Jeudi 9 mars 2017

De l’emprise à la liberté. Dérives sectaires au sein de l’Église. Vincent Hanssens

Nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie du livre rédigé sous la direction de Vincent Hanssens, De l’emprise à la liberté. Dérives sectaires au sein de l’Église. Témoignages et réflexions.

Ce livre repose sur des témoignages.

Des personnes qui ont souffert de dérives sectaires dans des mouvements catholiques agissant dans l’Église font part de l’épreuve qu’elles ont endurée.

Portées par une soif spirituelle, un désir de sanctification, un besoin de se rapprocher du Christ, elles se sont adressées en toute confiance à ces mouvements et, confrontées à des manœuvres aussi peu évangéliques, elles se sont senties profondément trahies.

Le recueil de leur témoignage laisse apparaître clairement que ce sentiment est justifié.

Divers experts – théologien, philosophe, psychologue, juriste, responsable de nouvelle pastorale, canoniste – apportent leur concours à l’analyse et à l’interprétation de ces dérives sectaires, d’autant plus dangereuses et inquiétantes qu’elles se produisent au sein de l’Église qui ne semble ni s’en rendre vraiment compte ni prendre suffisamment conscience de la gravité de la situation.

Loin d’être un réquisitoire contre elle, ce livre n’a d’autre ambition que de reconnaître la juste plainte des victimes et d’allumer des clignotants pour attirer l’attention de tous ceux qui, à un titre ou à un autre, exercent une responsabilité quant au fonctionnement de ces mouvements et leur permettre d’intervenir là où une action devient urgente.

Éditions Mols : Hors Collection • 145 x 205 mm • 320 pages • 21,50 € • ISBN 978-2-87402-222-7 • En librairie : 9 mars 2017 (France : idem)

Ont contribué à sa rédaction :

Dominique Auzenet, Prêtre, Exorciste (France), Vitalina Floris, Soeur, Ermite (Belgique), Vincent Hanssens, Psychosociologue, Professeur émérite à l’Université catholique de Louvain, Jean-Marie Hennaux, S.J., Professeur à la Faculté de Théologie des Jésuites de Bruxelles, Pascal Hubert, Avocat au barreau de Bruxelles, Damiano Modena, Assistant personnel de feu le Cardinal Carlo Maria Martini (Italie), Renata Patti (Italie), Miguel Perlado, Psychanalyste (Espagne), Monique Tiberghien, Psychothérapeute (Belgique) et Pierre Vignon, Juge ecclésiastique (France).

Louis-Léon Christians, Professeur à l’Université catholique de Louvain, l’a préfacé.

Contact presse : Éditions Mols tél. +32 10 86 28 00

mols chez skynet.be

Cet ouvrage est disponible dès à présent en librairies.

Il peut aussi être commandé depuis chez vous, sans frais de port, en allant sur le site de la librairie en ligne www.edde.eu.

Vos réactions

  • Dominique carrérot 11 juillet 2017 14:24

    Bonjour, J’ai fait partie du Pain de Vie où j’ai prononcé des voeux définitifs en tant que soeur consacrée. J’y suis restée 11 ans après avoir fréquenté le Lion de Judas près de chez moi et avoir vécu 6 mois dans la ferme dépendant de Cordes de la Cté devenue les Béatitudes. J’ai été jetée au bout de ce temps (environ un an en tout) car je ne correspondais pas au critère essentiel de recrutement de cette Cté : être friquée, n’étant ni toubib, ni infirmière, thérapeute ou avocate. Madre m’a expédiée au Pain de Vie, à l’autre bout de la France, sans même se soucier de voir s’ils pouvaient m’accueillir ni juger bon de les prévenir de mon arrivée. Sans casse-croûte. Je vous laisse deviner mon état de stress et l’accueil suspicieux à Sommervieu ! Je crois que le côté « psychospirituel » dont parle Demarle était la marque spécifique des Béatitudes et qu’il ne peut pas généraliser cela comme une caractéristique de tout le Renouveau Charismatique.

    Ceci dit je vous écris surtout pour vous dire le choc et l’indignation que j’ai reçu en apprenant d’un ex membre du Pain de Vie qu’il m’avait entendue sur RCF le 7 juillet dernier au soir au cours d’une prière du soir à la Cté du Pain de Vie et qu’un livre est sorti avec mon témoignage comportant mes nom et prénom (!) donné à l’envers du décor, SANS QUE J’EN SOISME AVISÉE ! Sans que mon avis soit pris, sans qu’on ne me consulte sur ce projet ME concernant quand même un peu ! Un livre avec d’éminents « spécialistes » et beaux parleurs, gens d’Eglise qui auront devisé et tiré des conclusions et des analyses de ce que NOUS, les ex membres de ces Ctés, avons vécu, qui ont disséqué nos expériences et fait de savantes théories et conclusions !!! La moindre des corrections et l’élémentaire politesses auraient été de nous en toucher 2 mots et, pourquoi pas, de nous demander de parler nous-mêmes de nos vécus, de présenter nos analyses et conclusions, non pas comme de « brillants » théologiens ou intellectuels, mais comme des témoins et témoignages vivants de ce dont parle ce livre. Je suis choquée et en colère, je dois bien le dire. Que des gens de l’Eglise catholique se targuent de parler à notre place, me met vraiment en colère. J’ai perdu toute confiance en cette soit-disant église et en ses élites, évêques en tête. Ce ne sont que de mauvais pasteurs, des loups déguisés en bergers qui n’ont eu d’autres soucis, bien que voyant très tôt des dangers et comportements déviant chez les Pingault, de tirer profit de la devanture de jeunesse que nos Ctés nouvelles offraient à leur boutique « Eglise Catholique » vis à vis du monde extérieur (paroles d’un évêque).

