Jeudi 18 janvier 2018 — Dernier ajout samedi 20 janvier 2018

Le pape François défend mordicus un évêque controversé

Le pape François a fermement défendu un évêque chilien soupçonné d’avoir dissimulé les abus sexuels d’un prêtre.

« Le jour où ils m’apporteront des preuves contre Mgr Barros, on verra », a déclaré le pape en réponse à la question d’un journaliste sur l’évêque de 61 ans, nommé par François en 2015, malgré les accusations pesant sur lui.

« Il n’y a pas la moindre preuve contre lui. Ce ne sont que des calomnies, est-ce clair ? » a affirmé le pape avant de célébrer la messe en plein air dans la ville du nord d’Iquique.

Barros, ainsi que trois autres évêques chiliens, ont été accusés d’avoir fermé les yeux sur les abus sexuels commis par le père Fernando Karadima, autrefois considéré comme le prêtre de l’élite de Santiago, puis reconnu coupable en 2011 d’abus sexuels sur des mineurs pendant des décennies.

Mgr Juan Barros assistait à la messe géante sur la plage de Lobito, près d’Iquique, avec des centaines d’autres évêques et des membres du clergé. Barros a également été remarqué lors des deux messes précédentes du pape et lors de sa rencontre avec le clergé dans la cathédrale de Santiago.

Juan Carlos Cruz, l’une des victimes de Karadima, a réagi aux commentaires du pape sur Twitter : « Comme si j’avais pu prendre un selfie ou une photo alors que Karadima abusait de moi, en présence de Juan Barros. Ces gens-là sont fous et le pape François parle de réparation pour les victimes. Rien n’a changé et ses excuses sont toujours vides. »

Quelques jours avant le début de la visite, l’ONG américaine Bishop Accountability a déclaré que, depuis l’an 2000, près de 80 membres du clergé catholique chilien ont été accusés d’agressions sexuelles sur des mineurs.

Des groupes de catholiques dans le diocèse d’Osorno demandent que François relève Barros de ses fonctions en raison de ses liens avec le prêtre pédophile Fernando Karadima.

Barros « est un menteur, un délinquant, qui souffre d’amnésie après avoir couvert Karadima. Il a dissimulé des affaires d’abus sexuels et devrait être mis en prison, ou au moins relevé de ses fonctions », a déclaré Juan Carlos Cruz, l’une des victimes de Karadima.

Sources : https://cruxnow.com/pope-in-chile-and-peru/2018/01/18/pope-gives-support-controversial-bishop-chile-says-accusations-calumny/ http://www.digitaljournal.com/news/world/pope-defends-chilean-bishop-accused-of-abuse-cover-up/article/512461