Samedi 28 avril 2018

Andrés Murillo après sa rencontre avec le Pape : « J’espère que tout cela sera utile. »

A. Murillo : « Une pensée spéciale pour toutes les victimes, en particulier pour celles qui n’ont pas eu la force et se sont suicidées pour éliminer cette douleur de leur propre vie.” Le pape reçoit aujourd’hui James Hamilton et demain Juan Carlos Cruz.

Par la rédaction d’Il Sismografo

Hier soir, après sa rencontre personnelle à la Maison Sainte Marthe avec le Pape François, le chilien Andrés Murillo, une des trois victimes des abus sexuels du père Fernand Karadima, a laissé dans un tweet une synthèse de ce qui s’était passé dans son face à face avec le Saint Père : « J’ai parlé deux heures avec le Pape. D’une façon très respectueuse et sincère, j’ai exprimé l’importance de comprendre l’abus comme abus de pouvoir ; du besoin d’assumer la responsabilité, le soin et pas seulement le pardon ; et aussi du rôle, repoussé jusqu’à aujourd’hui, de la femme et des communautés ».

Dans un autre tweet avant la rencontre avec le Pape, il a précisé d’avoir une forte espérance « que tout cela soit utile… et aide à changer tout ce qui sera nécessaire, afin que le monde soit un lieu qui accueille et accompagne et non qui maltraite ». A la fin, Andrés Murillo a voulu souhaiter que “l’Eglise soit une alliée” dans ce processus et qu’elle ne soit « jamais du côté des abuseurs ». Murillo, toujours hier en entrant au Vatican par la porte de la Salle Paul VI, a déclaré aux journalistes : « Dans ces circonstances, bien qu’elles soient si douloureuses pour beaucoup, nous voulons exprimer une pensée spéciale pour toutes les victimes, en particulier pour celles qui n’ont pas eu la force et se sont suicidées pour éliminer cette douleur de leur propre vie. »

Aujourd’hui samedi, contrairement à ce qui a été dit, le Pape François recevra le médecin James Hamilton et demain, dimanche, ce sera le tour du troisième invité, le journaliste Juan Carlos Cruz. Lundi le Pape devrait les rencontrer tous les trois. 

En attendant, la Note de la Salle de presse du Vatican d’hier soir après 20h15 a eu un écho notable au Chili. On peut y lire : « Le Saint Père a commencé les rencontres personnelles ce vendredi après-midi 27 avril avec les victimes des abus commis au Chili. Il n’est prévu aucun commentaire sur le contenu des rencontres, par désir express du Pape : sa priorité est d’écouter les victimes, de leur demander pardon et de respecter la discrétion de ces rencontres. Dans ce climat de confiance et de réparation pour la souffrance, la volonté du Pape François est de faire parler les invités le temps nécessaire, et il n’y a donc pas de contenus horaires fixés et préétablis. »

Voir en ligne : https://ilsismografo.blogspot.fr/20…