Poster un message

En réponse au message :

« De l’emprise à la liberté » Conférence du père Pierre Vignon

Le dimanche 19 novembre 2017

Je me permets de réagir. Je suis heureux qu’un tel livre soit enfin publié. Cela dit, j’aurai aimé être contacté. En effet, j’ai été victime de la Communauté des Béatitudes, une secte dans l’Eglise. Voici donc mon témoignage.

Pourquoi suis-je entré aux Béatitudes ?

Je suis entré dans la Communauté des Béatitudes parce que j’avais une soif de spirituel. Je voulais réellement vivre une expérience personnelle avec le Christ. J’allais déjà à la messe quotidiennement, j’adorais le St Sacrement chaque vendredi soir, je priais le bréviaire et le Rosaire. J’allais me confesser chaque semaine et je pratiquais le jeûne. De plus, je recherchais la guérison. Étant issu d’une famille dysfonctionnelle, j’ai subi, enfant, la violence d’un membre de ma famille alcoolique et des attouchements sexuels par un oncle. Je voulais donc vraiment que Jésus-Christ vienne m’habiter, me guérisse et face moi un saint, ainsi que son instrument. Un groupe de prière du Renouveau Charismatique m’avait fait connaître la Communauté des Béatitudes de Thy-le-Château qui organisait des sessions de « guérison ». Je suis donc entré dans la Communauté des Béatitudes de Thy-le-Château en Belgique entre 1998 et 1999.

Ce qui m’a séduit

Ce qui m’a séduit dans cette communauté sont les points suivants : • La redécouverte des racines juives de la Foi Chrétienne. Car Jésus, dans sa nature humaine est juif. • La volonté d’accompagner l’humain dans ses trois dimensions : esprit âme et corps.

Le conditionnement

Il fallait pratiquer le jeûne 72 heures par semaines au pain et à l’eau. Pour cela, la communauté s’appuyait sur les « apparitions » de la Vierge Marie à Medjugorje. Celle-ci aurait demandé de jeûner au pain et à l’eau le mercredi et le vendredi. Mais la communauté rajoutait une journée. Le but était de casser la personne.

Je devais m’occuper de tous les travaux. J’étais à la fois boulanger, homme de ménage, ouvrier, jardinier, cuisinier. Je devais me couper en 10 pour faire vivre cette « communauté ». Sans compter la vaisselle, surtout le soir, que beaucoup fuyaient à cause de la fatigue. C’était très intense surtout lorsqu’il y avait des retraites.

En plus, il y avait 4 heures de prières par jours : Laudes, Eucharistie, Rosaire, adoration perpétuel du St Sacrement à tour de rôle, les vêpres et les complies. À cela s’ajoutait la liturgie du Sabbat le vendredi soir.

De plus, l’hiver, dans ma cellule, je n’avais pas de chauffage.

La manipulation

Il ne fallait pas réfléchir et être toujours dans le ressenti. La raison n’existait pas. Les communautaires étaient soupçonneux dès que je parlais de science. Ils opposaient la Bible et la science, la Foi et la science.

Il fallait que je me convertisse radicalement. Ils ne tenaient pas compte de mon histoire, de mon éducation et de la culture dans laquelle je suis né.

Tout était dans l’émotionnel. Le « love bombing » était de mise avec des embrassades « fraternelles » et des paroles suaves sur un Jésus miséricordieux. Tout n’était qu’apparence afin de lâcher les défenses.

Et puis, il y a l’accompagnement psycho-spirituel, une gnose que le Renouveau Charismatique à introduite dans l’Église Catholique Romaine, y compris chez les protestants. J’ai été victime de souvenirs induits par la psychogénéalogie chrétienne. Il fallait faire son arbre généalogique. Le berger de cette communauté, le Père Damien Veringhen, priait donc en langues sur l’arbre généalogique et remontait ainsi dans le passé de génération en générations jusqu’Adam et Eve pour découvrir d’où venaient nos problèmes psychologiques. Mais, pour certaines personnes accompagnées durant les sessions de guérison, cela allait très loin. Ainsi, une personne avait mal à la gorge et un communautaire a prétendu que si la personne avait mal à la gorge s’était parce que l’arrière arrière-grand-père de celle-ci a été guillotiné ou s’est pendu. C’est délirant n’est-ce pas ? Le Père Damien Veringhen citait souvent une parole du Talmud qui disait en résumé : « Retourne à tes racines et tu sauras où tu vas ». Ainsi, il mélangeait le plan spirituel (Dieu est Source et Origine de tout notre être), et le plan psychologique (Freud, névrose, psychose etc…) Le Père Damien Veringhen utilisait aussi sur moi la Programmation Neuro-Linguistique. Il m’imposait ainsi une grille de lecture. Il utilisait l’hypnose ericksonienne pour endormir ma raison. C’est ainsi qu’il me faisait « remonter » jusque dans le ventre de ma mère. Il m’a ainsi fait croire, par des paroles de « connaissance » qu’il aurait su de Dieu, que ma mère ne me désirait pas. Ce qui était faux après que j’ai vérifié. Je rappelle que le Père Damien Veringhen n’avait ni de formation médicale, ni psychologique. Il avait une maîtrise d’art floral.

