne peut traiter et déplorer que la partie émergée de ces mouvances, sans en comprendre ni pouvoir expliquer les motivations, les racines et les réseaux. Ce qui leur permet de pouvoir continuer d’abuser et de manipuler des croyants mais aussi la société civile dans son ensemble et le clergé bien sûr.

Deuxième question :

Le mouvement Focolari dispose-t-il de liens avec Communion et Libération, autre mouvement catholique réactionnaire dérivant et sectaire italien ?

Dans ce que vous expliquez et décrivez, je trouve pas mal de points communs avec le côté gourou au plan de la dépendance des adeptes, mais aussi d’une certaine emprise dans la société italienne politique, sociale. Certes, les scandales de Communion et Libération autour du détournement d’argent destiné aux repas des migrants dépassent largement les activités des Focolari. Mais il semble quand même que le fonds idéologique qui sert aux adeptes soit de même nature.

Bien cordialement à vous Françoise

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)