Père Mansour Labaky

Suite à la levée récente du secret pontifical en matière d’abus sexuels par le pape François, compte tenu des mensonges et des manipulations que Mansour Labaky exerce en particulier au Liban pour tenter de dissimuler ses agressions sexuelles et ses abus d’autorité spirituelle pour y parvenir, sans omettre le fait qu’il profite des difficultés gravissimes et en particulier politiques que traverse son pays, une victime nous a communiqué la sentence de condamnation portée par l’Eglise contre lui, qui est définitive et qui n’a jamais, contrairement à ce qu’il prétend, été levée. Nous n’hésitons pas à publier ces documents qui doivent être connus par le peuple de Dieu. Par respect des acteurs, nous avons caviardé les noms des juges. Pour une meilleure compréhension du texte, CCEO signifie Code Canonique des Eglises Orientales et « contra sextum » les obligations du sixième commandement de Dieu qui ont été violées par lui. Nous espérons que l’Eglise maronite, dans le souci de la vérité, de la protection des victimes et de la sainteté de l’Eglise du Christ, prendra enfin ses responsabilités en révoquant Mansour Labaky de l’état clérical. Si cela est arrivé à quelqu’un comme le cardinal McCarrick, on ne voit pas pourquoi ni comment il pourrait y échapper. Enfin, nous souhaitons que ses victimes au Liban osent enfin sortir du piège de culpabilité dans lequel il les enferme et le dénoncent comme il doit l’être à la justice de leur pays.

Une féroce bataille judiciaire est engagée autour de la culpabilité du prêtre en France et au Liban. Son avocat au Liban a adressé une mise en demeure à Mgr Luis Ladaria, le numéro deux de la Congrégation pour la doctrine de la foi au Vatican.

Le prêtre Labaky, qui a créé, en 1991, un orphelinat pour enfants libanais à Douvres-la-Délivrande (Calvados) est soupçonné de pédophilie. Une enquête est ouverte à Caen.

Malgré la condamnation en appel de ce prêtre libanais pour « crimes sexuels contre mineures de moins de 15 ans », l’avocat de Mgr Mansour Labaky continue de créer la confusion dans les médias.

Le 19 juin 2013, la Congrégation pour la doctrine de la Foi a pris un décret concernant le P. Mansour Labaky, du clergé de l’Archiéparchie de Beyrouth des Maronites. Le P. Labaky est interdit de toute célébration et intervention publique.

Le père Labaky a été condamné par la Congrégation de la Doctrine de la Foi à se retirer dans la prière et la pénitence, et à ne plus célébrer la messe en public. Il est reconnu coupable de « délit contre le sixième commandement » à l’encontre de trois mineures, et de « crime de sollicitation » à l’occasion de la confession. Article proposant une synthèse sur cette triste affaire. Original sur le site des victimes du père Mansour Labaky : http://www.affairelbk.net/