Poster un message

En réponse au message :

Le père Bernard Peyrous démis de ses fonctions

Le mercredi 8 novembre 2017

Bonsoir Isabelle

Je ne suis pas sûre que laisser comme argument d’autorité des liens sur un auteur antisémite, Léon de Poncins, collabo, formé par Darquier de Pellepoix (antisémite notoire français) soit judicieux pour appuyer votre démonstration. D’autant qu’il fit parti des idéologues de la contre-révolution catholique dans les années 30-40. Et justement, le complot judéo-maçonnique y compris dans les droits fondamentaux humains, fait partie depuis toujours du discours contre-révolutionnaire catholique, disponible encore aujourd’hui sur des blogs monarchistes et contre-révolutionnaires, mais aussi au sein de différents groupes dont l’OD. Donc sans le faire exprès du tout, vous me donnez raison.

Jean Guitton, Marie-Dominique Philippe sont issus également de ces idéologies et du pétainisme concernant Guitton, qui en fut un des principaux idéologues et défenseur. Or se sont ces deux hommes qui ont médiatisé Marthe Robin au-delà du père Finet. Avant les années 80, Marthe n’était connue qu’un cercle catholique très restreint, et restreint sur des idéologies identitaires, ultraconservatrices, contre-révolutionnaires et plutôt très très loin voire opposées à Vatican 2.

Marthe Robin commencera à être connue des catholiques dans leur ensemble à partir du moment où le renouveau charismatique dans les années 80, formé par Guitton et MD Philippe, s’occupera de médiatiser Marthe auprès des jeunes via l’Emmanuel et les Béatitudes principalement.

Et se sont des groupes qui en tant que communautés religieuses réactionnaires, utilisent le dolorisme, le corps souffrant pour dominer les individus, les fasciner aussi par le mysticisme (vrai ou falsifié peu leur importe, l’essentiel étant l’exaltation de la souffrance). Ce procédé fait partie des caractéristiques idéologiques de tout mouvement religieux réactionnaire, intégriste. Vous retrouvez ça dans toutes les religions. Mais ça ne constitue pas le commun de la pratique religieuse catholique, contrairement à ce que vous avancez.

Je sais bien qu’au sein de l’Opus Dei dont vous étiez membre, c’est une valeur incroyablement importante. Justement parce qu’il y a l’idée du martyr, de l’auto flagellation permanente dans un but de culpabilité permanente aussi, de honte, de mépris du corps, d’exaltation de la souffrance. Elément qu’on retrouve en Espagne depuis longtemps dans la secte des flagellants et qui conduit encore la dynamique de certaines processions des Rameaux et de la Passion en Espagne. Mais ce n’est pas le fond de la pratique religieuse catholique, loin de là. Ce le fut fin du Moyen Age et au 19e siècle pour des raisons de domination (par l’Inquisition d’une part, mais aussi d’autre part, par la reconquête des années 1830 et la contre-révolution maurrassienne), mais, heureusement, on ne peut pas réduire la pratique catholique à cela.

L’Eglise en tant qu’institution a régulièrement été agitée par des luttes de pouvoir. Et l’on peut dire que Vatican 2 fut pour un certain nombre de clercs épris de domination, de monarchie absolue et de fascisme, de racisme et d’antisémitisme, une réelle catastrophe. Le groupe animé par Guitton et MD Philippe, à la base des créations des communautés nouvelles, était de ceux-là. Et ils ont aidé à fonder ces communautés dérivantes qui font tant de mal sur des concepts ultra conservateurs et opposés à Vatican 2 tout en s’en réclamant en même temps. Les gens qu’ils ont recrutés, en se servant de Marthe Robin comme outil de fascination mystique, comme oracle de justification de leurs œuvres et de leurs personnes, étaient déjà pour une bonne part dans des idéologies proches des leurs. Et ils ont créé ces communautés dans un but de rééducation de la jeunesse catholique, selon des idéologies identitaires et répressives.

Arrive ce qui devait arriver : dérives autoritaires, crimes divers et variés, personnalités des fondateurs profondément abusives, maltraitances psychologiques, physiques dans ces communautés conçues comme des espaces de no-limites, d’irrespect permanent, de viol de l’intimité et de l’identité personnelle.

Bernard Peyrous impliqué actuellement dans une affaire d’abus sexuel est non seulement le successeur de Finet et Guitton pour tenter de faire canoniser Marthe Robin, mais aussi très engagé dans des luttes politiques d’extrême droite au côté de l’OD, de la FSSPX et d’autres groupes du même style liés à la contre-révolution catholique. On le retrouve donc dans les mêmes idéologies, les mêmes orientations réactionnaires religieuses.