Les communautaires me culpabilisaient, certains m’humiliaient et me rabaissaient, parce j’étais fatigué à cause du rythme de la communauté. De plus, je ne priais toujours pas en langues, ce qui était mal vu. Il parlait du don de soi. Je n’avais pas le temps de prendre du recul, ni d’écrire du courrier.

Je ne pouvais pas me retrouver seul. Surtout lorsqu’un retraitant venait me parler. Je ne pouvais pas parler librement. Dans la communauté régnait une vraie dictature.

La communauté avait accueilli une personne avec un handicap. Les communautaires n’hésitaient pas à augmenter son traitement si elle causait problème. Cela sans l’avis d’un médecin spécialiste.

Le Père Damien Veringhen, le berger, me répétait souvent qu’il fallait me remettre en question. Il fallait que je remette en cause ma Foi !

La diabolisation et le manichéisme

L’esprit critique est considéré comme une possession. Un jour, j’avais dénoncé le manque d’hygiène. En effet, les communautaires allaient chercher de la nourriture à la banque alimentaire. Ils stockaient les aliments dans le local à poubelles ou des rongeurs venaient. Ils servaient aussi du pain moisi lors des retraites. Eh bien, ils m’ont dit que c’était Satan qui parlait en moi. J’ai dû subir des prières de délivrances. La maladie, la colère, l’esprit critique et même l’homosexualité étaient considérée comme une possession. Les communautaires diabolisaient aussi le monde qui était habité, selon eux, par Satan. La raison était aussi diabolisée. Car, ils interprétaient à la lettre la Bible. Pour cela, ils ont non seulement instrumentalisés la Bible, ainsi que mon passé douloureux, mais aussi l’œuvre de Jean de la Croix qui parle du combat spirituel.

Ma sortie

J’étais enfermé psychologiquement et physiquement. Au bout d’une année, dès l’aube, j’ai récupéré mes affaires, mes papiers et mon argent en cachette et je me suis sauvé. Je suis revenu à Lille. Je ne savais plus où j’en étais de ma vie et de ma Foi. Lorsque je me suis confié aux chrétiens que je connaissais, ils ne m’ont pas cru. Ils me prenaient pour un fabulateur et un affabulateur.

J’ai même prévenu l’Église qui elle non plus n’a pas voulu m’écouter. Pendant 8 ans, j’ai dû me résigner à me taire parce que personne ne me croyait.

Les associations anti-sectes

Je me suis donc tourné vers les associations anti-sectes qui m’ont cru. Ce sont elles qui m’ont dévoilés les abus sexuels sur enfants de Pierre-Etienne Albert. Mon sang n’a fait qu’un tour. J’ai donc décidé de relancer mon témoignage. J’ai témoigné dans l’émission de Karl Zéro et dans les journaux régionaux. J’ai appris aussi que le Père Damien Veringhen, berger de la communauté des Béatitudes de Thy-le-Château, avait quitté la communauté et le sacerdoce, en 2002, pour accomplir son homosexualité. Je fus très surpris car je n’avais rien vu. Il tiendrait un magasin de fleuriste avec son compagnon. Les associations anti-sectes m’ont aussi ouvert les yeux sur Gérard Croissant et ses abus sexuels. Mais aussi sur l’argent. Car, en général, toutes les communautés des Béatitudes ont des châteaux. Alors que pour se nourrir, les communautaires allaient à la banque alimentaire ou au Resto du Cœur.

Aujourd’hui

Le monde est ce qu’il est. Il est imparfait. Mais, ce n’est pas le monde qui m’a fait perdre la Foi. C’est l’Église Catholique par son silence. Car, elle était parfaitement au courant des abus spirituels et sexuels au sein de cette communauté.

J’ai finalement retrouvé la Foi par la raison en comparant toutes les religions.

J’ai pris de la distance par rapport à la religion et à l’Église Catholique Romaine.

Je me suis orienté vers une Foi Chrétienne plus intérieure, non rituelle.

Moi qui continue à avoir une soif spirituelle, je suis totalement déçu par l’Église Catholique Romaine. Entre autres tous ses scandales, la montée de l’obscurantisme et de l’intégrisme, une autre chose m’inquiète. Ce sont les fausses doctrines, comme le psycho-spirituel, que tous ces mouvements sectaires ont introduit dans l’Église Catholique Romaine. Elles sèment la confusion doctrinale.

J’ai donc renoncé à mon baptême. J’ai gardé la Foi en Dieu. Mais j’ai quitté l’Eglise Catholique Romaine devenue une Babylone corrompue par le Pouvoir, l’Argent, et la pédophilie de ses prêtres (que je considère plutôt comme des fonctionnaires de l’Institution Eglise). Car l’Eglise savait depuis des années, et elle n’a rien fait ! Les prêtres ne sont plus des docteurs de la Foi, mais des clowns. Ce n’est plus Jésus qui est présent dans le pain consacré, mais les victimes de la pédophilie des prêtres et du psycho-spirituel. Ces victimes sont sacrifiées sur l’autel de la pseudo-crédibilité de l’Eglise.

Voilà, j’en ai terminé avec mon témoignage. Je suis dur par rapport à l’Église, mais, il faut se mettre à ma place. J’admets avoir idéalisé l’Église, mais, elle était ma caution en entrant aux Béatitudes. Je me sens donc trompé et trahi par elle. Je suis déçu.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)