Poster un message

En réponse au message :

Le père Bernard Peyrous démis de ses fonctions

Le vendredi 3 novembre 2017

Bonjour Michel

Oui, je pense que pour une bonne part, Marthe a participé à une immense escroquerie pseudo mystique, orchestrée par l’entourage religieux autour d’elle et dont elle était l’actrice principale, en échange d’une prise en charge totale médicale, sociale sur des décennies, dépense et entretien qu’il aurait été impossible à sa famille d’agriculteurs d’assumer financièrement.

Ceci étant, vous avez tout à fait le droit de voir les choses autrement pour votre cas personnel uniquement. Mais pensez un peu aux millions de victimes en lien avec cette femme à la fois utilisée par une partie du clergé, manipulée et manipulant elle-même…

Difficile quant à moi, d’y voir quoi que ce soit de saint et de sain.

Les autres ordres religieux ont connu certaines dérives mais elles ont été davantage cachées parce que le niveau d’information était bien plus faible auprès des populations et que les populations étaient très peu éduquées jusque dans les années 60. Il était donc facile en menaçant un peu les victimes de leur imposer silence. Regardez pourtant depuis 20 ans comment des hommes et des femmes de près de 80, 90 ans parfois, se révoltent et révèlent les abus des colonies pénitentiaires cathos, dénoncent les viols, les vols de bébés en couvent prison, les humiliations, les meurtres, la maltraitance, le travail forcé, l’exploitation, l’utilisation comme cobayes pour des industries pharmaceutiques qui payaient ces institutions pénitentiaires religieuses…Ces personnes âgées victimes, souvent croyantes, ont attendu de pouvoir être sûres d’être entendues, et reconnues dans leurs souffrances au plan public, pénal aussi, pour dénoncer la violence cléricale de certains ordres religieux traditionnels mais aussi de l’institution cléricale dans son ensemble.

On peut donc dire que c’est le niveau d’éducation des individus, le niveau d’information, le changement sociétal qui a permis que même des ordres anciens soient enfin contestés pour leurs crimes et révélés pour les atrocités commises. La loi du silence tenait plus à l’ignorance, à l’intimidation et au poids politique et social qu’avait l’Eglise durant très longtemps et qui lui assurait cette impunité perpétuelle, lui permettant aussi d’opérer un déni profond, qu’à une réelle exemplarité morale.

Ces abus criminels ont toujours été décrits par de nombreux écrivains, philosophes depuis des siècles, personnalités qui en avaient été témoins, quelquefois victimes ou bien dont certains proches avaient été victimes. Ces crimes ne datent donc pas d’hier et ne sont pas l’exclusivité des communautés catho intégristes récentes. C’est évident. Et je suis bien d’accord avec vous sur ce chapitre.

Mais dire cela n’enlève pas pour autant l’insupportable et le nombre de crimes commis par ces communautés de la Nouvelle Evangélisation, le nombre exponentiel de victimes et l’ampleur que prend la catastrophe spirituelle. Avec le soutien plein et entier de nos épiscopats et du Vatican, complices, promoteurs et protecteurs de ces groupes criminels, présentés en plus comme la crème de la crème du catholicisme.

On croit rêver…quand il s’agit en réalité d’un cauchemar bien réel. Et dont il faut sortir en appelant un chat un chat et non plus, en cherchant des excuses ou des circonstances atténuantes aux uns et aux autres.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)