Et si vous faites le tour de l’ensemble des communautés dérivantes, elles sont engagées dans les mêmes démarches. A l’identique des mouvements contre-révolutionnaires catholiques, opposés à Vatican 2.

Je ne fais que dévoiler, ce que tout un chacun ici devrait savoir sur ces communautés. Que non seulement elles ont blessé et continuent de blesser des croyants mais sont fondées sur une vision religieuse réactionnaire, antisémite, monarchiste légitimiste pour certains groupes et antidémocratiques. Et cette origine participe aussi des dérives qui s’y sont déroulées et continuent de s’y dérouler.

Et je suis toujours effarée de constater que peu de gens, y compris des victimes, ont le courage d’aller regarder cette réalité en face et je suis effarée de voir qu’ils continuent de ne pas faire le lien entre ces fondements originels communautaires et les souffrances qu’ils ont endurées des années et des années de la part de ces communautés.

On ne peut pas prétendre vouloir saisir pourquoi tant de souffrance si l’on n’essaie pas de comprendre ce qui a motivé les fondateurs à ces traitements violents, abusifs et ce qui idéologiquement les portait depuis leur enfance.

Je fais ce travail d’enquête et d’analyse depuis de longues années pour comprendre tout ça. Parce que cela me paraît très important. Sinon on ne traitera pas le problème dans son ensemble et ces communautés pourront continuer leur travail de sape et de destruction. Et c’est cela qui m’inquiète. Qu’ils y aient d’autres victimes de ces groupes malfaisants.

Informer de ce que j’ai découvert à ce sujet me paraît profondément éducatif et fraternel. Pour créer des prises de conscience sur la nature réelle de ce qui les uns ou les autres, idéologiquement, religieusement, nous a fait plonger dans ces groupes mortifères et nous a abîmés.

Ce n’est surtout pas une démarche facile. Parce que ça touche aux fondements idéologiques, à notre éducation familiale, à des valeurs qui nous ont été enseignées très tôt dans notre enfance et dont beaucoup n’ont jamais fait ni le deuil ni n’ont remis en cause ou en question.

Or se sont ces notions, ces valeurs que nous devons interroger, analyser et critiquer. Et ça, pour un grand nombre d’entre nous, c’est très très dur. Je pense que c’est même inacceptable pour certains. Dont vous, Isabelle. Sinon, vous n’auriez pas réagi aussi violemment.

Maintenant, malheureusement, ce que je dis est l’exacte réalité. Je n’invente rien. Vous pouvez vérifier très facilement les liens entre Guitton, MD Philippe, Bernard Peyrous, la plupart des dirigeants communautaires avec des idées ultra conservatrices, antisémites, contre-révolutionnaires, extrême droite. Avec le pétainisme mais aussi Maurras, l’Action Française, l’OAS, Ichtus. Tapez les mots-clés et vous accéderez à l’info.

Je vous laisse la citation de Guitton sur Vatican 2 :

« L’Eglise catholique est morte dès le premier jour du Concile Vatican II. Elle a fait place à l’Eglise oecuménique. Elle ne devrait plus s’appeler catholique mais oecuménique. »

Guitton fut inculpé en août 46 pour intelligence avec l’ennemi et aide à la propagande allemande. Ses "Fondements de la communauté française" sont un véritable programme politique pour le Gouvernement de Vichy, et s’il y eut un pétainiste convaincu en ce pays, entre 1940 et 1943-1944, ce fut bien lui. Il lui en resta toujours ces idées et il eut besoin d’un autre contre-révolutionnaire pour le soutenir lorsqu’il fut hué pour ces idéologies, lors de son accession à la Sorbonne en 1955, Philippe Ariès. Guitton est resté sur ces idéologies et elles ont servi ce qu’il a fait au plan religieux également. Il n’a donc jamais été ni progressiste, ni conciliaire mais réactionnaire et identitaire. Il ne pouvait donc servir Vatican 2 mais seulement la restauration intégriste d’avant Vatican 2.

Et voici l’alerte concernant la littérature complotiste et antisémite de Léon de Poncins :

https://www.actualitte.com/article/lecture-numerique/registre-relire-sans-avertissement-l-antisemitisme-a-portee-de-clic/61983

Je ne doute pas qu’à l’OD ce type de littérature plaise, mais elle constitue le fondement idéologique des pires périodes de notre histoire contemporaine qui ont justifié la Shoah, l’oppression la plus atroce des peuples. Ces écrits ne peuvent donc faire argument d’autorité.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)