    La seule personne à qui je reconnais une autorité pour parler de notre vécu est la Soeur Chantal Marie Sorlin, responsable des dérives sectaires auprès de la Conférence Episcopale de l’Eglise de France. Elle seule parlerait en pleine connaissance de cause de notre vécu et de ses conséquences. Et d’abord elle nous aurait laissé parler nous-mêmes parce que c’est ce qu’elle me/nous préconise ! Les auteurs de ce livre nous ont instrumentalisés pour se faire mousser et gagner du fric sur nos cassures et stigmates. Comme si à 60 ans je n’étais pas adulte responsable, apte à livrer une analyse et des conclusions de ces 12 ans de Cté ! J’attendrais, comme Demarle, d’être contactée après ce mail et, de plus, que ce livre auquel j’ai participé à mon insu me soit envoyé, cadeau bien sûr !

    • Bonjour Dominique, je me permets de publier ci-dessous le message de M. Vincent Hanssens en réponse à votre commentaire. D’après tous les éléments que j’ai pu réunir auprès des différentes personnes ayant collaboré au livre, il ne peut s’agir que d’un malentendu : votre témoignage et votre identité n’ont jamais été utilisés, et encore moins à votre insu. Si vous avez d’autres éléments, n’hésitez pas à me contacter ! Xavier Léger

      Madame,

      Votre message adressé à l’Envers du décor m’est parvenu. Je suis sensible à l’expérience douloureuse que vous avez faite dans les communautés que vous avez connues et dont vous faites part et je respecte les sentiments que vous exprimez.

      Mais je tiens à vous signaler qu’il n’est pas question de ces communautés dans le livre ci-dessus mentionné auquel vous vous référez et pour lequel j’ai assumé la responsabilité de l’édition.

      Vous n’y avez donc pris aucune part et on ne vous a pas traitée « à votre insu », comme vous l’écrivez.

      Je peux vous assurer que tous les 11 témoins qui ont réagi au questionnaire dont il est fait mention, ont été consultés avant l’envoi du document, qu’ils y ont répondu de plein gré et en parfaite connaissance de cause et que tous avaient au préalable, manifesté largement leur accord de participation à ce travail.

      Nous recevons actuellement, moi-même et les co-auteurs, de nombreux signes de leur part exprimant leur satisfaction de la publication de ce livre et soulignant l’aide et le réconfort que cela leur apporte.

      Il ne s’est donc en rien agi de parler à leur place mais plutôt de faire entendre et reconnaître leur voix. Les « experts » n’ont eu d’autre objectif que de donner support et amplitude à ces voix et de s’efforcer, par leur analyse et leur réflexion, de leur restituer dignité, confiance et espérance sur leur chemin spirituel.

      Je comprendrais le choc subi et la colère qui vous anime si ce que vous décrivez comme démarche des co-auteurs était la réalité. Tel n’est pas le cas et ce livre ne justifie en rien les reproches que vous lui adressez et qui sont dus à une mauvaise information de votre part, reposant sans doute sur un manque de lecture de l’ouvrage.

      En espérant que vous avez pu émerger positivement de ce passé douloureux et retrouver force et sérénité, je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de mes sentiments cordiaux.

      Professeur Vincent Hanssens.

  • Pascal 31 mai 2017 13:26

    Bonjour,

    Je me permets de vous informer de la présentation de l’ouvrage lors de l’émission « On Refait le Monde ».

    http://www.rtl.be/belrtl/emission/on-refait-le-monde/1051.aspx – replay du 30 mai, à partir de la 26e minute.

    Plus d’info : http://www.editions-mols.eu/publication.php?id_pub=173

  • DEMARLE 30 avril 2017 15:47

    Bonjour,

    Je suis heureux qu’un tel livre sorte. Mais, je trouve dommage que l’on n’ai pas eu l’idée de me contacter.

    En effet, j’ai été victime d’une secte dans l’Eglise Catholique Romaine : la Communauté des Béatitudes. J’ai témoigné dans l’émission de Karl Zéro et dans des journaux régionaux.

    J’ai quitter la religion et renoncé à mon baptême. Mais, j’aurai aimé donner à nouveau mon témoignage de manipulations que j’ai subi.

    J’aurai voulu dénoncer ces dérives et dire ma profonde DECEPTION. Car j’étais très croyant. Et c’est l’Eglise Catholique, par son silence complice et son aveuglement volontaire, qui m’a fait perdre la Foi.

    J’en profite pour dénoncer cette diabolisation que nous victimes subissons de la part de ces communautés nouvelles qui ne sont que des sectes, et de la part de l’Eglise Catholique Romaine. Cette dernière n’étant qu’une Babylone corrompue par le Pouvoir, l’argent, et la pédophilie de beaucoup de ses prêtres.

    Trois mots me reviennent souvent : + la confusion : c’est le bordel doctrinal, particulièrement depuis que le Renouveau Charismatique s’est infiltré dans l’Eglise Catholique pour y répandre le psychospirituel. + la déception : car j’ai mis ma confiance envers une Institution (l’Eglise) envers des communautés de soi-disant chrétiens. + Dégoût : car j’ai été poursuivi en diffamation par les Béatitudes comme si j’étais le diable !

    Voilà, j’aimerai tout de même pouvoir témoigner.

    Alors, contactez-moi !