Poster un message

En réponse au message :

Communiqué de presse concernant le père Georges Finet

Le mercredi 13 mai 2020

Bonjour Marie-Christine.

La civilisation des empires s’effondre et avec elle toutes les religions dont le catholicisme romain. Parce que se sont toutes des créations humaines matérialistes. Pas du tout des créations divines. Sortons des romans cléricaux qui ne sont que mythologie et manipulation quelle que soit la religion. Dieu est hors de ces schémas depuis toujours. La foi également. Les religions ont plus massacré, manipulé et exploité de personnes depuis leurs différentes créations qu’elles n’ont émancipé. D’ailleurs, l’émancipation n’a jamais été leur but. C’est pour ça d’ailleurs que Dieu qui émancipe véritablement l’individu, n’est qu’instrumentalisé par les religions comme par les sectes. Les religions, les sectes sont là pour dominer les individus et les soumettre aux pouvoirs des plus riches. Pas du tout pour leur permettre de vivre une spiritualité épanouissante.

Le jour où l’humain prendra véritablement la mesure de tout cela, je pense que la spiritualité et Dieu auront fait des progrès majeurs chez les humains. Nous nous rapprochons progressivement de ce constat d’observation, que bien des croyants durant longtemps ont pensé n’appartenir qu’à l’athéisme. Mais qui, au gré de la multiplication des crimes et scandales récents comme très anciens (accès aux archives et documentations) de ces institutions religieuses, devient un discours de plus en plus partagé par les croyants.

Le catholicisme institutionnel va s’éteindre mais avant de s’éteindre, le clergé a choisi les groupes dérivants sectaires pour le diriger. Avec les crimes et dérives que l’on a déjà vu à l’œuvre. Le clergé catholique même en mobilisant les familles intégristes et tentant encore de se placer comme ascenseur social pour certains hommes et femmes dans les pays pauvres, ne parvient plus à recruter. La direction catholique se fera donc désormais par voie essentiellement laïque. Mais cette laïcisation relève du dérivant sectaire. C’est JP2 qui l’a décidé ainsi et déjà Paul VI avait entamé cette mutation qui n’a depuis jamais été remise en question.

Croyez bien que cette nouvelle direction catholique perpétuera ses crimes autant que le clergé actuel perpétue les siens en totale impunité. Qu’est-ce qui changera si ce n’est la dimension spectacle et affairiste ? C’est ça pour vous un catholicisme d’avenir ? Car clairement, la population des croyants n’aura même pas son mot à dire. Parce que le Vatican est un des derniers bastions totalitaires en Europe. Et que ce n’est surtout pas la démocratie qui domine pour sa gouvernance. Et encore moins dans les groupes dérivants sectaires. Donc les nouvelles directions totalitaires du Vatican, que seront bientôt l’Opus Dei, la Communauté St Martin, la FSSPX, le Renouveau Charismatique n’ont rien à proposer que le fondamentalisme, les crimes et les dérives comme ces sectes l’ont toujours pratiqué.

Le protestantisme ? Il est pareillement gangréné par les sectes qui aujourd’hui dominent largement et multiplient crimes et scandales. Qu’on parle des évangéliques, des adventistes, des pentecôtistes, des darbistes et autres scientistes…c’est pas franchement la Réforme qui domine, mais l’intégrisme, les violences, les dérives et la manipulation mentale. Super résultat.

Les autres religions ? C’est intégrisme et sectes aussi à tous les étages. Massacres et génocides à tour de bras. Dans le genre super formidable,ça se pose là…

Les courants spirituels ? Gangrénés par le New Age, l’occultisme et autres joyeusetés délirantes.

D’où qu’on regarde franchement, y a pas une religion, une institution religieuse qui soit fiable.

Qui est fiable alors ? Dieu seul. Et Il l’a toujours été. Et Il n’a besoin d’aucun intermédiaire pour nous aimer et nous aider à avancer dans cette vie.

Vous vous rappelez de ce chant d’église, plus largement repris à Pâques et à la Pentecôte : pourquoi restez-vous là, à regarder le ciel, celui que vous cherchez n’est pas dans les nuages. Il vous a devancé, au fond de votre cœur, c’est là qu’Il vous attend, car Il est le Seigneur.

Il me semble qu’il est plus que temps de le mettre en application pratique. Sans esprit religieux, de façon responsable, adulte, libre et émancipée. La spiritualité, Dieu, la foi ne sont pas transmissibles. Mais relèvent du privé, de l’intime. Personne n’a à nous diriger dans cette relation privée. Sinon, c’est comme un mariage forcé. Il n’y a pas d’amour, pas de confiance, pas d’épanouissement. Juste un rapport de domination et de soumission chargé de manipulation. Qui, en tout cas de mon point de vue, n’a rien à voir avec Dieu et encore moins avec l’Amour tel que l’a annoncé Jésus.

