Poster un message

En réponse à l’article :

Le légionnaire qui est mort quatre fois, et n’a pas voulu se confesser

Le jour où Marcial Maciel est mort, on a entendu, comme dans le roman Pedro Paramo, un murmure insistant… semblable au bruit que fait le vent en frappant les branches d’un arbre dans la nuit. En prêtant l’oreille, comme dans l’œuvre Juan Rulfo, ce chuchotement bourdonnant, qui ressemblait au bruit d’un essaim d’abeille, a été interprété avec des mots creux, mais remplis de piété : « Priez pour nous ».

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)