Poster un message

En réponse au message :

Les deux expertises ou l’inventaire des décombres - Le billet du père Vignon

Le dimanche 15 mars 2020

Soyez clair, Pierre. En gros, vous nous dites que l’oncle Dehau avait une liaison mystico-sexuelle avec une petite handicapée de 12 ans alors qu’il en avait 30, c’est ça ? Il faudrait préalablement parler de l’emprise qu’il avait sur sa propre soeur, la mère de Thomas et Marie-Dominique. Emprise psychologique et au moins incestuelle, décrite par Marie-Dominique lui-même dans l’ouvrage de Marie-Christine Lafon. Lien dérivant qui est sans doute à l’origine de la problématique criminelle. Cette relation incestueuse mêlée de religiosité, vécue certainement dans le secret et la culpabilité, dans la manipulation aussi, constitue le cœur du système pervers que Dehau va reproduire dans et à l’extérieur du cercle familial, car ce système de domination et de contrôle totalitaire lui permet d’exister pleinement et de dominer la famille complètement et à tous les niveaux.

Qu’il ait ensuite élaboré un système parallèle et similaire avec une petite jeune fille handicapée (orpheline de père), avec laquelle il reproduit ce qu’il a déjà expérimenté avec sa propre soeur, l’ascendant, une liaison mystico-sexuelle, ne serait que logique.

Et qu’il répète ce système avec ses neveux et nièces aussi, montre bien qu’il a un fort besoin de renouveler mais aussi d’étendre cette domination totalitaire de type incestueuse sur différentes personnes jeunes. Qu’il érige en principe idéologique religieux par l’intermédiaire de ses neveux les plus soumis.

Son système idéologique et religieux sexualisé, me fait fortement penser aux mystères d’Eleusis (culte grec ancien), initiations et culte à mystères se pratiquant durant l’Antiquité, qui cumulaient rites religieux, mysticisme et pratiques sexuelles sensées apporter le secret de l’immortalité à ses pratiquants.

On retrouvera ce principe dans le paganisme celte avec les fêtes rituelles de Beltaine et l’union sexuelle de Cernunnos (le dieu cerf) et de Gaïa (la déesse mère). Ce type de rite fut d’abord condamné (essentiellement pour récupérer les lieux de culte païens et en faire des lieux de culte catho) puis récupéré par l’institution cléricale catholique comme un outil de domination des jeunes recrues, mais aussi pour proposer à de riches seigneurs et hauts-clercs moyennant finances, des divertissements sexuels à l’abri des regards indiscrets. On le retrouve décrit par différents écrivains et à différentes époques.

Le dernier à en parler fut Carmelo Abbate dans son ouvrage Sexe au Vatican, qui évoque le mélange de paganisme et de mysticisme et le vécu sexuel dans le cadre clérical comme rite initiatique ultime. Ce qui montre bien que cela dépasse largement le cadre sectaire.

Ce qui explique aussi la difficulté vaticane et cléricale à condamner et à rejeter complètement ce type de dérive criminelle. Puisque d’une certaine façon, elle fait partie des traditions cléricales et qu’on la retrouve aussi bien dans les organisations sacerdotales que monastiques.

Il y a dans ces systèmes dérivants, l’idée d’une conquête de l’immortalité au travers de rites sexuels mis en scène d’un prêtre initiateur (hiérophante dans le rite grec) et d’un ou d’une initié(e), choisi(e) par ce prêtre pour y incarner soit un dieu où une déesse symboliquement, qui doit s’accoupler avec le prêtre. En fait d’immortalité, il s’agit surtout de l’affirmation d’un contrôle absolu par un personnage qui se définit comme dominant et autoritaire sur une personne qui est choisie pour être dominée sexuellement,en lui faisant miroiter qu’elle participe à une élévation spirituelle de premier plan, qu’elle est élue entre toutes, fait partie d’une élite mystique.

Ce type d’argument en milieu religieux ne peut fonctionner que sur des personnes en situation de détresse, d’isolement, de faiblesse, de dépendance mais aussi très dévotes. Ce qui est le cas des victimes du monde religieux. C’est vrai aussi bien dans le cadre clérical classique, que dans le cadre des groupes dérivants sectaires.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)