Je trouve très facile et surtout extrêmement culpabilisant de prétendre que les populations ont bien mérité crimes et dérives cléricales et sectaires par excès de vénération des clercs et passion du merveilleux.

Savez-vous au moins comment cette vénération cléricale s’est ancrée dans les populations ? Par la peur, par des massacres et par des tueries pour l’exemple de femmes et d’enfants sur des lieux de culte païen, investis en force par l’institution avec recours à des moines soldats qui ne faisaient pas dans la dentelle en terme de massacres. Et ils agissaient non seulement pour le compte de l’institution mais pour le compte des rois. Ils en étaient le prolongement armé et autoritaire. La conversion à marche forcée, stigmatisation, enlèvements, tortures et massacres pour l’exemple.

Et le premier embrigadement religieux démarre avec l’achat sonnant et trébuchant d’enfants pour alimenter en domestiques couvents et abbayes, séminaires. Ce qui permettra l’exploitation et l’abus criminel sans limite de ces mêmes enfants. Etonnez-vous de la persistance de la pédophilie cléricale encore aujourd’hui et de la difficulté de l’institution à punir ces crimes. Mais elle est aussi vieille que l’institution et l’institution la considère cette pédophilie comme un privilège et un droit attaché à son pouvoir. Donc qui n’a pas à être punie au pénal et qui ne relève pas du crime.

Vous croyez sincèrement qu’un pape aura la volonté de faire cesser cela ? Moi je n’y crois pas. Pas plus qu’aucun pape n’a fait et ne fera cesser l’escroquerie financière à l’IOR, les investissements et la corruption mafieuse ni l’exploitation des individus et des femmes et enfants les plus pauvres en particulier. Parce que tous ces crimes, l’institution considère que se sont ses privilèges et que personne n’a s’opposer à son pouvoir y compris en ces domaines.

Beaucoup de croyants ignorent largement l’histoire réelle de l’institution et les conditions d’implantations du catholicisme à partir du 4e siècle. La plupart ont seulement une version édulcorée venant du clergé lui-même. Alors quand le clergé dit : mais c’est aussi la faute des croyants qui aiment le merveilleux et qui vénèrent le clergé. Aussitôt, comme des bons petits élèves qui ont bien appris leur leçon, les croyants répètent le même adage. Sans du tout s’interroger sur le bien-fondé de telles affirmations au regard de la réalité historique d’implantation du catholicisme. L’inversion des responsabilités, c’est toujours la tactique pour tenter de justifier n’importe quel régime autoritaire. Le Vatican n’a cessé de culpabiliser les victimes de ces atrocités criminelles, d’acheter leur silence, de les balader, de les déclarer folles, délirantes. C’est un comportement tellement classique…et encore aujourd’hui. Combien n’osent même pas porter plainte par peur de ces pressions, menaces…

Marthe Robin n’a pas été seulement manipulée par le père Finet mais par une organisation politico-religieuse qui sévissait dans la région et dans le pays depuis un moment et qui n’attendait qu’une opportunité de ce genre pour justifier ses projets et ses ambitions politiques et religieuses. Lisez le livre de Véronique Auzépy sur le groupe de Jean de Fabrègues. Vous verrez comment Guitton, Finet et toute la clique qui gravitait autour de Marthe Robin se sont trouvés et ont flairé la bonne affaire. Comment une personne handicapée, dans un état de dépendance et de sujétion comme l’était Marthe, pouvait se défendre ? Aujourd’hui on parlerait d’abus de faiblesse et manipulation mentale sur personne en situation de handicap et de détresse. Et ça relèverait du pénal. A l’époque où ça a démarré, dans les années 30, l’institution disposait encore d’un pouvoir très important au plan judiciaire (gestions de bagnes et couvents prisons pour adultes et enfants dans chaque ville de France et même d’Europe), au plan éducatif et sanitaire(nombre d’écoles, orphelinats, hôpitaux gérés par des congrégations religieuses), au plan religieux et au plan politique (vous aviez encore des religieux qui disposaient de mandats de députés). Il n’était donc pas possible de dénoncer ce type d’emprise ou très très difficilement. Il faudra attendre les années 70 pour que la séparation de l’Eglise et de l’Etat soit réelle et effective dans les structures sociales. Et que justement, plus aucun personnel hospitalier ou enseignant, judiciaire, politique ne relève du clergé. Et ça arrive après les scandales et crimes révélés des couvents prisons, des bagnes, des colonies pénitentiaires religieuses. Ca arrive après les suicides et des morts suspectes de certains patients internés dans des hôpitaux psychiatriques suite à un proxénétisme et à des tortures infligées par ces mêmes congrégations religieuses exerçants comme soignants. Il faut souvent malheureusement des crimes très graves, très impressionnants et très nombreux pour qu’enfin, dans un sursaut, les gens mesurent la gravité de l’emprise religieuse quand elle s’exerce dans tous les aspects de la vie sociale et politique. Et pour qu’ils y mettent fin politiquement sans regret ni culpabilité.

Le souci, c’est que la capacité d’oubli de ce qui a conduit à ces mesures et l’ignorance des croyants en la matière, demeurent. Et c’est sur ce déni et cette ignorance de l’histoire sociale, de l’Histoire tout court (pas du roman national ou clérical) que perdurent des crimes, des situations abusives, l’exploitation et la manipulation des individus. Parce que tout ça va ensemble.

Vous savez bien qu’un pédophile ne se découvre pas pédophile dans sa vieillesse mais qu’il l’est depuis sa jeunesse et a un profil d’abuseur et de manipulateur qui ne peut jamais s’amender ni se réformer (le père Gérald Fitzgerald l’avait bien constaté et l’avait d’ailleurs expliqué en long en large et en travers à Paul VI quand il avait traité ces prêtres criminels à Jemez Springs). Comment, au regard des faits criminels révélés désignant Finet comme agresseur de jeunes filles et fillettes, ne pas penser qu’il a aussi sévi dans les mêmes proportions sur Marthe Robin ? Ca paraît difficile de penser qu’il l’aurait épargnée par charité, par pitié. Il avait sur elle un tel ascendant, une telle emprise et un tel contrôle. Et pas des plus sympathiques selon les dires de beaucoup.

Quand une personnalité a une telle emprise psychologique, affective et religieuse sur la vie d’une personne handicapée, ça vous semble pas bizarre ? Quand on vous révèle que cette personnalité a abusé et violé des jeunes à très jeunes filles, que c’est avéré, ça vous met pas la puce à l’oreille ?

A moi, si. Peut-être parce qu’en tant que femme ayant subi un double inceste, je connais bien pour les avoir enduré enfant et adolescente ces comportements toxiques et abusifs d’adultes. Que je sais identifier ce type de profil.

Il y a quelques années, j’avais dit ici même qu’à la base des crimes des frères Philippe, il y avait une emprise incestueuse de leur oncle maternel, révélée d’ailleurs à mots couverts par Marie Dominique dans le livre d’entretien biographique publié et rédigé par Marie-Christine Lafon. J’avais fait bondir combien ici, hurlant et protestant au blasphème, à l’accusation gratuite et sans fondement contre un saint homme si formidable. Sauf que, ce que j’avais identifié lors de ma lecture dans les propos et le vocabulaire du sieur Philippe, s’est révélé exact. Aujourd’hui, on sait que l’empire de l’oncle sur la famille était total et ne s’était pas arrêté aux deux neveux et à sa soeur mais s’était étendu à d’autres enfants. Et que ces neveux avait reproduit le système abusif et criminel de l’oncle sous forme sectaire et criminelle pour en quelque sorte perpétuer sa domination de façon extensive.

Chez Finet, on est sur le même profil abusif et manipulateur. A la différence que nous ne disposons pas d’une biographie qui permette d’identifier comment et quand il est passé à l’acte les premières fois et sur qui. Mais ne considérer que les faits criminels sur ces fillettes en excluant la possibilité de mêmes pratiques criminelles sur Marthe Robin me paraît relever davantage du déni que de la prudence.

Surtout quand on sait le degré d’emprise psychospirituelle et affective de Finet sur Marthe. Et comment il a présenté à Marthe le suicide de son frère et comment il a orchestré et mis en scène l’agonie et la mort de Marthe elle-même.

Personnellement, au regard de ce que je connais de ce type de personnalité criminelle, de ce que j’ai lu sur Finet et sur Marthe Robin, sur l’arrière-cour politico-religieuse et les enjeux du groupe fondé par Jean de Fabrègues avec Guitton et Cie, je n’ai pas beaucoup d’illusions sur la situation.

Maintenant, l’avenir et l’enquête nous le diront. L’eau a suffisamment coulé sous le pont, l’argent aussi pour que l’institution et le Renouveau Charismatique osent assumer la réalité criminelle et l’instrumentalisation mystique alors que les principaux protagonistes sont tous morts et enterrés. Et qu’ils ont été suffisamment exploités pour l’ascension politique et religieuse du Renouveau Charismatique et de nombre de communautés dérivantes sectaires. Sans parler de l’institution elle-même qui a bien profité du système.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)